Suite à l’article sur le stockage, voici un test de la solution hubiC, que j’utilise depuis bientôt une année.

hubiC est une solution sympathique sur le papier car elle propose un espace de stockage très important (10To) pour un prix annuel dérisoire (5€/mois ou 50€/an). En rapport qualité/prix, c’est imbattable. Mais voilà, cette solution unique en son genre, n’est pas aussi belle que cela. Il existe des défauts qu’il faut connaitre avant d’y penser, sans quoi l’utilisateur sera déçu voire mécontent.

hubiC n’est pas la solution qui vous permettra de travailler sur des données distantes comme si elles étaient en local. Il faut plutôt voir hubiC comme un vaste entrepôt dans lequel vous allez stocker des données lourdes qui ne seront plus sollicitées. Certes, rien n’empêche d’y stocker sa compta ou autres, mais pas question d’utiliser hubiC comme une plateforme de streaming vidéo par exemple. La bande passante étant mutualisée, engorgement et effondrement des performances sont assurés !

Malheureusement, beaucoup d’utilisateurs, alléchés par l’offre, ont vu hubiC dans cette optique, ce qui a causé (et cause encore aujourd’hui) de nombreux dysfonctionnements, le service n’étant pas prévu pour celà. Quand on uploade des données dans hubiC, on les envoie en fait sur 3 sites distants. Chaque opération est effectuée 3 fois en même temps et c’est après acquittement que l’opération suivante s’effectue.

 

 

Comment utiliser hubiC ?

 

La synchronisation d’un dossier

Comme Dropbox et d’autres produits équivalents, hubiC propose un logiciel propriétaire qui va créer un dossier sur votre ordinateur, dont le contenu sera synchronisé avec leur serveur. Ce dossier contient par défaut 3 sous dossiers (Documents, Images et Vidéos). Ils ne remplacent pas les dossiers par défaut de votre utilisateur car le comportement de votre système d’exploitation n’est pas affecté. Cela vous permet de retrouver une hiérarchie similaire. Si vous choisissez cette façon de procéder, alors il faudra prendre l’habitude de déposer vos fichiers dans le dossier de synchronisation si vous souhaitez les sauvegarder dans le cloud.

Cette solution peut être intéressante s’il ne s’agit pas de données usuelles et si elles sont conservées en local sur votre ordinateur. Dès que vos données sont sur des disques externes, cette façon de procéder n’est plus valable. De plus, la création d’un dossier de synchronisation vous impose un classement de vos données différent de celui utilisé habituellement.

Cette solution, je ne l’ai jamais retenue pour des raisons pratiques.

 

 

L’interface Web

L'interface Web

une interface minimaliste

Elle est minimaliste, mais permet d’effectuer les tâches essentielles comme la création de dossiers, le déplacement ou la suppression de dossiers/fichiers. De l’upload (vers hubiC) au téléchargement (vers l’utilisateur), les fonctionnalités sont présentes. Par défaut, on y trouve les dossiers Documents, Images et Vidéos (dossiers qui auraient été créés dans le dossier de synchronisation si vous l’aviez choisi), mais rien n’interdit de construire votre propre hiérarchie.

Dans l’exemple ci dessus, un dossier PHOTOS a été créé. Il contient toutes mes photos, tout simplement. Depuis 1999, cela représente presque 60000 clichés pour environ 2To d’espace disque.

L’interface Web est, pour Windows ou Linux, sans doute la meilleure solution pour gérer son entrepôt. Mais attention, en cas de perte d’internet (par la fermeture de la fenêtre de l’interface hubiC-Web par exemple), le transfert s’arrête et il convient de le recommencer.

 

 

Sur Mac, la solution ExpanDrive

Petit logiciel indépendant de hubiC, ExpanDrive a la faculté de faire apparaitre vos espaces cloud comme des disques locaux. C’est simple et efficace… du moins si on accepte quelques désagréments !

hubiC-ExpandDrive

centre de contrôle d’ExpanDrive avec transfert de fichiers en cours (message « updating 78files »)

Le premier de ces désagréments est qu’il ne s’agit pas d’un logiciel conçu par OVH (la maison mère de hubiC). Si un composant est modifié chez hubiC, il faudra parfois du temps pour que ExpanDrive conçoive un correctif. C’est pareil, il faut le noter, pour tous les autres clouds du marché qu’il prend en charge. Heureusement, ce n’est pas souvent le cas.

