Les forums consacrés à la photographie sont, pour beaucoup d’amateurs, le lieu « idéal » pour soumettre leurs photos à la critique. Ils espèrent ainsi améliorer leurs pratiques et, en fin de compte, leurs résultats. Sans doute pensent-ils que d’autres amateurs, comme eux, se montreront suffisamment indulgents pour dire le positif et le négatif. Ce n’est malheureusement pas toujours le cas !

Dans un prochain article, nous aborderons « la manière » pour critiquer une image. Mais commençons tout d’abord par une sorte de « coup de gueule » contre certaines façons de faire.

 

Photographier, vaste sujet !

Le niveau des photographes amateurs (et aussi professionnels, mais là n’est pas notre propos) varie énormément d’un individu à l’autre, c’est un fait incontestable. La pratique est très souvent le résultat d’un apprentissage « sur le tas », très éloigné des enseignements théoriques donnés par les Écoles de photo ou les Écoles d’art. Cela signifie qu’aucune théorie, bien souvent, ne préside à cette pratique. Ce serait un peu comme ne pas apprendre à conduire avant de se lancer au volant d’une automobile dans la circulation quotidienne. Dans ce cas, c’est bien sûr interdit : un permis de conduire est nécessaire, même si l’on a connu des exemples de pilotes de formule 1 ne possédant pas leur permis de conduire. Et pourtant ils savaient conduire une voiture puissante ! Précisons tout de même que les conditions de leur conduite professionnelle ne sont pas les mêmes que celles de « Monsieur tout le Monde ».

En photo, on n’a pas besoin – et c’est heureux ! – d’un permis de photographier. Le photographe amateur, tant qu’il pratique sa passion pour son plaisir, n’a de compte à rendre à personne en dehors des contraintes que pourraient lui imposer les textes légaux régissant, par exemple, le droit à l’image. Les choses changeraient, bien sûr, s’il en faisait un métier, même d’appoint : l’obligation de résultat lui serait sans aucun doute rappelée par ses clients s’il venait à y manquer.

Cette absence d’obligation a beaucoup d’avantages : elle laisse plus de place à la créativité, à la liberté d’interprétation du sujet. Elle ne contraint pas à l’adoption d’un style unique et inamovible. Pour autant, elle a aussi ses inconvénients : quand on a de la liberté, on est tenté d’en user et parfois d’en abuser. En photo, cela se traduit par une sorte de dilettantisme, voire de « laisser-aller » qui peut être préjudiciable au résultat final. Et qui l’est, bien souvent !

 

Du temps de l’argentique, certains photographes de quartier acceptaient de donner quelques conseils. Mais l’apparition du numérique a changé la donne. Et en dehors des clubs photo, de certaines revues et des forums, le conseil se fait rare.

 

 

La critique photo sur les forums

Nous l’avons dit : le niveau des photographes sur les forums consacrés à la photo s’avère très variable. Et c’est normal. Mais cela induit des comportements parfois étranges.

Le principe des forums est simple : il s’agit principalement de lieux dédiés à l’entraide, à l’échange de connaissances. En pratique, c’est parfois sensiblement différent ! Les membres y postent souvent des images avec des motivations diverses. C’est ainsi que l’on y croise différents « spécimens ».

 

Des photographes confirmés soucieux des autres

Certains d’entre eux ont, fort heureusement, le comportement que l’on attend d’eux : ils postent de bonnes images et ne refusent pas les compliments qu’on peut leur faire. Mais ils savent se montrer indulgents avec ceux qui en postent de moins bonnes. On apprend en analysant leurs images ou en discutant avec eux. Ils ne refusent pas les conseils qu’on peut être amené à solliciter.

 

Des photographes confirmés à la recherche d’éloges

Certains autres, fiers de leurs résultats, aiment à les montrer et surtout à lire les commentaires élogieux sans se préoccuper de savoir s’ils sont sincères ou feints. Ils sont de fervents participants à de nombreux concours primés (et parfois en remportent certains). Leur préoccupation essentielle est d’attirer les éloges, l’admiration, ou les prix mis en jeu !
Mais dès qu’on leur demande des conseils ou des renseignements sur leur manière de procéder, ils se ferment comme des huîtres et gardent jalousement leurs « secrets de fabrication ». De toute évidence, le forum semble pour eux une galerie d’exposition gratuite : il ne leur manque que la possibilité de signer des autographes virtuels !

 

Des « ayatollahs » de la critique

Ce terme doit ici être pris au sens de « dictateurs ».

Ce sont avant tout des « personnages », des « experts » dont l’avis prévaut (selon eux) sur tout autre. Je ne résiste pas au plaisir de vous donner ma définition personnelle (très personnelle) de l’expert : c’est quelqu’un qui sait de plus en plus de choses sur de moins en moins de choses, jusqu’à tout savoir… sur rien !

Ce sont eux qui vont vous dire :

  • « la règle des tiers n’est pas respectée ! »
  • . « cette partie de l’image est floue »
  • « les couleurs sont criardes »
  • « ton papillon est trop serré » ou au contraire « ton papillon est perdu dans l’image ».

Et beaucoup d’autres choses encore qui, en fait, ne représentent que leur vision de l’image, leur interprétation. Ce faisant, ils ne prennent absolument pas en compte les conditions de prise de vue ni (et c’est bien pire) ce qu’a voulu traduire le photographe. Or, l’intention du photographe est pourtant primordiale et on ne DOIT pas le soupçonner de n’en avoir pas eu ! Fort heureusement, ils ne sont pas très nombreux.

