Le domaine photographique est, par excellence, celui où l’instinct de propriété trouve le mieux à s’exprimer. Dès qu’apparaît sur le marché un nouveau produit, que ce soit un nouveau boîtier ou un nouvel objectif, des centaines (des milliers ?) de personnes se posent alors la même question lancinante : « je le veux !  mais comment faire pour me le payer ? »

Et il faut bien reconnaître que le prix du matériel photo n’est pas à proprement parler bon marché. En tous cas dans l’absolu. Quand on voit émerger certains produits, par exemple un zoom 70-200 f/2.8 à 1 300€, rempli de qualités, encensé par la critique, offrant des résultats spectaculaires, la tentation est grande ! On oublie cependant que ce prix est supérieur à un SMIC mensuel, avec lequel doivent bien composer des millions de personnes dans notre pays. Et, quand on ne l’oublie pas, souvent on renonce à cet achat, parce que l’on fait partie de ceux qui ne peuvent pas dépenser comme ça, du jour au lendemain et sans souci, une telle somme. On décide alors de se contenter du bon vieux 75-300 f/4-5.6 que l’on a acheté des années auparavant pour moins de 150€.

Mais, finalement, est-il vraiment nécessaire d’acheter ce genre d’objectif ? Nos pratiques photographiques nous l’imposent-elles ? En aurions nous un usage régulier propre, non pas à en assurer la rentabilité (si on n’est pas pas un professionnel de la photo, la rentabilité n’est jamais un critère de choix !), mais seulement pour justifier une telle dépense ? Pas sûr !

Dans ces conditions incertaines, la réponse à ces questions se trouve dans un seul mot : la location.

 

Pourquoi louer un objectif ?

Bien entendu, les réponses à cette question sont multiples et varieront probablement en fonction des personnes.

On peut toutefois en voir plusieurs.

Le prix

C’est bien ce que nous avons évoqué dans le début de cet article. Et ce n’est pas le critère le moins important. Certains objectifs atteignent, neufs, des milliers d’euros et ne sont donc pas à la portée de toutes les bourses ; ne prenons qu’un seul exemple : le Pentax DA 560mm f/5.6, qui illustre cet article. Contrairement à l’avis de beaucoup de personnes, nous pensons que c’est un très bon objectif, pour capteur APS-C, bien sûr, puisque il a été conçu pour ce type de capteur. Mais voilà : il coûte, à ce jour, 5 499€. C’est, à l’heure actuelle, la plus longue focale chez Pentax, la plus chère aussi. Certes, par le passé, on a connu des objectifs plus «longs» et plus chers, mais on ne les trouve plus neufs. Est-il bien raisonnable d’acheter cet objectif si l’on n’est pas un adepte forcené de la chasse photo ou un paparazzo bien rémunéré ? Pas sûr !

Pentax DA 560

Pentax DA 560

Tester avant un achat éventuel

Parfois, nos intentions d’achat mettent en concurrence plusieurs objectifs. Il n’est bien sûr pas question de tous les acheter, même avec intention de revendre (une perte financière serait de toute façon inéluctable). La location permet, à moindre coût, de se forger une opinion et de faire ressortir celui qui emportera vos suffrages. Et qui sait ? Si le loueur est aussi un professionnel de la vente, peut-être acceptera-t-il d’imputer le montant de la location sur le prix à payer au moment de l’achat ? Rien n’est sûr, mais c’est peut-être, chez certains fournisseurs, une option à négocier !

 

Tester de nouveaux domaines photographiques

C’est particulièrement vrai lorsque l’on veut s’initier à des domaines très particuliers comme la chasse photo, la macro, la photo d’architecture.

Lorsque l’on s’équipe, on achète bien souvent avec le boîtier des objectifs polyvalents, dits «objectifs de kit», qui permettent un peu tout, mais sans être spécialisés dans un domaine. Vous imaginez bien qu’il en va en matière photographique comme pour le bricolage : les outils à tout faire sont certes pratiques, mais il ne remplacent jamais les outils bien adaptés à un usage particulier, ou délicat, ou encore permettant de s’approcher de la perfection. Dès lors, la location permet, là encore, de s’essayer au domaine photo désiré, et, si on y prend goût , il est toujours temps ensuite d’envisager l’achat de l’«outil spécialisé».

