Cette prise en main a été effectuée avec un Pentax K-3.

En cette période d’arrivée sur le marché du tout premier APN Pentax à capteur 24×36, le K-1, on en oublie facilement que le marché de l’APS-C n’est pas mort, loin s’en faut ! C’est bien dans ce domaine que se font les plus gros pourcentages de ventes de reflex et ceci sans doute pour quelques années encore !

Les problématiques qui se posent à tous les photographes équipés APS-C continuent d’exister et les mêmes questions hantent ceux d’entre eux qui cherchent à s’équiper ou à renouveler une partie de leur matériel.

 

Transstandards, 3 objectifs Pentax dans le range 16 à 85mm

Si les adeptes des focales fixes « de tous les jours » trouvent généralement matière à décision, en raison des caractéristiques très différentes des objectifs à leur disposition, et aussi de leur faible nombre entraînant un choix restreint, il n’en va pas de même dans le domaine des zooms.

Ainsi, pour ce que l’on nomme les « trans-standards », quel est le meilleur choix ?

Dans ce dossier, nous allons tenter de comparer ce qui existe dans l’offre Pentax uniquement, hors des propositions des fabricants indépendants. Ce sont en tout et pour tout, pour APS-C, nous le répétons, trois zooms qui sont susceptibles de concourir :

  • le DA* 16-50mm f/2.8 (déjà testé par PentaxKlub) – prix public 1099€
  • le DA 16-85mm f/3.5 – 5.6 (testé lui aussi par PentaxKlub) – prix public 649€
  • le « vieillissant » DA 17-70mm f/4 (non testé) – prix public 599€

Pour ce qui concerne les deux premiers, nous ne pouvons que vous recommander de vous reporter au dossier de test.

Les caractéristiques principales de ces 3 objectifs sont indiquées dans le tableau ci-dessous.

Caractéristiques des 3 objectifs

 DA*16-50 F2.8 ED AL [IF] SDMDA 16-85 F3.5/5.6 ED DC WRDA 17-70 F4 AL [IF] SDM
SérieSMC DA*HD DASMC DA
Années de production2007 ->2014 ->2008 ->
ProtectionAWWR-
Focales16-50mm16-85mm17-70mm
DiaphragmeAuto 9 lamellesAuto 7 lamellesAuto 7 lamelles
Longueur focale (equ. 35mm)24,5 – 76,5mm24,5-130mm26-107mm
Ouverture maximaleF2.8F3.5 / 5.6F4
Ouverture minimaleF22F22 / 38F22
Angle de champ83° - 31,5°83-19°79-23°
Construction de l'objectif15 éléments en 12 groupes16 éléments en 12 groupes17 éléments en 12 groupes
Distance minimale de mise au point0,30m0,35m0,28m
Quick-ShiftOUIOUIOUI
Diamètre de filtre77mm72mm67mm
MontureKAF2KAF3KAF3
Dimensions (longueur x diamètre)98,5 X 84mm94mm X 78mm93,5mm X 75mm
Poids565g488g485g

 

Les différences

L’ouverture nominale

Le DA* 16-50mm est le seul qui offre une ouverture maximale de 2.8, constante sur toute la plage des focales couvertes. A l’usage, c’est extrêmement confortable, notamment en mise au point manuelle par luminosité peu importante, même si, comme chacun sait, ce n’est sans doute pas à cette ouverture que la qualité du zoom est optimale, mais plutôt à partir de f/4, le meilleur étant atteint à f5.6 et f/8 : c’est assez classique et représentatif, notamment chez Pentax.

Le DA 17-70mm offre lui aussi une ouverture maximale constante sur tout le « range », mais elle est « seulement » de f/4. Si nous écrivons « seulement » avec des guillemets, c’est surtout pour insister sur le fait que ce n’est pas un inconvénient majeur si l’on prend en compte la faculté généralement reconnue aux boîtiers Pentax les plus récents de la montée en ISO, surtout à partir du K-5.

