Faut-il militer pour des objectifs à ouverture f/4 ?

Lors d’un achat d’objectif, si vous aviez le choix entre un objectif ouvrant à f/2.8 et un autre à f/4 sur le même range, lequel achèteriez-vous ? Cette question pourrait vous faire sourire, tellement la réponse paraît évidente. Il faut acheter l’objectif qui ouvre à f/2.8, puisque ce dernier permet de faire rentrer deux fois plus de lumière que celui ouvrant à f/4… à pleine ouverture uniquement. Pourtant, cette question est plus légitime qu’il n’y paraît de prime abord.

 

Un rappel pour commencer

En règle générale, les objectifs de type focale fixe ne sont pas vraiment concernés par ce type de débat, ces derniers étant la plupart du temps lumineux, avec une ouverture plus grande que f/2.8, surtout pour les petites et moyennes focales. On notera que certaines longues focales ont droit à une version f/4 (comme le Nikon 600/4 ou le Pentax 300/4). On abordera donc le sujet du point de vue des zooms uniquement. Pour ces objectifs, il s’agira de choisir l’ouverture constante que l’on pourra utiliser sur toute la plage focale de l’objectif.

Si la question se pose, c’est que chez de nombreux constructeurs, il peut exister deux gammes de zoom, une à f/2.8 et l’autre à f/4. Chacune avec ses avantages et ses inconvénients. Les objectifs concernent essentiellement 3 ranges :

  • 15-30
  • 24-70 à 24-120
  • 70-200

Il peut en exister d’autres (comme un 180-400 chez Nikon), mais ces 3 ranges concentrent principalement les attentions des constructeurs. Pourquoi ? Parce que la grande majorité des photographes utilisent des zooms dans ces plages de focale. Certains utilisent même l’expression de « sainte trinité » (ou équivalent) pour qualifier les 3 zooms que sont les 15-30/2.8, 24-70/2.8 et 70-200/2.8. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Pentax, au moment de la mise en vente du K-1 (son premier Full Frame officiel), avait ces 3 produits au catalogue. Le range 24-70 est sans doute le plus polyvalent. Son équivalent APS-C étant le 16-50/2.8.

D800 & 24-120/4
Une infidélité pour tester un 24-120/4 sur un Nikon D800

 

Chez Pentax, ces 2 gammes n’existent pas pour le monde Full Frame. Contrairement au monde APS-C.

 

Principaux avantages et inconvénients des f/2.8 et f4

Où l’on s’aperçoit aussi que les avantages des uns sont les inconvénients des autres, et vice-versa. Le discours pourra donc être similaire ou opposé.

D’un côté il y a les zooms à ouverture f/2.8. Ces derniers proposent une ouverture plus grande, ce qui permet de faire rentrer plus de lumière et d’obtenir un meilleur bokeh. De l’autre, des objectifs moins performants en termes de lumière, mais qui ont peut-être d’autres avantages. Par exemple, les versions f/4 disposent souvent d’un range supérieur à celui de la version f/2.8. Ainsi, si le range 24-70 est classique pour un f/2.8, on aura plus souvent un range de 24-105, voire 24-120, pour les f/4.

AvantagesInconvénients
f/2.8

Plus l’optique est lumineuse, moins le photographe est obligé d’augmenter les ISO pour conserver une vitesse relativement rapide.

Utilisation de vitesses plus rapides

Plus l’ouverture est grande, plus le bokeh est prononcé.

Objectif lumineux = meilleure accroche de l’AF lors de la visée.

Les prix.

Le poids.

f/4

Le poids.

Le prix d’un zoom à ouverture constante f/4 est plus attractif que le même objectif à ouverture f/2.8.

Une optique moins lumineuse puisqu’à f/4, il y a 2 fois moins de lumière qui arrive au capteur pour une même vitesse.

Un bokeh un peu moins agréable visuellement.

Un objectif parfois moins à l’aise dans certaines pratiques photographiques.

 

Points particuliers

Sur les vitesses et ISO

Malgré la grande ouverture proposée, vous avez le risque de descendre en dessous du seuil à partir duquel le flou de bougé devient visible. Pour rappel, il existe une règle simple pour calculer ce seuil : dès que la vitesse est inférieure à 1/focale. Par exemple, si la focale est de 70 mm il faut éviter de descendre en dessous de 1/70 s. Évidemment, si l’objectif ou le boîtier est stabilisé, vous allez pouvoir gagner entre 2 et 5 vitesses. Attention, la stabilisation permet de réduire uniquement les mouvements du photographe, pas ceux du sujet photographié !

