En voilà un titre racoleur… car il n’existe pas de recette miracle permettant de gagner à coup sûr aux concours photo. En tout cas, s’il en existait une, je ne la donnerais certainement pas, afin de l’utiliser. Par contre, il existe des moyens simples et faciles permettant d’augmenter ses chances de grimper au classement. Et donc, éventuellement, d’être en mesure d’atteindre une place avec prix.

 

Choisir son concours photo

Ecarter les concours douteux

Prenez soin de lire tout le règlement des concours auxquels vous envisagez de participer. Trop de concours photo sont encore douteux, utilisés essentiellement dans le but de se constituer une photothèque à moindre coût. Il convient donc de fuir à grandes enjambées les concours ayant un règlement suspect. Il arrive encore que certains d’entre eux privent les photographes de leur droits ! Un comble qui vous conduira à retrouver vos photos publiées n’importe où, n’importe comment !

Avec le temps et les actions de nombreux collectifs de photographes, les choses se sont organisés dans le bon sens. On trouve désormais moins de concours aussi désavantageux vis-à-vis des auteurs. Très souvent, pour les « petits concours » des règles de ce genre :

Chaque gagnant cède à xxxx tous les droits pour utiliser et exploiter ses photographies sur la page Facebook du concours, sans aucune forme de rémunération, dans le cadre du concours. Chaque auteur des photos sélectionnées sera contacté afin de définir les modalités d’utilisation de celles-ci.

Néanmoins, vous pouvez encore trouver ce genre de règlement qui vous spolie de vos droits contre 2 livres :

Le participant certifie être le titulaire des droits d’auteur des photos. Il cède à titre gratuit l’ensemble des droits de représentation et de reproduction (articles L. 122-2 et L. 122-3 du Code de la propriété intellectuelle). Il garantit à Plante & Cité la jouissance entière, libre de toute servitude et paisible des droits cédés, contre toutes revendications à venir.

Vous noterez que vous perdez tous vos droits sur vos clichés, sans condition de durée, c’est à dire à vie ! Ce concours est actuellement en cours, ceci jusqu’au 31/07/2018.

Il convient aussi de fuir les concours où le/les gagnants sont départagés grâce au vote du public (les fameux like/j’aime de Facebook). Votre moral prendrait un sacré coup si de sombres bouses obtenaient de meilleurs scores que vous uniquement grâce aux amis rameutés !

 

Commencer petit

Il convient de commencer petit, surtout si vous n’avez pas l’habitude des concours. Qui dit « petit » concours dit concurrence moindre, ce qui est parfait pour s’aguerrir. Car si on estime être bon, d’autres le pensent aussi et certains sont bien meilleurs que vous. Nous avons souvent tendance à nous surestimer. L’influence de notre entourage à nous voir plus beau que l’on est dans la réalité y est sans doute pour beaucoup. Nos proches sont toujours trop bienveillants à notre égard.

Les concours peu fréquentés offrent une concurrence moins rude. Mais attention de ne pas tomber non plus dans l’excès inverse ! Petit concours ne veut pas dire le concours du magasin du quartier, qui pour célébrer la fête de la musique, décide de faire un concours photo sur les siffleurs de rues !

Avant même de penser à sélectionner des photos, il va falloir choisir le concours photo auquel vous allez participer.

En oubliant les grands concours nationaux, voire même ceux des magazines photo, vous aurez plus de chances d’avoir des résultats intéressants. Mais surtout ils vous permettront de progresser et mieux comprendre la mécanique des concours. Ils vont permettront, grâce au système de notation, de vous étalonner par rapport à la concurrence. Le risque est que, si à tous les petits concours auxquels vous vous présentez, vous finissez dans les derniers, il conviendra de se poser des questions.

 

Des sujets porteurs

Cerner le sujet c’est la garantie de mieux le respecter. Le hors sujet est fatal et votre photo serait immédiatement écartée ou affublée d’un zéro. Vous « sentirez » certains sujets mieux que d’autres. Souvent parce qu’ils évoquent pour vous des idées, des émotions. C’est ceux-là qu’il conviendra de privilégier.

Choisissez des concours dont le thème vous permettra d’être à l’aise parce qu’il est dans un périmètre que vous maîtrisez. Il est très compliqué d’effectuer des clichés dans une discipline dont on n’a aucune expérience ! Si vous n’avez jamais pratiqué la photo animalière comme moi, n’espérez pas produire de bons clichés. Malgré tout, si vous persistez à tenter un concours pour lequel votre expérience est extrêmement limitée, il faut à minima que son thème vous inspire. Et être conscient que le résultat ne sera sans doute pas au rendez-vous. Mais cela pourra être un bon moyen de découvrir et expérimenter de nouveaux horizons.