Le HD DA 16-85mm, quant à lui, est le seul à présenter une ouverture glissante de 3.5 (à 16mm) à 5.6 (à 85mm). On notera qu’il se ferme assez rapidement : à 24mm, l’ouverture est déjà de 4.

 

La motorisation

Les deux plus anciens (DA* 16-50 et DA 17-70) sont dotés d’une motorisation SDM. Que voilà un sujet qui a créé bien des polémiques, surtout en ce qui concerne le 16-50. De nombreux exemplaires ont connu des incidents, que nous relations dans notre test. Son « petit » frère, le 17-70 a été beaucoup moins touché, même si l’on a pu voir relater, ici ou là, quelques incidents sur le même sujet. Nous n’y reviendrons pas, sinon pour dire que ce problème semble avoir été résolu sur les objectifs construits après 2011.

Le HD DA 16-85mm est, lui, doté d’une motorisation « DC », un peu moins silencieuse, mais plus véloce que le SDM et exempte des défauts ayant affecté ce dernier système.

 

Le traitement des lentilles

Le DA* 16-50 et le DA 17-70 bénéficient d’un traitement SMC (Super Multi Couches). Le HD DA 16-85, comme son nom l’indique, bénéficie des derniers traitements « HD » (haute définition) de Pentax, censés améliorer le contraste : de fait, les objectifs dotés de ces traitements présentent en effet des couleurs « claquantes » et bien contrastées.

 

La tropicalisation

Ces trois zooms ne sont pas, de ce point de vue, logés à la même enseigne.

Le 16-50 dispose d’une protection « AW » (All Weather, c’est-à-dire « tous temps »). Ce type de protection s’avère efficace contre l’humidité mais aussi contre les poussières.

Le 16-85 dispose, lui, d’une protection « WR » (Water Resistant) comprenant 8 joints d’étanchéité, efficace en conditions humides : on peut continuer de photographier lorsqu’il pleut ou qu’il neige, mais on ne peut pas, évidemment, l’utiliser pour une activité de plongée sous-marine !

Le moins bien loti des 3, de ce point de vue, est le 17-70 qui ne dispose d’aucune protection particulière.

 

Le système de mise au point

Les « anciens » 16-50 et 17-70 disposent d’un système de focus interne (IF) qui leur permet d’effectuer la mise au point par déplacement INTERNE des lentilles, sans influence que la longueur de l’objectif et, donc, sans faire tourner la lentille frontale. Au contraire, sur le 16-85mm, la longueur de l’objectif varie lorsque s’effectue la mise au point, que ce soit par l’AF ou manuellement.

 

Le diamètre de filtre

De 77 mm pour le 16-50, il passe à 72mm pour le 16-85 alors qu’il n’est que de 67mm pour le 17-70 : autant dire que, si vous possédez plusieurs de ces zooms, vous ne pourrez pas utiliser, par exemple, le même filtre polarisant, sauf à utiliser un système du type Cokin. Mais si vous voulez utiliser des filtres vissants, il faudra alors soit acheter autant de filtres que d’objectifs, soit n’acheter qu’un filtre du plus grand des diamètres et de le monter avec des bagues de réduction de diamètre sur les objectifs de diamètre inférieur. Pas très pratique sur le terrain…

 

L’esthétique

Si les 16-50 et 17-70 présentent des airs de ressemblance, avec notamment, sur les bagues, un revêtement caoutchouc très proche, le 16-85 se démarque avec un aspect plus moderne, plus sobre, à l’image de tous les nouveaux objectifs de Pentax. Les signes distinctifs de chaque série sont bien là : le liseré vert pour le 17-70, rouge pour le HD 16-85 et doré pour le DA* 16-50.

Une précision concernant l’image en tête de l’article : les objectifs ne sont pas à la même échelle, même s’ils sont issus de la même source.

