Le passage à la photo numérique a fait disparaître la matérialité des photos. Les photos ne sont plus des négatifs, des tirages papier, des diapositives, c’est-à-dire des objets concrets et palpables. Ce sont des fichiers immatériels.

Pour les visionner, il faut une installation informatique qui va de la lecture des fichiers à la matérialisation sur un écran. C’est-à-dire une démarche aussi « lourde » qu’une projection de diapositives. Un rituel avec ses plaisirs, mais aussi ses contraintes dissuasives.

Soyons honnêtes, la proportion des photos que nous regardons, par rapport à celles que nous faisons est infiniment plus basse qu’à l’époque argentique. C’est dommage. Si l’on ajoute à cela le problème de la conservation des fichiers, il est très logique de se tourner vers les tirages papier groupés en livres de photos, en albums de photos. Pas des albums de photos collées sur des feuilles cartonnées par des coins collants ! Non, des albums reliés dont les pages sont des photos. Des vrais livres-albums.

La fabrication de tels livres-albums passe par 2 phases.

 

 

Trouver un éditeur

Cette phase se déroule le plus souvent sur internet, mais aussi dans les Salons photo ou beaucoup d’éditeurs ont des stands. Certaines boutiques de photos (parmi celles qui restent) proposent également la conception de livres. Elles passent par ces mêmes éditeurs, le plus souvent sans commission pour le client, mais avec leur aide.

Cette phase consiste à choisir, selon des critères communs à tous les éditeurs :

  •  Le format -taille (disposition verticale, carrée, horizontale, panoramique) -nombre de pages
  •  Le type de finition (relié, broché, spirale, cahier agrafé, couverture à fenêtre, ouverture à plat pour les photos sur 2 pages…)
  •  Le niveau de finition -type de papier, grammage, tirage…
  •  Les tarifs
  •  L’expédition.

 

Le choix des formats est assez normalisé :

  • Petit : de taille A6/A5 (carnets agrafés souples ou spiralés souples ou à couverture rigide)
  • Moyen : de taille A4 avec des variantes 2/3 4/3, format paysage ou portrait. Il s’agit de la taille standard.
  • Grand : A3 ou intermédiaires entre A4 et A3 panoramiques.

 

La pagination est plus variable, avec une norme par défaut variant de 20 à 26 pages pour le format moyen. La page supplémentaire est tarifée selon le format. Parfois le tarif comporte des propositions jusqu’à 120 pages.

Le niveau de qualité du papier varie de « simple », avec impression pigmentaire, vernie ou pas, à photographique (dont la provenance peut être précisée, souvent Fuji…), mat, satiné, brillant, et surtout par son grammage de 115 g à 380 g,

En bref, selon votre choix, un album vous reviendra de 15€ à 70€, ou plus pour les albums grands et/ou luxueux, jusqu’à 200€. Le prix moyen, pour un format A4 avec une pagination de 24-26 pages est de 40-50€.

Les principaux éditeurs-fournisseurs sont les suivants, par ordre alphabétique.

EditeurFormatDimensionsTypePages+ pagePapierTarifs
BLURBA4 paysage20x25standard20simple20 - 41€
différents formats28x3320papier photo47 - 69€
CEWE"papier satiné"de mini, A5,A4 à panode 12 à 154simple8 - 60€
"papier mat premium"A5 à panorama XXLpapier satiné +vernis mat261,50€ pour 8 pagessimple23 - 76€
"papier brillant"A5 à panorama XXL261,50€ pour 8 pagessimple23 - 70€
papier photo mat/brillantA5 à panorama XXL267€ pour 8 pagespapier photo30 - 85€ / 35 - 95€
FUJIFILMA4 paysage portraitfolio24papier photo25 - 55€
jacquette+ 5€
monalbumphotoA421x29,7expression24photo 200g23€
A4 paysage portrait à plat21x29,7premium24photo 380g46€
MyphotobookA420x28souple20 à 200tarifs par Nb de pagesphoto 170g20 - 152€
A420x28rigide - papier photo24 (à 250)tarifs par Nb de pagesphoto 170g30 - 52€ (280€)
Photobox< A420x20souple30simple~25€
A421x28luxe26+0,99€ /pagesimple~35€
A421x29premuim26+0,99€ /pagesimple~60€
SAAL15x21couverture rigide26 à 100papier photo Fuji crystal20 - 57€
A421x28couverture rigide26 à 120papier photo Fuji crystal35 - 100€
A4 carré28x28couverture rigide26 à 120papier photo Fuji crystal40 - 130€
A328x42couverture rigide26 à 100papier photo Fuji crystal70 - 203€

Ce tableau n’est pas exhaustif.