Pont parisien sous la neige

 

Autres sujets porteurs, ceux qui vous permettent de jouer « à domicile ». Choisir un concours qui se déroule dans sa région permet d’être avantagé. En effet, de par vos connaissances du terrain et votre proximité, vous pourrez repérer plus facilement les bons spots, surtout les moins connus. Sans compter que vous pourrez y revenir plus facilement afin d’avoir les meilleures conditions de prise de vue.

 

Respectez le règlement du concours photo et collez au sujet

Il s’agit là d’une évidence… A tel point que beaucoup la négligent ! Les photographes sont nombreux à se faire éliminer parce qu’ils n’ont pas respecté le sacro-saint règlement. Et pour éviter ce genre de bêtise, il est nécessaire de le récupérer, le lire, l’imprimer et souligner tous les termes ou locutions importants.

 

Règles et contraintes

Il est impératif de lire attentivement un règlement, les conditions de participation y étant précisées. Par exemple sur les exclusions à un concours :

  • les montages photographiques. Seules les retouches d’usage sont autorisées ;
  • les photographies signées, afin d’assurer l’anonymat lors de la réunion du jury :
  • les photographies réalisées par les membres du jury ou leurs familles, les employés de la société ou leurs familles.

Il faut toujours respecter les indications imposées sur l’image en elle-même.

Cadre et signature étant proscrits, cette photo ne pourra participer

 

Si des tailles (largeur et longueur, en cm ou en pixels), un poids ou un format de fichier sont indiqués, alors s’en écarter signifiera exclusion. Idem si on vous demande de ne pas mettre de cadre, bordure et autre signature ! Parfois aussi, il sera demandé d’envoyer un tirage. Soyez sûr qu’en cas de manque, vous allez perdre toute chance de gagner le concours, voire même d’y participer.

Ces contraintes sont plus ou moins nombreuses suivant les concours. Mais ce n’est pas forcément un mal, car, si cela décourage de nombreuses personnes, cela veut dire aussi que la concurrence sera moindre. Sans compter ceux qui seront éliminés, car ils n’auront pas lu attentivement les clauses de participation. Soyez donc rigoureux sur tous les aspects, y compris le dossier administratif qui devra être envoyé. Des informations manquantes, oubliées ou inexactes seront très souvent synonymes d’exclusion.

Si les contraintes de temps ou de lieu sont celles que l’on voit en premier, le diable se cache souvent dans les détails. Parfois certains ne font pas attention aux mots employés. Si le terme « original » ou un équivalent est utilisé, alors cela veut dire que le jury y attachera une importance certaine. Dans ce cas, si le thème est Versailles, inutile de faire une photo de l’entrée avec la grille dorée !

Exemple

Voici un extrait des principales règles proposées par un concours qui se finira le 31 juillet prochain.

Le Centre de ressources environnementales de l’Aisne, Géodomia, organise un concours intitulé : « Pommes, poires et compagnie ! » L’objet du concours est de réaliser une photographie ayant pour thème les fruits de notre région.

  • Ce concours photographique est ouvert uniquement aux photographes amateurs. La participation au concours est gratuite.
  • La photographie proposée au concours devra présenter un fruit de notre région, un arbre fruitier, un bourgeon, etc.
  • Les photographies seront à rendre sous la forme d’un tirage papier au format 20 x 27 cm.
  • Elles seront envoyées ou déposées au plus tard le 31 juillet 2018.
  • La participation est limitée à une photographie par candidat ou groupe.
  • Les candidats doivent préciser leurs nom, prénom, âge (ou classe) et adresse derrière la photographie.

 

Ce concours propose peu de contraintes, néanmoins il y a quelques informations très intéressantes :

  • La photo doit être envoyée au format papier uniquement. Aucun envoi électronique donc.
  • Le format papier demandé (20 x 27 cm) est très proche du ratio des APN dont le capteur est un 4/3 (20,3 x 27 cm le plus souvent, soit 3 mm en trop). Par contre, cela ne correspond pas au rapport fourni par les capteurs FF, APS-C ! Ces derniers proposant plutôt un 20 x 30 cm papier, il y aura un recadrage à prévoir en Post Traitement. Ce qui signifie que votre cadrage original devra en tenir compte !
  • Un seul envoi par photographe ou par groupe. Vous ne pourrez donc pas tricher en tentant votre chance individuellement et au travers d’un collectif.
  • Côté sujet, l’expression la plus importante est « notre région ». Il conviendra donc d’éviter de photographier un manguier en photo, car il ne s’agira pas d’une espèce typique de la région de l’Aisne.