Pentax DA* 16-50mm (partie)

Pentax DA* 16-50mm (partie)

 

Pentax DA 17-70 (partie)

Pentax DA 17-70 (partie)

 

Pentax HD DA 16-85mm (partie)

Pentax HD DA 16-85mm (partie)

 

 

Les ressemblances et similitudes

Ces 3 zooms représentent assez bien le savoir faire de Pentax en matière d’objectifs, du moins sur le plan des résultats obtenus. On sait que le 16-50 est probablement d’origine Tokina, ce qui ne semble pas être le cas de ses frères. Mais le rendu de tous les 3 est bien dans la tradition Pentax.

 

Bague de diaphragme

Aucun de ces objectifs n’en possède : l’ouverture du diaphragme sera donc obligatoirement réglée par le boîtier. En soi, cela n’est pas très important, sauf pour ceux qui aiment opérer entièrement « à la main », et notamment les adeptes des bagues d’inversion en utilisation macro : ici, il sera impossible de régler une quelconque ouverture !

 

Le poids et les dimensions

Le poids du 16-50mm est sensiblement supérieur à celui de ses frères, le diamètre de sa lentille frontale aussi. Ce poids supérieur peut-il expliquer, par rapport au 17-70, les problèmes de SDM évoqués ci-dessus ? Certains le pensent, mais faute d’éléments matériels pour étayer cette thèse, elle restera à l’état de conjecture.

En revanche, s’agissant des dimensions (longueur, diamètre), elles sont, somme toute, assez voisines. Tout au plus peut-on noter que le 16-85 s’allonge davantage que le 17-70 et le 16-50 lors de la montée en focale, mais cela reste assez raisonnable et conforme à la moyenne des objectifs du même type dans les autres marques.

 

Le Quick-Shift

Ce système permet d’affiner manuellement la mise au point après l’avoir effectuée dans un premier temps par le système auto-focus : on peut ainsi modifier légèrement le point sur lequel on veut concentrer la mise au point, ou, au contraire, affiner le résultat obtenu par l’AF. Bonne nouvelle : ces trois zooms bénéficient de cette fonctionnalité très appréciée.

 

L’utilisation

Nous l’avons dit et ne pouvons que le répéter : ces 3 zooms sont des « DA » et ont donc été conçus pour des appareils à capteur APS-C. Il serait vain de vouloir les utiliser sur le K-1 autrement qu’en mode APS-C (ou en mode Auto, qui détectera immédiatement que ce sont des « DA ») :  on s’exposerait à obtenir des images présentant un très fort vignetage sur toute la plage de focales, en même temps qu’une importante déformation de la partie centrale. Ponctuellement, on peut en apprécier l’effet, mais cela restera très marginal et on ne saurait en faire le mode d’utilisation quotidien !

 

Comparatif : Aberrations chromatiques, distorsion, netteté et flare

Ces quatre éléments ont déjà été étudiées pour le DA* 16-50 et le HD DA 16-85.

Rappelons quelques constations :

Pour ce qui concerne le DA* 16-50mm, le vignetage et la distorsion sont perceptibles à 16mm mais disparaissent rapidement en fermant un peu le diaphragme. Les aberrations chromatiques sont visibles dans les circonstances qui ont tendance à les favoriser. Rien de grave cependant. La netteté est excellente avec une petite baisse à 50mm.

Le HD DA 16-85mm présente à peu près les mêmes caractéristiques, quoique son traitement amélioré des lentilles (HD) apporte un indéniable progrès, notamment sur le plan de la netteté et du contraste. Reste le flare : sur ce point, le 16-50 paraît y être plus sensible que le HD DA 16-85. Là encore c’est probablement un effet du traitement HD dont bénéficie le plus récent.

