[18/09/2019] Vers la fin des grands salons photos ? (cliquez pour lire +)

Ricoh Imaging ne participera pas au salon de photo de Paris cette année, ce fait était déjà connu. La firme devrait aussi être absente à la Photokina 2020. À noter que le salon parisien s’attend d’ailleurs à d’autres défections d’importance l’année prochaine.

Dans ce contexte peu réjouissant, voilà que Nikon, Leica et Olympus ont fait connaître leur intention de ne pas participer à la Photokina 2020. Ce salon, d’une envergure plus grande que celui de Paris, fait office de baromètre en Europe. Ces défections, loin d’être symboliques, apportent un message des plus importants. Si cela est confirmé lors de la publication de la liste des exposants, ce sera même un vrai séisme. Car si Ricoh Imaging n’est plus un acteur de premier plan, Nikon, lui, en est un. Il est vrai que les coûts très élevés d’un stand ne sont plus contrebalancés par un retour sur investissement. De plus le contexte d’un marché de la photo en chute libre et continue ces 5 dernières années ne se prête guère à ce type de dépenses somptuaires.

Alors, va-t-on vers la fin des grands salons ? C’est une hypothèse sérieuse à ne pas négliger. Dans les années 80/90, il y avait de grands salons informatiques comme le SICOB en France. La plupart ont disparu et ceux qui demeurent se sont beaucoup diversifiés et n’accueillent pas toujours tous les acteurs majeurs. Aujourd’hui, les salons consacrés aux voitures prennent l’eau, dont les plus connus comme le mondial de l’automobile parisien. Aucun domaine n’est intouchable. Il n’y avait pas de raison que la photo soit épargnée. Le monde est en mouvement et les choses évoluent.

Cela veut-il dire que les marques ne seront plus visibles ? Pas forcément, car le budget consacré aux salons sera en partie mis sur d’autres types d’évènements qui auront, eux, un retour plus efficace.

À suivre.