De l’entretien et du nettoyage des optiques et des accessoires

Entretien des objectifs

Comme pour les boîtiers, inutile d’investir dans des kits de nettoyage du commerce. Quelques précautions d’utilisation et du bon sens devraient déjà éviter les salissures les plus courantes :

  • utiliser les housses et étuis (bien fermés) pour transporter les objectifs qui ne sont pas sur le boîtier ;
  • toujours les manipuler avec soin et sans « brutalité », surtout lors du montage sur le boîtier et du démontage (ne jamais forcer est impératif) ;

Mais bien sûr, si c’est indispensable, ce n’est pas suffisant.

Quel matériel de nettoyage utiliser ?

Sont éliminés d’office :

  • les produits de nettoyage ménagers
  • les chiffons et ustensiles abrasifs
  • les lingettes imbibées conçues pour les lunettes (d’ailleurs, de nombreux opticiens les déconseillent aussi pour nettoyer les lunettes)
  • les bombes dites « à air comprimé » surtout quand ignore la composition exacte du gaz propulseur.

 

Accessoires utiles :

  • un pinceau soufflant ou une poire soufflante
  • ou, souvent plus pratique, un pinceau acheté en magasin de bricolage : attention toutefois à le choisir de très bonne qualité, avec des poils doux (il ne doit pas non plus perdre ses poils : pour l’éviter, avant la première utilisation, mettre le pinceau à tremper quelques heures dans de l’eau déminéralisée, puis l’essorer et le laisser sécher complètement loin de toute source de chaleur)
  • un chiffon en micro-fibres

Comment procéder ?

Pour le fût de l’objectif, le pinceau devrait suffire à éliminer toutes les poussières et/ou salissures. Si ce n’est pas le cas, utiliser un peu d’eau déminéralisée (2 ou 3 gouttes, pas plus) et un autre pinceau (afin de toujours en avoir un sec).

Pour le nettoyage de la lentille arrière, éliminer au pinceau les éventuelles poussières apparentes, puis finir avec le pinceau soufflant.

Pour la lentille frontale :

Certains la protègent avec un filtre neutre de bonne qualité après s’être assurés qu’elle est dans un état de propreté irréprochable. D’autres affirment que la présence d’une couche de verre supplémentaire (et, par voie de conséquence, d’une couche d’air intermédiaire) entraîne une perte de qualité des images. Peut-être… mais pas sûr que la perte soit si importante : à chacun de se faire son avis que cette question. Mais n’est-il pas préférable de risquer une légère perte de qualité plutôt que d’endommager la lentille frontale en cas de léger choc ou de frottement contre une surface dure ?

Le remplacement d’un filtre, même de qualité, est bien moins onéreux que le remplacement d’un objectif.

Et le nettoyage d’un filtre est moins risqué aussi, même s’il est identique à celui de la lentille elle-même.

Si donc un nettoyage de la lentille frontale devient nécessaire, la première chose à faire est de la dépoussiérer complètement au moyen du pinceau soufflant (ou d’une poire et d’un pinceau).

Utiliser ensuite un chiffon en micro-fibres à passer sans trop appuyer, sur toute la surface de la lentille, en format des cercles concentriques. N’utiliser aucun produit qui risquerait d’endommager le traitement multi-couches. Il faut garder à l’esprit qu’une force trop importante exercée sur cette lentille pourrait aussi l’endommager. Au besoin, l’embuer légèrement avant de passer le chiffon.

Entretien des accessoires

Pour ce qui est des filtres et des accessoires optiques (convertisseurs, doubleurs,..) il faut procéder comme pour les lentilles frontales et arrière des objectifs.

Si vous utilisez des bagues-allonges et/ou des soufflets pour la macro, un dépoussiérage régulier s’impose : l’utilisation d’un aspirateur (à faible puissance) avec un embout adapté peut être envisagée

Les monopodes et trépieds doivent être nettoyés dès le retour du « terrain », surtout si ce terrain était boueux. Vérifiez aussi régulièrement :

  • le bon blocage des différentes sections des pieds
  • le système de verrouillage du plateau rapide : il serait dommage, par négligence, de voir un ensemble objectif/boîtier à terre en croyant l’avoir correctement verrouillé

Les courroies de cou, les sacs de transport doivent faire l’objet d’une attention particulière : rien n’est plus désagréable qu’une sangle qui cède, et toujours au plus mauvais moment, bien sûr.

Pour les flashes, vérifiez que les contacts des batteries ne sont pas oxydés et, si vous les utilisez rarement, retirez les batteries.

En cas d’erreur d’enregistrement (ou de difficulté) sur les cartes mémoire, ne prenez pas le risque de perdre vos photos : changez de carte sans délai.

Et n’oubliez pas que le matériel de nettoyage doit lui-même être bien entretenu :

  • les chiffons en micro-fibres se lavent (y compris en machine) à 30° sans perdre leur efficacité
  • les pinceaux doivent être régulièrement vérifiés : s’ils commencent à perdre leurs poils, il est plus sage de les remplacer.