Lorsqu’ils acquièrent un boîtier K-1, de nombreux amateurs pentaxistes se demandent quel objectif « à tout faire » ils vont bien pouvoir y monter. Ils cherchent des idées sur les forums ; et apprennent que le choix se résume pour l’essentiel à deux zooms : le Pentax 24-70mm f/2.8 et le Tamron 28-75mm f/2.8. Alors se pose l’éternelle question : Pentax ou Tamron ? Nous allons, dans cet article, essayer de donner des éléments objectifs de comparaison. Chacun pourra faire son choix – si nécessaire – entre l’un et l’autre, en fonction de ses propres critères.

 

 

Les caractéristiques de ces zooms

Le Pentax D FA 24-70mm a été testé par PentaxKlub en deux étapes. Une première fois sur boîtier APS-C (en l’absence de boîtier FF disponible), puis ensuite sur le K-1, boîtier full frame. Le Tamron 28-75mm XR DI a été testé à la fois sur boîtier APS-C et sur boîtier FF. Les lecteurs qui désireraient revoir les caractéristiques physiques de ces deux objectifs sont donc invités à se reporter aux tests accessibles par les liens ci-dessus.

 

Revenons à nos moutons…

Au moment du choix, les conseilleurs sont nombreux. Et le parti pris des uns et des autres fait fureur ! La virulence des adeptes inconditionnels du Pentax n’a d’égale que l’intransigeance des partisans acharnés du Tamron.

Le rédacteur de ces lignes possédant les 2 zooms en question, il va tenter d’apporter quelques éléments en s’efforçant de rester aussi neutre que possible.

 

 

Les ressemblances entre le Pentax et le Tamron

L’ouverture

La première de ces ressemblances est l’ouverture maximale constante à f/2.8. Chacun en conviendra : c’est très agréable de ne pas à subir les conséquences en termes de luminosité d’une ouverture glissante.

 

Le « range »

La deuxième ressemblance : chacun de ces zooms couvre la plage la plus utilisée en photographie : de 28mm à 70mm. Cela permet tout à la fois le reportage, la photo de rue, le paysage, le portrait (certains portraits), autant de domaines couramment pratiqués. Mais nous y revenons plus loin.

 

La qualité d’image

Une troisième ressemblance ? La qualité d’image ! Ces deux zooms permettent des images d’une grande netteté, piquées à souhait, « very sharp » comme disent les anglais ! Et c’est confirmé par les images « de test » ci-après.

D’autres encore ? Ah…ben, non ! C’est tout ! Le reste, ce ne sont que des différences.

 

 

Les différences entre le Pentax et le Tamron

Elles sont très nombreuses. Qu’on en juge !

 

Le prix

Nous le citons en premier parce que c’est souvent la première chose à laquelle pense l’acheteur potentiel. Et, sur ce plan, il n’y a pas photo, comme on dit couramment.

Hors promotions, le prix du Pentax est de 1289€ (Boutique Pentax), celui du Tamron de 419€ (chez le fournisseur le plus connu). La différence est d’importance, même si elle s’explique, du moins en partie.

 

Le fonctionnement

Le 24-70 Pentax est très nettement plus silencieux que le 28-75 de Tamron : c’est normal, la motorisation est complètement différente : SDM (modernisé) pour le Pentax, traditionnelle (« screw-drive ») pour le Tamron. La mise au point AF est aussi notablement plus rapide.

 

La fabrication

Même s’il n’est pas fabriqué « à l’économie », le Tamron fait beaucoup plus « plastique » que le Pentax. Les matériaux utilisés semblent d’une gamme inférieure. D’où un fonctionnement nettement moins « onctueux ».

 

La bague de diaphragme

Le Tamron possède une telle bague, même si sa manipulation peut s’avérer difficile avec le K-1 (voir notre test). Au contraire, le Pentax, de conception plus moderne, n’en possède pas : l’ouverture est obligatoirement gérée à partir de la molette du boîtier.

 

Une fonction « macro »

Le Tamron possède une telle fonction, dont le Pentax est dépourvu. Certes, le Tamron 28-75mm n’est pas du tout un véritable objectif macro : son rapport de grossissement n’est que de 1:3,9 soit 0,26x contre 0,20x pour le Pentax, mais cela lui donne tout de même des possibilités en photo rapprochée (mise au point minimale à 33cm – 38cm pour le Pentax).

Sur ce plan, le Tamron offre donc des possibilités légèrement supérieures à celles du Pentax.

Les dimensions et le poids

Mis côte à côte, la différence est flagrante : le Pentax est beaucoup plus encombrant et aussi plus lourd. : 812g avec pare-soleil, contre 510g pour le Tamron

Ci-après, une image avec les 2 objectifs, côte à côte, accompagnés du Pentax D FA 28-105mm f/3.5-5.6 (à droite, à titre de comparaison).

 

Pentax 24-70mm - Tamron 28-75mm - Pentax 28-105mm

Pentax 24-70mm – Tamron 28-75mm – Pentax 28-105mm

 

La plage de focales

Nous avons considéré plus haut que ces 2 zooms couvrent une plage de focale très utilisée en photo. Oui, mais de 28 à 70mm seulement.

Notons que la focale la plus longue bénéficie au Tamron (+ 5mm) et la plus courte au Pentax (- 4mm).

Qu’il nous soit permis de penser, sur ce plan, que la focale la plus courte est aussi bien souvent, pour ce type de zoom, la plus importante. Si 70 ou 75mm sont assez proches en termes de résultats, il n’en va pas de même pour la focale la plus courte. 24mm est une distance focale nettement plus grand-angle que 28mm et permet, surtout en intérieur, des images qui seraient très difficiles, voire impossibles à faire à 28mm.

