[28/02/2021] Metz, c’est fini… ?

Comme Capri ? Non… Nous parlons de la célèbre firme allemande Metz qui, durant de nombreuses années, a produit des flashes pour nos appareils photo. Des flashes aux très hautes performances, aptes à concurrencer ceux des marques.

Leur spécificité ? À partir d’une base commune, il était possible de les monter sur des boîtiers de différentes marques, grâce à un « sabot » spécifique à chacune d’elles (système SCA). Ce sabot contenait, notamment, l’électronique dédiée à la marque et nécessaire pour s’y adapter. Un peu comme le faisait Tamron, des années auparavant, mécaniquement parlant, bien sûr, pour ses objectifs avec une bague Adaptall spécifique à chaque monture.

Les difficultés générales du monde de la photo, combinées avec une moindre nécessité d’utiliser des flashes (montées en ISO plus performantes) semble avoir eu raison de cette branche de la firme. Même le site ne répond plus…

Sauvée de la faillite en 2015, la marque aurait donc désormais abandonné sa production de flashes et recentré ses activités sur la poursuite de la production de téléviseurs et maintenant de trottinettes électriques.

Il est clair que ce sera moins utile aux photographes.

  • Sn@il
    2 mars 2021 at 11 h 41 min

    Bonjour,
    C’est bien dommage.
    Ces flashes sont performants et intègrent les différents modes compatibles avec nos boîtiers.
    Une page au Canada sur laquelle on peut encore (pour combien de temps ?) trouver les derniers firmwares :
    https://www.metzflash.ca/firmware/

    • Micaz
      2 mars 2021 at 11 h 59 min

      Bonjour
      Et merci pour ce lien qui, à n’en pas douter, sera utile à de nombreux amateurs !

  • Carl
    15 mars 2021 at 17 h 40 min

    Vraiment dommage! J’ai un Metz et la qualité est vraiment au top!
    Quant aux causes de la disparition, la vague de flashs chinois bon marché n’a certainement pas aidé…

    • Micaz
      15 mars 2021 at 19 h 53 min

      Bonsoir
      Merci pour ce massage.
      Les flashes bon marché sont certes un élément à prendre en considération, mais, de mon point de vue, il en existe d’autres :
      – la montée en ISO des boîtiers qui rend le flash souvent moins nécessaire pour les amateurs
      – dans certains cas, la complexité de l’apprentissage de la photo au flash. Cela demande un investissement que seuls les plus « mordus » sont prêts à consentir.
      – 85% des photos faites dans le monde le sont au moyen d’un smartphone : leur flash sommaire est peu utilisé et on ne peut pas fixer un « Metz » ou autre « Pentax » sur ces martphones.
      Pour ma part, je dispose de 2 flashes Pentax qui, je l’avoue, servent très peu…