 

Il convient par exemple d’ajouter l’éditeur Créa Livre qui propose 13 lignes d’albums, 10 modèles de couvertures dont 4 cuirs, des plexiglas, du métal, etc., jusqu’à 21 formats de 7×10 à 30×40 (9 en portrait, 7 en carré et 5 en paysage !), des coffrets CD-DVD, des coffrets clé USB. Toutes les illustrations sont des photos de mariages. Pas de prix directement accessibles… Peut-être pour ne pas pénaliser les photographes de mariage…

Stand CEWE, éditeur allemand - Salon de paris 2016

Stand Crealivre – Salon de la photo 2016 – Paris

 

Stand CEWE, éditeur allemand - Salon de paris 2016

Stand CEWE, éditeur allemand – Salon de paris 2016

 

Une remarque importante : Si vous pouvez vous le permettre, privilégiez un type d’album avec des tirages sur papier photo ; vérifiez que ce point soit explicitement indiqué. La différence de qualité est plus qu’évidente.

 

 

 

Créer votre album

Ce processus passe toujours par le chargement d’un mini-logiciel – ou un site Web avec interface – qui permet de le confectionner, en choisissant son format, la couverture, le fond de page intérieur, le lettrage et enfin, enfin, les photos choisies et les mises en page (disposition et taille). À ce moment de la confection, toutes les modifications sont possibles, y compris l’ajout de pages si besoin. Tout ce processus est classiquement informatique, plus ou moins commode d’un éditeur à l’autre.

Quand tout cela est fait, qu’un dernier contrôle a été fait, on sauvegarde et on valide. Puis on paye, électroniquement ou en boutique, selon le cheminement choisi. Et on a plus qu’à attendre la livraison.

Il convient ici de rétropédaler pour parler d’un stade extrêmement important et qui peut (et devrait) se placer avant celui de la création concrète de l’album ; celui de la conception.

Vous avez tout intérêt à concevoir votre album dès que vous avez choisi votre éditeur. C’est à dire :

  • trier les photos dont vous voulez faire un (des) album(s).
  • articuler ce choix par :
    • genre
    • thème
    • période
    • lieu
    • personne.

 

Ensuite, décider du genre de votre album, par exemple : Un thème et plusieurs époques et lieux, ou bien un lieu (qui devient le thème) et plusieurs époques et genres…

Stand CEWE, éditeur allemand - Salon de paris 2016

Stand SAAL – Salon de la photo   2016 – Paris

 

Salon de la photo 2016 - Paris

Salon de la photo 2016 – Paris

 

Quand vous avez fait ce choix, si vous le faites, il s’agit de ranger vous photos sur les pages (virtuelles) ou matérialisées sur votre écran si vous savez faire, de façon qu’elles s’harmonisent entre elles, ou qu’au moins elles ne se nuisent pas les unes les autres. À ce stade, vous décidez de leurs tailles réciproques. Vous mémorisez tout cela de façon à vous faciliter la tâche quand vous passerez à la phase 2 de création.

Donner des règles précises de mise en page est délicat. Elles sont liées à votre goût, à vos envies à un moment donné : album luxueux avec couverture noire glacée et lettrage doré, album rigolo multicolore avec titres loufoques, album vintage… Elles sont liées à votre projet, à l’usage que vous voulez faire de votre album, à ses destinataires, à l’image que vous voulez donner de vous. Un album de famille ne se conçoit pas comme un book.

Or vous pouvez commander sur le Net des albums qui iront de la simple plaquette souvenir d’un évènement, d’un moment agréable, à l’ouvrage beaucoup plus sophistiqué qu’est un book professionnel. C’est par rapport à cette démarche que la maquette virtuelle prend toute son importance, joue tout son rôle. A minima, cela vous évitera de commettre des erreurs au moment où vous fabriquerez votre album dans le logiciel de l’éditeur, au moment ou vous devrez vous concentrer sur des manœuvres informatiques auxquelles vous n(êtes pas habitué(e)s, sinon vous n’auriez pas besoin de lire cet article, et sur le choix des photos.

De façon générale la conception d’un livre-album photo est de l’EDITING (choix des photos à retenir pour une édition dans un ensemble plus large).  Qui doit se faire en ne s’occupant que de cette question : Quel livre je veux ? Donc quelles photos j’y mets ? Comment je les présente ? Est-ce que j’y mets un texte ? Si oui, quel texte ?

Ces questions et les réponses que vous y apportez sont des suites de portes que vous ouvrez sur un livre qui vous plaira, et apportera du plaisir à ceux qui le regarderont et donc à vous-même.

Car avant d’être un moyen de conservation de vos photos, un livre, un album est un moment de plaisir que vous vous offrez.