Pour ce qui le concerne, le DA 17-70 présente une distorsion (en barillet) nettement plus marquée que ses frères. Il en est de même pour le vignetage. Ceci est particulièrement vrai à pleine ouverture, et tout redevient correct en fermant le diaphragme d’un cran ou deux. On notera, à cet égard, que ces 3 objectifs (mais c’est vrai aussi pour beaucoup de Pentax) présentent leurs meilleures performances entre 5.6 et 8. S’agissant du flare, il n’a pas été possible d’en produire au cours du test. Les aberrations chromatiques sont visibles à 17mm, mais disparaissent rapidement : c’est un comportement assez répandu parmi les zooms de ce type.

Quant à l’autofocus, il est irréprochable sur le HD DA (précis, rapide), moins rapide, mais précis sur le DA*. Pour le DA 17-70, une panne de SDM en cours de test – rare sur cette optique – n’a pas permis de le juger avec certitude.

 

Toutes les images ci-dessous ont été prises à 100 ISO. Les différences de luminosité ne sont dues qu’aux variations météorologiques (nombreux passages nuageux).

La balance des blancs était réglée sur AWB Multi-zones. Aucun post-traitement n’a été effectué (seulement un redimensionnement et l’apposition d’un filigrane).

 

A Pleine Ouverture

Nota : Pour le HD DA 16-85mm, la pleine ouverture est variable : 3.5 à 16mm mais déjà 4 à 24mm et 4.5 à 50mm

Focale 24mm env.Focale 50mm env
DA* 16-50mm f/2.8 24mm

DA* 16-50mm f/2.8 24mm

DA* 16-50mm f/2.8 50mm

DA* 16-50mm f/2.8 50mm

HD DA 16-85mm PO 24mm

HD DA 16-85mm PO 24mm

HD DA 16-85mm PO 50mm

HD DA 16-85mm PO 50mm

DA 17-70mm f/4 24mm

DA 17-70mm f/4 24mm

DA 17-70mm f/4 50mm

DA 17-70mm f/4 50mm

 

A F5.6

Focale 24mm env.Focale 50mm env.
DA*16-50mm f/5.6 24mm

DA*16-50mm f/5.6 24mm

DA* 16-50mm f/5.6 50mm

DA* 16-50mm f/5.6 50mm

HD DA 16-85mm f/5.6 24mm

HD DA 16-85mm f/5.6 24mm

HD DA 16-85mm f/5.6 50mm

HD DA 16-85mm f/5.6 50mm

DA 17-70mm f/5.6 24mm

DA 17-70mm f/5.6 24mm

DA 17-70mm f/5.6 50mm

DA 17-70mm f/5.6 50mm

 

A F9

Focale 24mm env.Focale 50mm env.
DA* 16-50mm f/9 24mm

DA* 16-50mm f/9 24mm

DA* 16-50 f/9 50mm

DA* 16-50 f/9 50mm

HD DA 16-85mm f/9 24mm

HD DA 16-85mm f/9 24mm

HD DA 16-85mm f/9 50mm

HD DA 16-85mm f/9 50mm

DA 17-70mm f/9 24mm

DA 17-70mm f/9 24mm

DA 17-70mm f/9 50mm

DA 17-70mm f/9 50mm

On notera une particularité : le rendu du HD DA 16-85mm est plus « chaud » que celui des 2 autres transstandards, surtout à 50mm.

 

Bokeh

Comme il est précisé ci-dessus, pour le HD DA 16-85mm, la pleine ouverture est variable : 3.5 à 16mm mais déjà 4 à 24mm et 4.5 à 50mm

Bokeh à pleine ouvertureBokeh à f/5.6
DA* 16-50mm Bokeh à 24mm.

DA* 16-50mm Bokeh à 24mm f/2.8.

DA* 16-50mm Bokeh à 24mm

DA* 16-50mm Bokeh à 24mm f/5.6.

DA* 16-50mm Bokeh à 50mm.

DA* 16-50mm Bokeh à 50mm f/2.8.

DA* 16-50mm Bokeh à 50mm

DA* 16-50mm Bokeh à 50mm f/5.6

HD DA 16-85mm à 24mm.

HD DA 16-85mm à 24mm P.O.