Typiquement ce sujet qui paraît simple (photographier un fruit ou un arbre fruitier) va se révéler beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Pour avoir une chance de gagner, il faudra sans doute se montrer un minimum original, ce qui sera le plus compliqué vu le thème.

 

Les exigences qualitatives

Une photo de concours, pour avoir des chances de gagner, doit répondre à certaines exigences que l’on rangera dans la catégorie technique. Si elle doit certes présenter une dose d’originalité afin de se démarquer, elle devra surtout présenter une composition et un cadrage très soigné. Le cliché proposé devra être techniquement irréprochable et être exempt de retouches abusives (sauf précisions dans le règlement).

L’originalité

Vous ne serez pas seul à postuler à un concours. Ce seront parfois quelques centaines (ou plus) de photographes qui vont tenter leur chance. Et pour que vous ayez la vôtre, il faudra se démarquer, proposer un petit quelque chose en plus. Mais attention, car cela peut se retourner contre vous très rapidement. Les photos trop originales, si elles laissent rarement indifférent, ne passent pas la rampe des concours du fait même de leur trop grande originalité. Le jury est alors tenté de s’en détourner sous peine de ne pas être compris.

Par originalité, il faut surtout comprendre « éviter de refaire un cliché maintes fois vu », d’essayer de trouver un petit plus qui le rendra différent (lumière ou angle de vue par exemple).

Le Ponte Vecchio de Florence, une absence d’originalité

 

Cadrage et composition

La composition de votre cliché doit être maîtrisée ! Nous avons déjà beaucoup écrit sur ce sujet, aussi, nous ne pouvons que vous conseiller de relire les articles consacrés à  ce thème. Il faut maîtriser la technique pour espérer être bien classé. Les points sur lesquels il conviendra de se montrer particulièrement vigilant sont les suivants :

  • L’équilibre des lignes de force, des couleurs ;
  • Absence de sur exposition ou de sous exposition sur toutes les zones de la photo ;
  • Une netteté parfaite, sauf en cas bokeh ou de flou volontaire (imposé par le sujet par exemple).

Cadrage et composition doivent être à la hauteur.

 

Le bon équilibre en PT

Un petit rappel pour commencer, le Post Traitement doit s’effectuer sur un écran calibré, sous peine d’avoir des oranges qui virent au rouge (ou autres variations) lors de l’affichage. Un écran non corrigé va engendrer des erreurs de colorimétrie inexistantes ou accentuer celles qui existent déjà.

Votre cliché doit paraître naturel. Mais attention, naturel ne veut pas dire terne. Il conviendra donc de rendre la photo plus agréable visuellement, sans tomber dans l’excès inverse et accentuer à outrance couleurs, saturation et contraste. Une photo doit rester naturelle tout en flattant la vue. L’équilibre est parfois compliqué à trouver, mais il est nécessaire.

Les effets indésirables du PT, ce qu’il convient d’éviter !

 

Certaines pratiques comme le HDR avec tone-mapping outrancier sont à proscrire. Comme d’ailleurs l’utilisation de certains curseurs comme la netteté ou la correction du voile atmosphérique. La méconnaissance de ces outils provoque la plupart du temps plus de dégâts qu’il ne supprime de défauts. Des aberrations colorimétriques deviennent alors visibles.

De même, nous l’avons vu plus haut, avoir une photo nette est un minimum, mais attention, si vous rajoutez de la netteté avec un logiciel, à ne pas trop pousser les curseurs, car vous risquez de créer des liserés disgracieux que le jury, souvent expérimenté, ne manquera pas de détecter et de sanctionner.

 

Choisir sa photo

Tenir compte du jury ?

Cela peut être un avantage, à condition de prendre quelques précautions. Souvent, les jurys sont composés d’artistes. Connaître le travail de ces artistes est enrichissant, car, en ayant accès à leurs univers, vous allez pouvoir découvrir et/ou enrichir votre culture. Or, tout enrichissement peut vous influencer. Si l’influence est trop importante, cela peut vous desservir, car il ne faut pas perdre votre style. Votre style doit s’enrichir, pas se dénaturer au risque de se perdre. De plus, faire des essais au dernier moment, n’est jamais une bonne idée.