Bien sûr, en photo de paysage, ce n’est pas un gros problème : on peut généralement faire quelques pas en arrière… si l’on n’est pas au bord d’un précipice, bien sûr !

Certains diront qu’à 24mm les déformations géométriques sont plus importantes qu’à 28mm. C’est vrai en théorie, beaucoup moins dans la pratique : le Pentax est, de ce point de vue, très bien corrigé !

 

Des images ?

Pour illustrer ces propos, quelques images…

Nota : les images à 75mm pour le Tamron et à 24mm pour le Pentax ne sont là que pour illustrer la différence de cadrage : on n’en tire aucune autre conclusion.

 

 
Focale / OuvertureImages Pentax
24mm - f/2.8
35mm - f/2.8
50mm - f/2.8
75mm - f/2.8
24mm - f/8
35mm - f/8
50mm - f/8
70mm - f/8
24mm - f/11
35mm - f/11
50mm - f/11
70mm - f/11
 
 
Focale / OuvertureImages Tamron
28mm / F2.8
35mm / F2.8
50mm / F2.8
75mm / F2.8
28mm / F8
35mm / F8
50mm / F8
75mm / F8
28mm / F11
35mm / F11
50mm / F11
75mm / F11
 

 

On le voit, en termes de piqué, de netteté, les différences ne sont pas énormes. Précisons que les photos ci-dessus sont directement issues des fichiers RAW et qu’elles n’ont reçu pour traitement qu’un redimensionnement et l’apposition d’un filigrane.

Le rendu chromatique, pas très différent d’un zoom à l’autre, est fidèle à la réalité.

On regrettera cependant qu’il n’ait pas été possible d’éviter les variations de lumière le jour de la prise de vue (début novembre). Ici, cela a profité au Tamron.

 

 

Le bokeh

Nous avons pris le parti de choisir, pour chacun de ces zooms, d’utiliser la focale maximale, qui, en principe, donnera le meilleur bokeh.

Dans ces conditions, évidemment à ouverture de diaphragme égale, le Tamron se trouve très légèrement avantagé (75mm contre 70mm pour le Pentax).

Le sujet photographié se situe à environ 1m du plan du capteur. L’inclinaison de la bouteille est d’environ 45° par rapport à l’horizontale. Cela permet d’avoir une meilleure idée de la profondeur de champ.

 

Une comparaison  sur le bokeh

(Rappel : le cadrage le plus « large » est celui du Pentax)

Bokeh  à f/2.8 :
Bokeh à f/5.6 :
Bokeh à f/11 :

 

Comme on le voit sur les images ci-dessus, et en faisant abstraction de la différence de cadrage, les bokehs sont très proches. La préférence pour l’un ou l’autre relève plutôt de goûts personnels.

Vignetage

Un léger vignetage apparaît aux grandes ouvertures sur les deux zooms. Jamais véritablement gênant, il sera facilement corrigé en Post-Traitement.

 

 

Distorsion – Aberrations chromatiques – Flare

Les images ci-dessus ne permettent pas de se faire une idée précise sur ces points : la source de lumière, située derrière le photographe, ne génère aucune aberration. Et la scène n’est pas propice à la détection de distorsions. Dès lors, nous invitons nos lecteurs à se reporter aux tests dont les liens sont donnés plus haut. Ils y retrouveront nos commentaires sur ces points.

S’agissant du flare, il nous a été impossible d’en trouver sur des images issues du D FA 24-70. Ce qui ne signifie pas qu’il ne peut pas en exister, bien sûr !

Il n’en va pas de même pour le Tamron comme en témoigne cette image (parmi de nombreuses autres prises au même endroit sous des angles différents) :

Lisbonne - "Padrão dos Descobrimentos"

Lisbonne – « Padrão dos Descobrimentos »

 

 

Lequel des deux ?

Que faut-il en déduire ? Eh bien, il suffit de relire ce qui est écrit ci-dessus : ces deux objectifs constituent un excellent choix pour shooter avec un boîtier plein format comme le K-1. Si ce dernier vient à avoir un successeur – ce que tout pentaxiste sans doute espère fermement ! – il sera toujours temps de refaire des tests et de tirer d’autres conclusions…ou les mêmes !

Le Tamron peut largement suffire si on n’a pas besoin d’une focale inférieure à 28mm et si l’on ne peut pas ou ne veut pas investir les sommes que réclame le Pentax. Le rapport qualité/prix est très nettement en sa faveur. Et il capte mieux que son concurrent la lumière et les couleurs. Mais il s’avère bruyant et visuellement moins « classe ». Quant au flare, il vaudra mieux shooter dans des conditions propres à l’éviter !

Le D FA 24-70mm de Pentax a pour lui une conception beaucoup plus moderne…et sans doute des liens de parenté, même éloignés dans le temps, avec son « concurrent ». Et aussi, et ce n’est pas négligeable, un silence de fonctionnement bien agréable dans des lieux où tout bruit devient incongru. Son amplitude de focale est légèrement plus importante : 2,92 (70/24) contre 2,68 (75/28). Et surtout, chose primordiale de notre point de vue, il « descend » à 24mm, véritable focale grand-angle en plein format.

Dès lors, cruel dilemme quand on possède ces deux très bons zooms : lequel garder, lequel délaisser ? Choix cornélien s’il en est ! Pour ma part, il a été résolu en gardant les deux exemplaires, le Tamron étant réservé aux voyages pour son poids et son encombrement bien moindres sans pour autant sacrifier la qualité d’image. Même si, intrinsèquement, je continue de préférer le Pentax qui a toutes les qualités du Tamron (parfois en mieux encore), sauf la légèreté et l’encombrement, et d’autres en plus : silence, tropicalisation, meilleurs traitements des lentilles induisant une faible sensibilité au flare.