HD DA 16-85mm à 24mm.

HD DA 16-85mm à 24mm f/5.6.

HD DA 16-85mm Bokeh à 50mm.

HD DA 16-85mm Bokeh à 50mm P.O..

HD DA 16-85mm Bokeh à 50mm

HD DA 16-85mm Bokeh à 50mm f/5.6

DA 17-70 Bokeh à 24mm

DA 17-70 Bokeh à 24mm f/4.

DA 17-70mm Bokeh à 24mm

DA 17-70mm Bokeh à 24mm f/5.6

DA 17-50mm Bokeh à 50mm.

DA 17-50mm Bokeh à 50mm f/4.

DA 17-70mm Bokeh à 50mm.

DA 17-70mm Bokeh à 50mm f/5.6

Les bokehs fournis par ces trois objectifs sont assez voisins, ce qui paraît normal compte tenu des focales couvertes. La répartition est aussi assez uniforme à l’avant et à l’arrière du point de netteté.

Conclusion

Au terme de ce comparatif se pose l’éternelle question : lequel de ces trois trans-standards est le meilleur ? Cette question, autant le dire tout de suite, restera sans réponse. Quelques éléments militent toutefois pour un choix raisonnable.

Le DA* 16-50, le plus « vieux » de tous, a pour lui une qualité de fabrication de très haut niveau et un piqué sans pareil. Contre lui, on retiendra sa réputation tenace d’objectif fragile (alors que ce n’est plus le cas) et… son prix qui reste très élevé pour cette plage de focales.

Le DA 17-70, presque aussi « vieux » (il est apparu en 2008) semble en fin de carrière. Mais, avec une ouverture constante de f/4, une belle homogénéité d’ensemble, une très belle qualité d’image et une plage de focales séduisante, il présente des arguments de poids. Reste la motorisation SDM qui ne donnait pas lieu à trop d’incidents.

Pour son rapport qualité/prix, le HD DA 16-85 semble arriver en tête. Il n’est pas obligatoirement le meilleur en tout, mais il a pour lui :

  • la plage de focales
  • une qualité d’image de très bon niveau
  • une motorisation silencieuse et fiable (DC)
  • une conception peut-être plus « moderne » et surtout un traitement HD des lentilles qui lui apporte un surcroît de netteté et de contraste.

Le seul reproche que l’on pourrait formuler à son égard est l’ouverture glissante qui passe rapidement à 4, mais c’est relativement classique sur ce genre d’objectifs. Toutefois, reconnaissons que la souplesse que permettent les boîtiers Pentax récents en matière de montée en ISO rend ce reproche relativement mineur pour ce qui est de l’exposition. Sur le plan du bokeh, en revanche, c’est moins favorable.

 

 

Galerie

DA* 16-50mm à 16mm ( f/5.6 - 1/800ème)

DA* 16-50mm à 16mm ( f/5.6 - 1/800ème)

DA 16-85mm à 16mm (f/5.6 - 1/800ème)

DA 16-85mm à 16mm (f/5.6 - 1/800ème)

DA 17-70mm à 17mm (f/5.6 - 1/1000ème)

DA 17-70mm à 17mm
(f/5.6 - 1/1000ème)

 

Pentax K-5IIs + 16-50mm à f/2.8

Pentax K-5IIs + 16-50mm à f/2.8

 

 

 

 

 

 

 

 

DA 16-85 - 1/125s à f/11 - ISO 400 - 68mm

K3 + DA 16-85 – 1/125s à f/11 – ISO 400 – 68mm

 

K3 + DA 16-85 - 1/125s à f/14 - ISO 100 - 18mm

K3 + DA 16-85 – 1/125s à f/14 – ISO 100 – 18mm

 

K3 + DA 16-85 - 1/160s à f/5.6 - ISO 400 - 68mm

K3 + DA 16-85 – 1/160s à f/5.6 – ISO 400 – 68mm

 

Crédit photo : Micaz