DA 17-70/4 & K-3 - 1/20s à f/4, ISO 1600 - 24mm
DA 17-70/4 & K-3 – 1/20s à f/4, ISO 1600 – 24 mm

 

Disposer d’un objectif deux fois plus lumineux à la plus grande ouverture proposée permet donc mécaniquement de ne pas trop descendre en vitesse ou de compenser avec une montée en ISO trop importante. Ce qui va se ressentir plus particulièrement avec certaines pratiques photos. Comme par exemple en sport ou toute autre pratique ayant des situations où le photographe souhaite figer l’image.

 

Le Bokeh

Ce flou d’arrière-plan, si plaisant et obtenu grâce à une profondeur de champ réduite, est très recherché par les photographes. Pour l’obtenir, il faut tenir compte de la distance focale, de la distance par rapport à l’arrière-plan, mais aussi (et surtout) de l’ouverture. Dans la pratique, les bokeh obtenus à f/2.8 et f/4 sont assez proches, même si des détails sont plus visibles et la profondeur de champ un peu plus importante.

 

Le piqué

Sauf exception particulière et rarissime, un objectif n’offrira jamais son meilleur piqué à pleine ouverture. Il faut généralement fermer d’un ou deux crans pour qu’ils atteignent leur excellence. Ainsi, un objectif à f/2.8 offrira un piqué optimal à f/4 ou f/5.6. Pour un objectif à f/4, ce seuil sera atteint à partir de f/5.6 ou f/8. On pourrait donc conclure que si vous cherchez à photographier à pleine ouverture tout en ayant le meilleur piqué, les objectifs f/2.8 sont un meilleur choix. Dans la pratique, ce n’est pas toujours vrai, c’est variable selon les objectifs.

DA 17-70/4 & K-3 - 1/125s à f/6.3, ISO 200 - 17mm
Biarritz sous la pluie – DA 17-70/4 & K-3 – 1/125s à f/6.3, ISO 200 – 17 mm

 

Le poids

Parce que la formule optique est plus simple et que les lentilles n’ont pas besoin d’avoir un diamètre aussi imposant (elles sont plus petites en diamètre et donc moins lourdes), le poids des objectifs f/4 constant est plus faible. Par exemple, le DFA ★ 70-200/2.8 pèse 1,8 kg et le diamètre pour les filtres est de 77 mm. Le futur DFA 70-210/4 pèsera presque deux fois moins (environ 0,9 kg) et le diamètre sera de 67 mm !

DFA 60-250
En montagne, le poids est parfois essentiel – DA ★ 60-250/4 & K-3 – 1/160s à f/13, ISO 100 – 68 mm

 

Un moindre embonpoint qui fait du bien au bras… et au porte-monnaie.

 

Le prix

Les objectifs ouvrant à f/2.8 seront toujours plus chers que ceux ouvrant à f/4, à focale ou gamme de focales équivalentes. Cela est dû aux formules optiques plus complexes (avec sans doute plus de lentilles). À noter que Tamron et Sigma proposent en général des optiques f/2.8 plus attractives financièrement que les versions constructeurs. Malheureusement, pauvres pentaxistes que nous sommes, le marché de la monture K n’est pas assez rentable pour que des indépendants proposent des objectifs.

Le procédé de fabrication étant moins complexe, les prix sont inférieurs. Ainsi, on peut s’attendre à un prix plus raisonnable pour le futur DFA 70-210/4, de l’ordre de 1200 € sans doute.

 

Remplacer les zooms f/2.8 par des zooms f/4 ?

Ce n’est clairement pas le but recherché. Au contraire, il s’agit ici de pouvoir proposer les 2 qui coexisteront en bonne entente. Encore une fois, le choix d’un objectif dépend des pratiques photos. C’est vos pratiques qui détermineront le choix de vos objectifs. Avoir les 2 au catalogue laisse la possibilité aux photographes de choisir. Si vous photographiez principalement de l’action ou des sujets en mouvement, un objectif à f/2.8 sera plus adapté. En revanche, pour des paysages ou des voyages, un objectif f/4 sera plus économique, plus compact, plus léger.

En APS-C, le pentaxiste dispose du choix de la « sainte trinité » entre les 2 gammes :

DA ★11-18 f/2.8Un DA ★ de la seconde génération de type UGA
DA ★ 16-50 f/2.8Un DA ★ de la première génération, le zoom à tout faire comme son équivalent FF le 24-70. Une version plus récente serait appréciée.
DA ★ 50-135 f/2.8Ce DA ★, de première génération lui aussi, propose une focale proche de ce qu’un 70-200 proposerait sur FF. C’est le troisième élément de la « sainte trinité » en f/2.8 pour APS-C.
DA 12-24 f/4Cette optique a longtemps été le seul zoom UGA non fish-eye pour APS-C. Il mériterait une petite cure de jouvence HD (et WR).
DA 17-70 f/4Une optique méconnue, mise de côté par les pentaxistes au profit du 16-50/2.8. On lui a reproché bien des choses comme un moteur SDM peu performant et d’être un f/4.