Deuxième problème, c’est le calcul du quota, c’est à dire les espaces utilisé et restant. Les valeurs proposées sont farfelues, puisque selon ExpanDrive, il me reste 50Go disponibles (alors que dans la réalité, on est plus près des 8To). Certes, c’est anecdotique, mais reflète les difficultés que rencontrent les logiciels tiers à correctement s’intégrer à une solution qui ne leur est pas propre.

Le troisième problème concerne la méthode d’écriture : ExpanDrive utilise un buffer. Dans les faits, l’utilisateur est persuadé que la copie est terminée seulement quand le message de copie disparait. En réalité, ExpanDrive n’a fait que copier les chemins d’accès durant cette phase.

hubiC-Copies

C’est en tâche de fond que que la copie va s’effectuer, sans aucune information. Quand on ne connait pas ce mode de fonctionnement, on a l’impression que la copie vers hubiC est terminée alors que ce n’est pas le cas. Il convient de se rendre sur le menu ExpanDrive pour se rendre compte que le transfert est en cours.

hubiC-Expand-updating

updating xx files… >> transfert toujours en cours Up to date >> transfert terminé

Le dernier problème, qui ne semble plus désormais en être vraiment un, concerne la création des dossiers. A une époque, si on créait un dossier via ExpanDrive, le dossier n’était pas visible via l’interface Web. La solution consistait alors alors à créer les dossiers sur l’interface Web avant d’effectuer le transfert via Expandrive. C’était un vrai gros bug mais l’habitude a été vite prise de créer le ou les dossiers via la webApp.

Ah, j’oubliais, il existe un cinquième problème… Parfois, le transfert se bloque. Il reste en mode updating mais rien ne se produit, mis à part un engorgement de messages d’erreurs abscons, visibles uniquement dans la console des erreurs. Rien de vous avertit que le transfert est bloqué (ça c’est déjà un gros bug !). Et rien ne vous permet d’interrompre ce transfert et le relancer proprement (second gros bug) !!! La seule solution que j’ai trouvée jusqu’à présent est d’éjecter le « disque » hubiC avant d’aller supprimer un dossier particulier qui se trouve ici :

~VOUS/Library/Application Support/ExpanDrive

Le nom du dossier est propre à chaque utilisateur. Pour le reconnaitre, il suffit d’aller à l’intérieur. On y trouve 2 sous-dossiers, Data (reproduction de l’arborescence de votre hubiC) et DB.

Je ne connais pas d’équivalent à ExpanDrive dans le monde Windows. Il conviendra alors d’utiliser la WebApp.

 

 

Les restrictions

Il y en a plusieurs. Si l’une concerne la sécurité et m’empêche de mettre des données sensibles chez hubiC, les 2 autres sont beaucoup plus gênantes car liées au fonctionnement même du service.

 

La lenteur

C’est LE point noir de la solution. La bande passante en upload (transfert de l’ordinateur vers votre espace hubiC) est lente, même si vous possédez la fibre optique. De nombreuses frustrations et d’incompréhensions viennent de là. Mais une fois qu’on a compris comment hubiC fonctionne, les choses sont beaucoup simples. Cela ne veut pas dire que vous ne pesterez plus, mais que vous l’intégrerez mieux.

L’infrastructure qu’OVH a mis en place pour son offre hubiC fait que le débit en upload est limité à 10Mb/s. Au mieux. C’est souvent nettement moins. De plus, toutes les données transmises sont copiées en temps réel sur 3 sites distincts. Souvent, l’utilisateur croit qu’une action est réalisée (parce que le système lui redonne la possibilité d’agir) alors que ce n’est toujours pas le cas. Il peut se passer de longues minutes entre le moment où l’utilisateur croit que c’est fait et le moment où c’est réellement effectué et terminé.

Si vous utilisez la WebApp, il conviendra de laisser la fenêtre du navigateur ouverte le plus longtemps possible. Via ExpanDrive, on pourra suivre la réelle progression en allant sur le menu (cf ci-dessus).

Ceci vaut pour toutes les opérations : copie, déplacement, renommage, création ou suppression. Il faut vraiment intégrer cette notion de triple opération (sur les 3 sites), sans quoi, vous aurez des crises de rage pensant que le service ne fait pas ce que vous lui avez demandé.

