Version argentique

Pentax a sorti en 1984 un appareil nommé Pentax 645. C’était un boitier moyen format de 6 x 4,5 cm (en réalité 56mm x 41,5mm). En même temps est sortie une série d’objectifs compatibles. Il était conçu pour utiliser des rouleaux de 120, 220 et du film de 70mm.

Ce boitier se distinguait nettement des concurrents de l’époque. Il était monobloc, alors que les Hasselblad et les Mamiya étaient conçus comme des appareils composables à viseurs et magasins interchangeables, c’est à dire plutôt prévus pour le studio.

Le 645, lui était conçu avec la philosophie d’un boitier 24×36, par sa prise en main, sa visée à hauteur d’œil, sa cellule incorporée, ses modes automatiques, sa motorisation et sa rafale à 1,5 images/sec. et donc son utilisation.

En 1997 sort un second modèle, le 645N équipé de l’autofocus, d’une cellule matricielle, d’un système d’impression data et d’un retardateur.

L’écran supérieur était amélioré et la rafale passait à 2 images/sec. Le 645 N était le premier boitier MF auto-focus.

Enfin en 2001 sortit un 645 NII à miroir pré-relevable (MLU).

L’appareil produisait des images de très grande qualité, au piqué remarquable et au modelé superbe. Il était très commode à utiliser sur le terrain, comme un 24×36, mais plus lourd, et il restait parfaitement utilisable en studio. Il était épaulé par une série initiale de 10 objectifs qui fut régulièrement étoffée et modernisée (passage en AF) pour suivre l’évolution du boitier.

645

Le 645 argentique avec son 105mm

 

 

Version numérique

Le 645D

En 2010, après de (trop) longs atermoiements, Pentax sort l’évolution numérique du 645, le 645D, il est accueilli avec soulagement par beaucoup.

Il est équipé d’un capteur CCD Kodak de 40Mp et de 44x33mm. C’est moins que les 56×41,5mm de l’argentique, mais 1,68 fois plus que le FF. Et aucun MF digital n’affiche un format égal à celui de ses prédécesseurs argentiques.

Le 645D, à la différence des autres MF a un capteur fixe, mais il est tropicalisé, et il est le seul. Il peut accepter tous les objectifs existants de la série 645, c’est à dire plus de 20 objectifs.

645D

Le 645 Z

Il sort en avril 2014, après avoir été annoncé en février comme devant être doté d’un capteur CMOS de 50,1Mp, d’un AF à 27 collimateurs (celui du K-3) et d’une rafale à 3 images/seconde.

En juin, les commandes étaient de 1500 unités, alors que la production mensuelle était de 400. Une des causes en était le prix de vente à 10 000$ alors que la concurrence affiche 30 000$. Mais, visiblement, pas seulement. Le fait que des professionnels équipés de Canon 5D aient troqué leur matériel pour passer au moyen format avec le 645Z montre que le prix est un argument, mais pas le seul.

Les qualités du 645Z, qualités d’ergonomie, mécaniques et optiques sont un élément évident d’attrait auprès du public professionnel et d’amateurs aisés. Un an après, les ventes du 645Z étaient 2 fois supérieures aux pronostics les plus optimistes des spécialistes de Ricoh-Pentax…

Les avis des utilisateurs du 645Z confirment avec un bel ensemble la qualité des photos produites et le plaisir que procure son utilisation. Détail supplémentaire, il est beau. A la liste des objectifs compatibles publiés ci-dessus, il faut ajouter les objectifs du 67, compatibles avec une bague d’adaptation qui existe déjà.

Avec le 645D, puis le Z, Pentax aura fait le bon choix. La marque disposait de 2 boitiers MF: le 67 exceptionnel par ses format, gabarit et robustesse, puis le 645, dont le format était plus dans l’air du temps, sur le chemin de la miniaturisation, toute relative quand même, du MF.

Entre le 67 à la réputation légendaire, mais lourd (poids minimum de 2,5kg en ordre de marche), encombrant, éléphantesque dès qu’on allonge les focales et le 645, plus discret à l’ombre de son grand frère, mais plus innovant, Pentax a finalement choisi le boitier qui regardait vers l’avenir et pas celui, certes séduisant, mais qui avait les pieds lourdement plantés dans le passé. D’autres éléments, plus opportunistes, connus ou non du grand public, ont joué dans la fait que ce soit le 645 qui a prolongé le Moyen Format Pentax dans le numérique.

Le long délai qui a marqué la gestation du 645D montre que ce processus a posé de réels problèmes. La part de la problématique technique n’est probablement pas prépondérante dans ce processus et sa durée. J’en suis convaincu et assume le risque de me tromper.

Quoi qu’il en soit, le succès du 645Z montre que ce choix a été le bon. Ce succès est celui d’un appareil simple (apparemment bien sûr), c’est à dire d’un appareil facile à utiliser, qui n’a besoin d’aucun accessoire en option pour être ce qu’il est.