Il mériterait largement une seconde chance en version HD et WR.

DA ★ 60-250Le troisième élément de la trinité version f/4 est le seul disponible en version ★. Une très belle optique.

 

Pour les Full Frame, la « sainte trinité » n’existe qu’en version f/2.8

DFA 15-30 f/2.8Un UGA gros, lourd et encombrant. Heureusement que la qualité offerte est à la hauteur.

Une version plus économique en f/4 serait appréciée.

DFA 24-70 f/2.8 Le zoom à tout faire par excellence. Un des meilleurs 24-70 toutes marques confondues.
DFA ★ 70-200 f/2.8

 

L’absence de tout élément de la trinité en version f/4 est criante. Pourtant un DFA 24-105/4 (ou 24-120/4) aurait toute sa place, entre le haut de gamme en f/2.8 et le DFA 28-105 à ouverture variable (que certains ne trouveront pas assez qualitatif). Cet objectif hypothétique rencontrerait un succès intéressant. De par la polyvalence qu’il offrirait et le poids, ce serait l’objectif idéal pour bon nombre de sorties photos et autres voyages. On notera qu’il existe un espoir, Pentax ayant dans ses cartons un DFA 70-210/4 qui pourrait être disponible d’ici le CP+ 2020.

 

Alors, faut-il des zooms à ouverture f/4

Ce qui compte en photo, ce n’est pas tant le boîtier, mais les objectifs associés. Une optique décevante le restera toujours, même si le boîtier est très performant. Car, il ne faut pas l’oublier, photographier veut dire peindre avec la lumière. Si la lumière est de mauvaise qualité, l’électronique ne pourra pas tout compenser. Il vaut mieux investir dans de très bons objectifs que de changer de boîtier tous les ans.

DA 60-250
Bistrot et téléphone – DA ★ 60-250/4 & K-3 II – 1/100 à f/4.5, ISO 2500 – 68 mm
DA 60-250
Couple – DA ★ 60-250 & K-1 – 1/160s à f/5.6, ISO 200 – 170 mm

 

Attention, il n’est pas question ici de soutenir l’idée selon laquelle on doit conserver un boîtier 10 ans ou plus. Il y a eu des sauts technologiques très importants qui ont grandement amélioré la qualité des photos. Entre l’électronique du K-7 et celle du K-70, il y a un écart considérable. Certes, si vous avez un boîtier récent, c’est-à-dire inférieur à 5 ans, vous pouvez encore le conserver. Mais s’il est plus âgé, n’hésitez pas à investir. Adossée à une excellente optique, la différence se fera sentir.

Si on recherche d’excellents objectifs photographiques, les zooms à ouverture f/2.8 constante ont une bonne longueur d’avance sur leurs homologues à f/4 constant. Ces derniers ne l’emportant sur le papier que dans les domaines du poids et du prix. Mais depuis quelques années, on s’aperçoit que les zooms f/4 ont fait d’énormes progrès sur le plan de la qualité visuelle. Ce qui est logique d’une certaine manière puisque tout ce qui a contribué à rendre meilleures les optiques haut de gamme peut se retranscrire en partie dans une gamme intermédiaire. Comme les traitements des lentilles ou le diaphragme à 9 lamelles (ou plus).

DA 17-70 Sceaux
Château de Sceaux – DA 17-70/4 & K-3 – 1/250 à f/14, ISO 200 – 17 mm
Oléron - DA 60-250
Oléron – DA ★ 60-250/4 & K-7 – 1/1000s à f/4, ISO 200 – 68 mm

 

Si on ajoute à ce fait les avancées technologiques intégrées dans les capteurs des derniers appareils photo (y compris les hybrides et les reflex APS-C), certaines limites sont repoussées. La montée en ISO n’est plus un tabou pour le photographe et il est possible de compenser la perte de vitesse en augmentant les ISO. Exit la tyrannie du 2.8 ! Les optiques à f/4 font quasiment jeu égal avec ce qu’on qualifiait autrefois de grande ouverture, comprendre f/2.8. Ils doivent donc être fortement envisagés dans le cadre d’un achat, quand ils existent. Nous apporterons un focus particulier lors de la sortie du DFA 70-210/4, en le comparant avec le DFA ★ 70-200/2.8.

 

Iconographie objectifs : © Ricoh Imaging – Crédit photo : © fyve

  • Serres jean claude
    17 septembre 2019 at 17 h 11 min

    Dans la gamme des zooms à ouverture fixe de 4, on pourrait également ajouter le DA 16-45, lequel donne des résultats très honorables.

    • F.
      18 septembre 2019 at 6 h 29 min

      Oui, comme le FA 20-35 aussi par exemple. Mais ils ne sont plus en vente tous 2. Or le propos était « faut-il avoir une gamme f/4 » ?

Leave Your Comment

Your email address will not be published.*