En macro, on peut trouver des objectifs neufs à prix abordables. Mais si c’est pour abandonner cette pratique à brève échéance, l’intérêt de l’achat n’apparaît pas clairement.

Une exception toutefois : si vous voulez aller au delà du rapport 1:1, pas de solution chez Pentax, sinon les «trucs habituels» : bagues allonges, soufflet, objectif inversé, etc… Dans d’autres marques (Canon) existent des objectifs allant jusqu’au rapport 5:1 (Canon MP-E 65mm f/2.8 Macro) … Cher, il peut être loué ! Dommage que notre marque préférée n’ait pas un objectif de ce type !

C’est assez différent dans les deux autres domaines cités, et surtout en ce qui concerne la chasse photo. Les longs téléobjectifs lumineux sont très chers, comme nous l’avons déjà dit. Mais ils sont, en plus, lourds et délicats à transporter et à manipuler. Les «dompter» demande un certain temps de pratique. Aurez vous une pratique suffisante pour en justifier l’achat ? Pour votre prochain safari au Kenya, ne croyez surtout pas qu’un zoom 70-200mm sera suffisant… ni même, la plupart du temps, un 300mm, fût-ce avec un convertisseur ! Il faut, pour ce genre de photo, «viser» vers les 600 voire 800mm. Et là, … la facture d’achat est très douloureuse.

Pour ce qui est de la photo d’architecture, tout le monde sait que les lignes verticales se transforment bien souvent en lignes obliques et, par conséquent, dénaturent la forme des bâtiments. Et alors ? me direz-vous : de nombreux logiciels, et même parmi les gratuits, sont capables de redresser ces lignes. Et je vous répondrai : vous avez raison… MAIS c’est au prix d’une perte dans le champ photographié. Vous n’auriez pas eu cette perte avec un objectif à décentrement (dit «tilt-shift»). Ce type d’objectif est devenu très rare, Pentax n’en fabrique d’ailleurs plus, mais quand on en possède un, on le garde. Et quand on n’en a pas, on essaie d’en louer. Nous verrons plus loin que les professionnels de la location ne sont pas les seuls à pouvoir proposer ce genre d’objectif.

Pour une occasion particulière

Nous avons évoqué le safari au Kenya, mais il peut exister une foule d’autres occasions d’utiliser des objectifs particuliers ou spécifiques qu’on n’utilise pas au quotidien.

On peut par exemple louer un objectif très lumineux pour des photos d’intérieur parce qu’on ne peut pas (ou ne veut pas) utiliser de flash – par exemple à l’occasion d’un mariage : vous avez proposé d’être le photographe «officiel» mais si vous ne disposez que du 18-55 «de base», parce que généralement vous ne faites que de la «photo-souvenir», comme l’on dit «ça ne va pas le faire» ! Un mariage est un événement très spécial pour les personnes qui se marient et qui veulent garder des souvenirs de qualité de cette journée. Les objectifs de base ne permettent pas une très grande qualité – même si, par ailleurs, ils conviennent à bien des usages. Il ne sera pas bien ruineux de louer un ou deux objectifs (éventuellement l’un d’eux avec un boîtier, ce qui vous exonérera de l’obligation de changer d’objectif sur un seul boîtier) pour une journée qui devra, en tout état de cause, rester un bon souvenir pour tout le monde. Notez bien que, si vous ratez vos prises de vues, ce sera aussi un très mauvais souvenir pour tous, location ou pas !

 

Pour le plaisir

Ce n’est pas obligatoirement la plus mauvaise des raisons. On peut très bien avoir de temps en temps l’envie de «goûter» au très haut niveau dans le matériel photo. Seule la location vous autorisera cela, car dites-vous bien qu’un prêt par un ami bien mieux équipé que vous ne sera pas obligatoirement acquis par quelques années d’amitié. Il est probable que vous-même hésiteriez à prêter votre matériel, non ?