Capture d’écran 2015-09-12 à 15.03.50

Le 645 Z a la même apparence extérieure que le 645 D, sauf au dos. Nous vous le présentons ici vu de face


 

645Z profil

Le 645 Z, profil gauche avec le jeu de l’écran arrière


645Z coupe

Coupe du 645 Z: Avec son prisme surbaissé l’appareil est moins haut que le Nikon D800. Si l’on compare avec le K-5 il parait un peu vide, c’est que beaucoup de choses sont logées dans le poignée.


Controverse ?

On a reproché au 645 à sa sortie de n’avoir pas de magasin amovible. Mais ces magasins sont une prolongation du besoin de changer de sensibilité de pellicule, ou bien de remplacer rapidement une pellicule *. Archaïque. Les Hasselblad et autres Phase One ont des magasins avec des capteurs différents, prolongement astucieux des dos interchangeables au numérique, mais conservation évidente d’une technologie archaïque.

A-t-on réellement besoin de différence de capteurs dans sa pratique photo ? Réellement ?

Si oui, la pratique des capteurs fixes des boitiers APS-C et FF est absurde. La réponse à cette question est plutôt que la «pratique de mécano» des MF «tendance Blad» est un archaïsme chic. Une preuve en est donnée par le succès du 645 Z. Et par le choix de Leica avec le S et le SII et avec le M monochrome.

Leica est un grand défenseur des traditions. Mais c’est aussi un constructeur logique : le boitier N&B a fait hurler au summum du snobisme quand il est sorti. Pourtant c’était un choix techniquement cohérent qui a abouti à un outil exceptionnel qui utilisait tous les photosites pour traiter la lumière et pas la couleur. Une sorte de rétine avec que des bâtonnets, sans matrice de Bayer et autres filtres qui amoindrissent la qualité de la photo !

Un autre exemple est également éloquent : Sigma a sorti 3 hybrides Quatro avec 3 objectifs fixes de focales différentes.

« Pourquoi ?« , fut-il demandé aux techniciens de Sigma.  – Parce que le calage fin de l’objectif doit être fait pour son capteur afin de donner le résultat optimal« , fut-il répondu.

C’est la même logique qui est poursuivie.

Le 645D et plus encore le Z correspondent à cette démarche, avec la seule concession de l’objectif interchangeable. Le succès du 645 Z ne s’explique pas par son seul prix, mais aussi parce qu’il est un outil très élaboré, à l’ergonomie poussée, capable d’une grande polyvalence grâce à sa riche série d’objectifs qui devrait encore s’étoffer de quelques objectifs du 67 de retour sur le marché.

 

Liste des objectifs

OBJECTIFS MANUELSOBJECTIFS AUTOFOCUS
smc PENTAX-A 645 35 mm F3.5 smc PENTAX-FA 645 35 mm F3.5 AL [IF]
smc PENTAX-A 645 45 mm F2.8 smc PENTAX-FA 645 45 mm F2.8
smc PENTAX-A 645 55 mm F2.8 smc PENTAX-D FA 645 55 mm F2.8 AL SDM AW [IF]
smc PENTAX 645 LS 75 mm F2.8 obturateur central
smc PENTAX-A 645 75 mm F2.8 smc PENTAX-FA 645 75 mm F2.8
HD PENTAX-D FA 645 Macro 90 mm F2.8 ED AW SR
smc PENTAX-A 645 Macro 120 mm F4.0smc PENTAX-FA 645 Macro 120 mm F4.0
smc PENTAX 645 LS 135 mm F4.0 obturateur central
smc PENTAX-A 645 150 mm F3.5 smc PENTAX-FA 645 150 mm F2.8 [IF]
smc PENTAX-A 645 200 mm F4.0 smc PENTAX-FA 645 200 mm F4.0 ED
smc PENTAX-A 645 300 mm F4.0 ED [IF]smc PENTAX-FA 645 300 mm F5.6 ED [IF]
smc PENTAX-FA 645 400 mm F5.6 ED [IF]
smc PENTAX-A 645 600 mm F5.6 ED [IF]
HD PENTAX-DA 645 28-45 mm F4.5 ED AW SR
smc PENTAX-FA 645 Zoom 33–55 mm F4.5 AL
smc PENTAX-A 645 Zoom 45–85 mm F4.5 smc PENTAX-FA 645 Zoom 45–85 mm F4.5
smc PENTAX-FA 645 Zoom 55–110 mm F5.6
smc PENTAX-A 645 Zoom 80–160 mm F4.5smc PENTAX-FA 645 Zoom 80–160 mm F4.5
smc PENTAX-FA 645 Zoom 150–300 mm F5.6 ED [IF]
TC - A 645 1.4X - les optiques AF ne conservent pas l’AF
TC - A 645 2X - les optiques AF ne conservent pas l’AF

 

* Faculté qu’avait d’ailleurs le 645 avec ses cassettes porte-pellicule qu’on glissait dans le boitier, mais pas en cours de pellicule, certes.