Le Moyen Format 6×7 a commencé sa vie sous la forme d’un prototype dénommé Pentax 220, référence à la pellicule de 220, pellicule large non perforée permettant 24 photos en format 6×6.

A partir de là, après des améliorations il devint finalement en 1969 l’Asahi Pentax 6×7.

 

Le 6×7, une grande famille

C’était un appareil de format plus grand que le «standard» des grands appareils à pellicules: le format 6×6, celui des Rolleiflex, Hasselblad, Mamiya, Kowa, Exacta et Pentacon 6. Il ressemblait à un reflex 35mm, mais beaucoup plus gros, plus lourd (2,3 kg), avec un prisme, et un viseur de poitrine interchangeables. On a pu penser qu’il était inspiré du moyen format 6×6 est-allemand Praktisix devenu ensuite Pentacon 6.

Son obturateur assurait les vitesses de 1 seconde à 1/1000 de seconde, la pose B et la synchro flash au 1/30 de seconde.

Le Pentax 6×7 était doté de 2 baïonnettes concentriques, la baïonnette intérieure pour les «petits» objectifs de 35 à 300mm et la baïonnette extérieure pour les téléobjectifs de 400 à 1000mm.

Il pouvait utiliser les rouleaux de 120 qui permettaient 10 photos de 56x70mm ou de 220 qui en permettaient 20. Un petit sélecteur situé du coté droit sous le levier d’armement permettait de choisir le format de pellicule lorsque le dos était ouvert. Le dos presse-film était réglé lui aussi selon la pellicule, le rouleau de 120 (dont la pellicule était enroulée dans une bande de papier opaque assez épais) et la pellicule de 220 n’ayant pas la même épaisseur.

 

Pentax 6x7

6×7 avec prisme TTL couplé

6x7 dessus

Vu de dessus sans le prisme

Rapidement le 6×7 bénéficia d’un large gamme d’objectifs, de grand-angulaires de 55mm aux téléobjectifs jusqu’à 800mm et catadioptrique de 1000mm.

Du 6×7 original jusqu’au 67 II quarante ans, plus tard furent conçus 30 objectifs et 3 TC. L’objectif standard était un 2,4/105mm.

En 1976, le 6×7 devint MLU (mirror-lock-up, relevage du miroir avant le déclenchement) pour éviter les vibrations dues au mouvement du miroir de taille et de masse importantes, pendant le déclenchement. D’autres modifications du système d’avancement du film et du compteur, maillon délicat dans un système dont la pellicule n’est pas crantée et dont la précision de l’avancement est plus difficile à assurer.

Toutes ces améliorations allaient trouver une consécration officielle avec le changement de nom en 1986 : l’appareil allait désormais s’appeler Pentax 67.

 

Le 6×7 et le 67 étaient dépendants de leur alimentation électrique pour le fonctionnement de l’obturateur et le déplacement du miroir. De nombreux photographes d’astronomie demandaient la possibilité d’une pose B indépendante de l’alimentation électrique. Cela fut fait avec le 67.

En 1999 le boitier devint le 67II.

67II

67 II avec prisme . Remarquer la poignée intégrée


67viseur loupe

67 avec viseur « cheminée » (couverture 100%)


Le système 6×7 comportait

  • un prisme simple
  • un prisme TTL à cellule interne se couplant avec le tambour des vitesses
  • un viseur de poitrine pliant avec loupe
  • un viseur vertical avec grossissement réglable.

Les 2 prismes assuraient une couverture de 90%.

Le prisme à cellule TTL assurait une mesure centrale pondérée avec un ratio de 60% pour la zone centrale et 40% pour la zone extérieure.

67 poitrine

67 avec viseur de poitrine dépliable


Le 6×7 pouvait également être équipé d’une poignée en bois, fixée sur le côté gauche et qui assurait une bien meilleure prise en main … et un look inimitable (et portant imité) qui a concouru à rendre le 6×7 célèbre.

6x7-front-poignée

Le 6×7 baroudeur avec sa poignée


 

Le 6×7 s’est vite acquis une belle réputation de solidité et de fiabilité parmi les photographes professionnels. C’était un appareil unique.  Le seul appareil photo capable de supporter de longues séances de travail depuis un hélicoptère sans perdre une seule de ses vis ! Il était lourd et encombrant, mais sa prise en main était facile et la qualité des objectifs était unanimement appréciée. Sa production a été arrêtée au passage au numérique. Il n’a pas été équipé de capteur numérique, lequel eut probablement coûté une somme coquette. Le 6×7 et le 67 se trouve encore sur le marché de l’occasion, à des tarifs moindres bien sûr que ceux des MF numériques, mais pas bradés non plus, ce qui prouve que ce marché alimente des photographes qui utilisent l’appareil.

 

Liste des objectifs

Grand-angulaires :

  • SMC PENTAX 67 45mm f4
  • SMC TAKUMAR 6×7 55mm f3.5
  • SMC PENTAX 6×7 55mm f4       SMC PENTAX 67 55mm f4
  • SMC PENTAX 67 75mm f2.8 AL   SMC PENTAX 67 75mm f4.5

Standards

  • SMC PENTAX 67 90mm f2.8
  • SMC PENTAX 67 105mm f2.4

Téléobjectifs

  • SMC TAKUMAR 6X7 150mm f2.8
  • SMC PENTAX 67 165mm f2.8
  • SMC TAKUMAR 6×7 200mm f4    SMC PENTAX 67 200mm f4
  • SMC PENTAX 67 300mm f4
  • SMC PENTAX 67 300mm f4 ED IF M*
  • SMC TAKUMAR 6X7 400mm f4    SMC PENTAX 67 400mm f4 ED IF
  • SMC PENTAX 67 500mm f5.6
  • SMC PENTAX 67 600mm f4
  • SMC PENTAX 6X7 800mm f4      SMC PENTAX 67 800mm f6.7 ED IF
  • SMC PENTAX 6X7 1000mm f8 catadioptrique

Objectifs spéciaux

  • SMC PENTAX 67 Fish-Eye 35mm f4.5
  • SMC PENTAX 6X7 Shift 75mm f4.5
  • SMC PENTAX 6×7 LS 90mm f2.8 obturateur central
  • SMC PENTAX 67 Macro 100mm f4
  • SMC PENTAX 67 Soft 120mm f4
  • SMC PENTAX 67 Macro 135mm f4
  • SMC PENTAX 67 LS 165mm f4 obturateur central

Zooms

  • SMC PENTAX 67 55mm – 100mm f4.5
  • SMC PENTAX 67 90mm – 180mm f5.6

Tele Convertisseurs

  • PENTAX 67 1.4×
  • PENTAX 67 2×
  • PENTAX 67 T 5-1.4×