Et il faut, de plus, que les objectifs visés soient compatibles avec vos boîtiers respectifs !

Bien, vous êtes maintenant convaincu – du moins nous l’espérons – que la location n’est pas un mauvais plan. Se pose alors une autre question.

 

Où et comment louer un objectif ?

Les sites de location

Si l’on peut parfois louer un objectif chez un revendeur, c’est, la plupart du temps, un service réservé aux professionnels. Il ne faut pas se leurrer : l’amateur aura du mal à convaincre le commerçant. Cela répond, en grande partie, à des assurances en matière de fiabilité du locataire, un professionnel pouvant présenter, aux yeux du loueur, de meilleures garanties !

Mais ce service peut aussi exister pour les amateurs. Nous n’en connaissons pas en revanche pour ce qui concerne la marque Pentax, même si des bruits courent que certains pourraient s’y lancer.

La plupart des loueurs sont des loueurs «en ligne», sur Internet, donc.

Une petite recherche sur votre «fureteur» favori, comme disent nos cousins du Canada vous donnera une liste de quelques enseignes. Nous en citerons quelques unes, mais une seule, à notre connaissance, propose du matériel Pentax. Il s’agit de «OBJECTIF-LOCATION».

Outre pour Pentax, ce loueur propose des objectifs et des accessoires pour les marques Canon, Nikon, Sony, Fuji et pour les 2 représentants du format « micro 4/3 » que sont Olympus et Panasonic, ce qui en fait le plus complet du marché. Bien sûr, dans chaque marque, il n’existera pas obligatoirement à disposition toute la gamme des objectifs (et notamment ceux qui viennent de sortir), mais il y a toutefois de bonnes chances que vous y trouviez ce que vous recherchez.

D’autres adresses de loueurs en ligne :

https://reflex-location.fr (uniquement Canon et Nikon)

https://www.pixloc.fr/ (Canon, Nikon, Sigma pour Canon et Nikon)

https://www.localens.com/ (Canon, Nikon, Fuji)

https://www.lensbox.fr/ (Canon, Nikon)

https://www.objectif-nature.fr/location-de-materiel/ (Nikon, Canon, Leica et Steiner)

 

« Objectif-Location » étant le seul loueur en ligne pour Pentax, ce sont ses procédures de location que nous allons évoquer.

objectif_location

Objectif-Location – Page d’accueil

La location par Internet, si elle peut apparaître contraignante, présente toutefois des avantages, et notamment la disponibilité du service sur l’ensemble du territoire métropolitain. Que vous habitiez à Brest, Strasbourg, Lille, Marseille, Toulouse ou Triffouilly-les-Oies, le service sera le même, disponible pour chacun ! Pas de solution, en revanche, si vous résidez dans les départements d’outre mer ou en Corse.

La location en ligne n’oblige pas à avoir des boutiques physiques partout avec un stock d’objectifs de chacune des marques : cela garantit des prix calculés au plus juste, allégés d’une partie des frais qu’un stock dispersé pourrait représenter.

L’inconvénient, c’est que vous devez prévoir avec un délai suffisant la date à laquelle vous voulez disposer du ou des objectifs loué(s). En effet, un délai d’une semaine est à prévoir entre la demande sur Internet et la réception de l’objectif (nous parlerons d’un objectif, même si vous en louez plusieurs, la procédure étant la même !).

Sachez dès à présent que, si votre intention de louer est bien établie, vous devrez, comme chez tous les fournisseurs de biens et services du Web, créer un compte avec nom d’utilisateur et mot de passe. Sachez aussi que la location s’effectue à la semaine (pas de possibilité de louer pour un ou deux jours par exemple) et pour 5 semaines maximum. Par ailleurs, vous ne pouvez pas réserver le matériel plus d’un mois à l’avance. Le suivi de votre location en ligne est bien entendu possible.