 

 

La suppression

Si hubiC est largement perfectible sur de très nombreux points, le sujet le plus calamiteux, le plus douloureux concerne la suppression des fichiers et autres dossiers.

Hormis la lenteur inhérente au débit et au triple site, la suppression est sujette à de sérieux cafouillages. Souvent le système va indiquer que le nettoyage a été réalisé. Il va même montrer sur la WebApp que la ou les données (fichiers, dossiers) ne sont plus présentes. Vous revenez 2 jours plus tard et, ô rage, elles sont toujours présentes.

Je n’ai jamais compris pourquoi, malgré des demandes répétées auprès du service technique. Leur réponse standard est que la suppression est une opération longue et qu’il convient d’être patient.

Et puis parfois, miracle, cela fonctionne et on arrive à supprimer vraiment les données. Mais il n’y a pas de recettes miracles. Selon certaines informations, le problème serait en cours de résolution. On pourrait réellement supprimer les données, mais l’opération demande du temps. Après quelques tests, cette information semble vraie, à voir dans le temps.

 

Le cryptage des données

Il y en a pas. A tout le moins, si cette fonctionnalité existe, alors elle est bien cachée !

Si les liaisons sont sécurisées (SSL), les données que vous déposez chez hubiC sont en « clair » et donc susceptibles d’être lues par n’importe qui. Cette absence de protection des données interpelle. Certes, il y a des tenants à ce que les autorités et agences de renseignements puissent librement disposer des données des citoyens, mais au delà du débat actuel de société, dans lequel nous n’entreront pas, il convient malgré tout de s’interroger sur la réelle sécurité de votre entrepôt et de ce que vous y entreposerez.

L’absence de tout cryptage veut dire que n’importe qui peut avoir accès à vos données sans effort particulier à faire (le seul effort consistant à pénétrer les serveurs). Tant qu’il ne s’agit que de photos, ce n’est pas important. Mais si ce sont des données bancaires, boursières, médicales ou autres données sensibles qui ne devraient pas pouvoir être lues facilement, il s’agit d’une autre histoire. Si vous stockez votre compta, votre fichiers clients, les projets en cours sur hubiC, vous avez une chance que ces informations soient un jour accessibles à vos concurrents.

Il conviendra donc de s’interroger sur les données qui seront dans votre hubiC.

 

 

Alors hubiC est-il une bonne solution ?

Oui en terme de tarif, car 50€ par an pour 10To, il est quasiment impossible de trouver mieux. Oui, si on accepte les restrictions et les difficultés. Oui, si l’on n’est pas pressé. Non si le besoin est d’utiliser les 10To comme un disque local, sans restriction de lenteur. Non, si vous souhaitez avoir des données sécurisées. Si c’est votre besoin, il conviendra de se diriger vers d’autres solutions, chez d’autres fournisseurs.

OVH l’a d’ailleurs compris. Si l’offre hubiC va rester identique, une nouvelle offre devrait apparaitre avant la fin du premier semestre, le PCS (Public Cloud Storage). Cette offre s’adresse en priorité aux utilisateurs de la fibre. Les nombreuses restrictions dues à la lenteur devraient disparaitre. Cette solution sera facturée au giga-octet consommé réellement, au prix de 0,004€/Go et par mois. Si vous utilisez 1To par mois, alors vous payerez 4€. Une solution plus chère que hubiC, mais plus performante aussi.

Comme entrepôt photo, hubiC me parait aujourd’hui comme la solution qui me convient le mieux. Surtout pour toutes les photos sur lesquelles je ne suis plus amené à travailler. Il s’agit ainsi de les mettre à l’abri d’un incident domestique. Car, même si mes données sont redondées à domicile (DD + NAS), je reste soumis à des dangers de type cambriolage, incendie ou dégât des eaux. Avec mon entrepôt distant, même si ce sera lent, je sais que mes photos sont à l’abri et que je pourrai au besoin les récupérer.

hubiC vous proposant un compte gratuit de 25Go, vous pouvez vous faire votre propre idée et voir ainsi si le service peut vous convenir.

 

A suivre…

 

Je tiens à remercier Hervé LeGall, un photographe plus que sympa, qui a pris la peine de m’apporter quelques explications sur hubiC, au moment où je désespérais tellement. Nos échanges m’ont permis de comprendre le fonctionnement d’hubiC et d’ExpanDrive, mieux que les FAQ et forums.