Que l’on puisse relever des erreurs manifestes est une chose. Que certains le disent en termes parfois très méprisants ou peu respectueux du « posteur » en est une autre, très différente. La moindre des choses serait alors d’employer des termes modérés, pour ne pas heurter la sensibilité (et le choix) de l’auteur. Et il faudrait surtout  préciser que la critique émise n’est qu’un avis personnel. Or, ces « dictateurs » voudraient que leur opinion soit partagée par tous parce qu’ils estiment détenir la vérité. Notons, à ce sujet, que lorsqu’ils ont l’audace de publier leurs propres images – et ce n’est pas toujours le cas –  ils sont bien peu réceptifs aux critiques, persuadés qu’ils sont d’être irréprochables. Et pourtant, ils commettent parfois des erreurs encore plus visibles ! Fragilité et contradiction de la condition humaine…

 

Des complimenteurs inconditionnels

En général, ce sont des personnes bienveillantes qui sont là pour apprendre par l’exemple des autres. Ce ne sont pas obligatoirement de très bons photographes ni de très bons critiques. Ils n’aideront pas à progresser, mais, avec leurs commentaires, ils ne dégoûteront pas ceux qui auront « osé » montrer quelques images. C’est, probablement, une majorité parmi les « commentateurs » de photos.

 

De vrais connaisseurs bienveillants

Ils sont assez rares et/ou très (trop) discrets. Mais ils existent. Ce sont généralement de très bons photographes. Certes, ils aiment montrer leur savoir-faire (et les autres membres ont plaisir à le constater), mais ils ne sont pas avares de conseils si on leur en demande. De plus, leurs critiques sont toujours aimables et constructives, sans la moindre agressivité. Ce faisant, ils contribuent grandement à de meilleures pratiques photographiques par les moins expérimentés. Ce sont des personnages que l’on a plaisir à croiser et avec qui les échanges sont toujours fructueux.

 

 

Comment soumettre ses photos à la critique

Nous avons vu ce qu’il en est sur les forums : si vous avez la chance de tomber sur de vrais connaisseurs – et il en existe ! – c’est un bon moyen de progresser. Si vous avez acquis une carapace pour vous protéger des « dictateurs » et de leurs foudres, peut-être saurez-vous y faire la part des choses et en tirer des bénéfices. Dans les autres cas, vous vous ferez plaisir en exposant vos images, mais c’est ailleurs qu’il faudra aller chercher les « ingrédients » pour une meilleure « cuisine photo ». Les deux domaines présentent d’ailleurs bien des ressemblances !

 

Les clubs photo

Cet « ailleurs » pourrait être constitué des clubs photo. Il en existe d’excellents, où de véritables conseils sont dispensés par des photographes confirmés, amateurs souvent, mais aussi parfois aidés de professionnels. Ne perdez toutefois pas de vue que vous pourrez aussi y rencontrer des « ayatollahs » semblables à ceux des forums, à une différence (de taille) près : sur Internet, les gens se sentent protégés (à tort) parce qu’ils croient bénéficier d’un certain anonymat et se « lâchent » facilement. Cela peut conduire à des abus de langage, et c’est d’ailleurs assez souvent le cas, y compris en critique de photos. On a même pu voir des exemples qui pouvaient être assimilés à de la diffamation.

Dans les clubs, c’est beaucoup plus « soft » : la présence physique des personnes est un frein efficace contre les dérives de langage. Pour autant, la critique peut être aussi assez dure et sans nuance. À essayer, en ne perdant pas de vue que l’adhésion à un club photo est payante (et parfois assez chère) quand l’adhésion à un forum est gratuite.

 

Les sites et galeries du Web

Vous pouvez aussi, comme le font nombre d’amateurs, ouvrir une galerie sur des sites tels que Flickr. Soyez attentif à n’y placer que ce que vous avez de meilleur. Les visites seront peut-être nombreuses, mais les commentaires, eux, ne seront peut-être pas aussi détaillés que vous le souhaiteriez. Ce qui, dans le fond, ne vous apportera pas grand-chose, mais c’est normal : ce genre de site est surtout fait pour seulement exposer ses images. N’y attendez donc pas d’analyse critique de vos oeuvres !

 

 

Ce qui précède pourrait être considéré comme un réquisitoire contre les forums. Ce n’est pas le cas ! Que l’on nous comprenne bien : ce ne sont pas les forums, en tant que tels, qui sont responsables des dérives. Leurs dirigeants et modérateurs, bénévoles, et souvent pas avares de leur temps, ne peuvent pas contrôler chaque message posté. Les dérives sont plutôt le fait de personnes qui ne mesurent pas toute la portée de leurs propos, ou dont l’ouverture d’esprit ou la compétence n’est pas toujours au niveau qui conviendrait. Ceci pourrait expliquer, en partie, la baisse d’audience très nette des forums consacrés à la photo. Ils ont encore une utilité et un rôle à jouer, même s’il a faibli. Mais ils ne sont plus en expansion : désormais, en effet, les amateurs se dirigent plus volontiers vers les réseaux sociaux. Pas sûr que, sur ces nouveaux « supports », le système des « Like », binaire et donc sans nuance, leur apporte objectivement davantage de satisfaction.