La première chose à faire est de lire et de bien comprendre les modalités de location, tant en ce qui concerne la mise à disposition que les modalités d’envoi (et de renvoi !) et la possibilité (chaudement recommandée, les accidents sont vite arrivés !) de prendre une assurance, surtout si votre assurance personnelle ne prévoit pas ce type de couverture.

Après le choix de votre marque (pour nous, ce sera Pentax), vous devrez vérifier dans la liste des objectifs et accessoires s’il s’y trouve bien celui que vous voulez louer. Attention toutefois : chez Objectif-Location, vous ne pouvez louer au maximum que 2 objectifs à la fois avec leurs accessoires.

Votre choix étant fait, votre compte étant créé, vous passez votre commande et payez en ligne. Notez bien que le montant qui vous est demandé comprend les frais d’expédition dans les deux sens (aller et retour).

Le matériel vous sera envoyé, en emballage sécurisé, entre 48h (Chronopost) et 72h avant le début de la location. Celle-ci est supposée commencer le lendemain du PREMIER passage du transporteur à votre domicile.

Pour le retour du matériel, vous utiliserez l’emballage d’origine : attention, par conséquent, à le conserver en bon état pendant tout le temps de la location.

Si aucune caution ne vous est demandée, vous devrez tout de même fournir un justificatif de domicile et une copie de votre carte d’identité.

Prenez grand soin du matériel pendant la période de location, mais ne le nettoyez pas avant de le renvoyer : cette opération est effectuée, pour plus de sûreté, par le loueur.

Bien entendu, en cas d’accident, prévenez immédiatement – en tous cas dès que possible – le loueur qui vous indiquera la conduite à tenir.

Pour toute autre indication, nous vous conseillons de lire attentivement la « FAQ » du loueur, très complète.

 

La location par des particuliers

C’est un service qui se développe de plus en plus pour toutes sortes de matériels, y compris par conséquent pour le matériel photographique.

Un site Internet en particulier répertorie les annonces de location par des particuliers :

https://fr.zilok.com/ (rubrique HIGH TECH – Photo)

zilok_Pentax

Zilok.com (page HIGH TECH Photo – Pentax)

A la date de ce dossier, il propose près de 5000 objets, boîtiers, objectifs, accessoires divers (pieds, flashes, …).

Toute personne, particulier ou professionnel, peut être loueur ou locataire, mais, dans tous les cas, une inscription sera aussi nécessaire.

Bien entendu, selon la qualité des uns et des autres, les modalités ne seront pas les mêmes.

Vous recherchez un objet :

– Si vous êtes un particulier, après avoir fait votre choix parmi ceux proposés, vous effectuez votre commande, vous réglez un acompte et une assurance et vous obtenez alors les coordonnées du loueur. Vous réglez le solde directement au loueur et vous convenez avec lui des modalités de remise de l’objet.

– Si vous êtes un professionnel, vous effectuez une demande de devis immédiatement transmise au loueur.

Dans les deux cas, si le loueur a un site, vous pouvez être redirigé vers ce site pour la suite de la transaction.

Ce site, basé sur la mise en relation des parties, propose de très nombreuses possibilités qu’il serait impossible de détailler ici. Il dispose d’un forum et d’une FAQ que nous vous invitons à consulter.

 

En guise de conclusion pour ce dossier, nous devons, en quelque sorte, vous « mettre en garde ». En effet, avec Objectif-Location, les différents utilisateurs de ce service sont unanimes : le processus de location est très bien fait, très efficace et, après avoir créé son compte, d’une facilité d’utilisation remarquable. Le matériel proposé est assez complet, s’agissant des objectifs Pentax. Toutefois, vous n’y trouverez pas le DA 560mm évoqué plus haut. En longue focale, c’est limité au DA * 300mm f/4.

Vous risquez donc de rapidement prendre goût à ce type de service, surtout si vous n’avez qu’une utilisation occasionnelle du matériel proposé. Si les besoins concernent des objectifs variés, cela peut se comprendre. Mais, si vous devez louer plusieurs fois dans l’année un même objectif, c’est que son utilisation est quasi indispensable à votre pratique photographique. En pareil cas, il est utile de se poser la question de l’achat, éventuellement d’occasion.