À noter que, si on s’aperçoit que les membres du jury sont plus « politiques » qu’artistes, le savoir va vous permettre d’orienter différemment votre prise de vue.

Mon avis est que le seul vrai intérêt à connaître les membres du jury est que, si vous hésitez entre certaines photos, vous avez la possibilité de choisir celle qui serait la mieux ciblée culturellement parlant. En espérant que des univers opposés ne s’y côtoient pas !

 

Un choix personnel avant tout

Si la première sélection reste une tâche assez facile puisqu’il faut que les photos répondent aux critères évoqués précédemment, celle de la sélection finale s’avérera plus ardue. Souvent vos photos sont attachées à des souvenirs, des émotions ou, parfois, un contexte de la prise de vue particulier. Et juger ses propres photos afin d’opérer une sélection finale, sans tenir compte de l’affect, est complexe.

Il est impératif de juger vos photos sur leurs qualités intrinsèques et non au travers des émotions qu’elles nous ont procurées au moment de la prise de vue. Ce phénomène est amplifié pour les portraits. Et pour réussir ce difficile exercice, il faut se mettre dans la peau de jurés. Ce qui est trop souvent plus facile à dire qu’à faire. Aussi, vous avez d’autres solutions à votre disposition. Comme la possibilité de faire appel à un ou des avis extérieurs. Ces avis peuvent provenir d’amis ou de proches (en espérant que ces derniers soient impartiaux, pas trop bienveillants à votre égard).

Attention malgré tout. Que vous passiez par les avis d’amis ou « d’experts » sur les forums et autres réseaux sociaux, c’est vous seul qui avez le « final cut ». C’est vous qui décidez.

 

Qualité des tirages et envoi

Quelques mots pour terminer sur la qualité de vos envois. Que l’envoi soit physique ou électronique, il convient de prendre quelques précautions d’usage.

Pour les photos au format électronique, n’oubliez pas de respecter les dimensions (nombre de pixels, densité ppp et poids maximal du fichier). Et incluez le profil ICC. Cela permettra à l’ordinateur qui affichera l’image ou à la personne qui tirera sur papier de disposer d’un minimum d’information pour le respect des couleurs.

Pour les photos envoyées au format papier, le respect des dimensions est essentiel. Et il faut soigner la qualité des tirages ainsi que la présentation. À moins de disposer des connaissances et du matériel nécessaire pour effectuer des tirages papiers de qualité, n’hésitez pas à passer par un prestataire extérieur.

Dans le premier cas, non seulement vous devez connaître et maîtriser tous les éléments de la chaîne graphique, de l’appareil photo au papier utilisé pour la restitution. Dans le deuxième cas, faites tirer par un prestataire connu, dont vous aurez pu tester à l’avance le travail. Juste un petit détail, la qualité, cela se paye. Tenter de vouloir économiser quelques euros est une mauvaise idée qui sautera aux yeux quand votre œuvre, tirée par vos soins, sera comparée à celles de vos concurrents imprimés par un pro. Vous comprendrez alors que vous avez fortement réduit vos chances de gagner.

Soignez aussi la présentation de vos photos (cadre ou pas par exemple). Et pour les informations sur la photo, utilisez plutôt une étiquette informatique à coller afin d’être certain qu’elles soient lisibles. C’est le genre de petits détails qui comptent inconsciemment et qui peuvent faire pencher la balance de votre côté.

Reste l’envoi. Emballez et protégez soigneusement. Ce serait dommage que vos tirages et autres encadrements arrivent froissés, déchirés ou cassés !

 

 

Juger une photo est un art difficile. Si les aspects techniques sont relativement compréhensibles, l’aspect artistique est quant à lui complètement subjectif. C’est la raison pour laquelle la même photo sera jugée et notée différemment selon les jurys. Dans la mesure où une même photo pourra plus ou moins toucher celui qui la regarde, la note d’une photo pourra varier d’un juge à l’autre et donc d’un jury à un autre.

Il n’y a pas de recette miracle pour gagner à un concours photo. Mais on peut, avec un cliché présentant un minimum d’originalité se démarquer sans en faire trop ; avec une technique irréprochable (cadrage et composition très soignés, sans retouches excessives) vous maximiserez vos chances de réussite.

Et maintenant, tentez votre chance.