Comment faire des photos en concert ? Deux aspect recouvrent cette question. Le premier concerne la possibilité même de prendre des photos. Le second, les réglages à adopter pour ces prises de vue particulières.

 

 

Prendre des photos lors d’un évènement

Je n’ai pas trouvé trace d’interdiction d’origine législative ou réglementaire de prendre des photos dans une salle de concert. Cela veut dire que les locaux privés ouverts au public (exposition, festival, concert, stade, etc.) sont des lieux où le propriétaire (ou le concessionnaire), est libre d’imposer son règlement intérieur. Et très souvent, ce règlement intérieur interdit toute activité photographique. Dès lors, le spectateur n’a pas d’autre alternative que de s’y plier, surtout quand un service d’ordre vous attend à l’entrée et confisque le matériel pour la durée du spectacle.

Le monde étant lancé dans une course technologique incessante, les pratiques photographiques ont évolué. Les appareils photos argentiques ont presque disparu au profit de leurs versions numériques. Et surtout, ces derniers ont évolué au fil des années, devenant de plus en plus performants.

K-20D - 1/125e à f/4 - ISO 2200 - Sigma 18-50

K-20D – 1/125e à f/4 – ISO 2200 – Sigma 18-50

Les promoteurs de spectacle et les artistes ont dû s’adapter. Dans la pratique, les smartphones et autres appareils légers sont tolérés largement, bien qu’il existe des artistes qui continuent à vouloir empêcher systématiquement toute photo durant un concert. Par contre, tous ceux qui tentent d’entrer dans un lieu avec leur réflex et un 70-200 bien visible, sont enjoints à déposer leur matériel à la consigne. Sauf s’ils possèdent une accréditation.

Justement, commençons par ce sésame qui fait briller les yeux de certains.

 

 

L’accréditation

Que tous ceux qui rêvent d’entrer dans une salle de concert avec un vrai boitier réflex et des objectifs comme un 60-250 ou un 70-200 avec leur billet normal de spectateur, laissent leur rêve au vestiaire, en compagnie de leur matériel. Pour pouvoir faire des photos avec ce type de matériel en toute tranquillité, il faut obtenir un précieux sésame nommé accréditation. Il s’agit d’un pass qui vous autorise à prendre des photos, parfois durant tout le spectacle, parfois durant un laps de temps limité. Sans flash évidemment.

Eliminons d’ailleurs ce détail immédiatement, dans une salle de concert le flash est à prohiber, quelles que soient les circonstances. Celui de l’appareil n’apportera pas de lumière au delà de 3m. Quant aux autres, ils gêneront les personnes autours de vous ou sur scène.

Mais comment obtenir cette autorisation ? Si c’est vos premières fois, n’espérez pas de miracle. Il y a peu de chance que vous en obteniez une pour U2 ou Hallyday. Il va falloir commencer par de petites salles, de petits groupes ou chanteurs souvent peu connus.

K-10D - 1/45s à f/6.7 - ISO 400 - Sigma 70-300

K-10D – 1/45s à f/6.7 – ISO 400 – Sigma 70-300

Prenez contact avec les responsables de festivals locaux de petite envergure, des petites salles et mêmes des bars où se produisent de nombreux artistes méconnus. Ne négligez pas aussi le contact direct avec les responsables de ces mêmes artistes.

Avec ces artistes, vous apprendrez à faire de bonnes photos dans des conditions parfois difficiles. En vous construisant une réputation, cela vous permettra peut-être d’obtenir une accréditation pour de plus gros évènements.

K-3 - 1/160e à f/4 - ISO 3200 - Sigma 17-50

K-3 – 1/160e à f/4 – ISO 3200 – Sigma 17-50

Et puis, il arrive que des liens se tissent entre des artistes et vous. Ce qui vous permettra de recommencer avec eux d’autant plus facilement qu’ils auront apprécié votre travail. N’oubliez pas de leur communiquer vos travaux (gratuitement au début, il s’agit d’entraide mutuelle).

K-5 - 1/50e à f/4 - ISO 1600 - Sigma 17-50

K-5 – 1/50e à f/4 – ISO 1600 – Sigma 17-50

 

 

Et sans accréditation, comment fait-on ?

Heureusement, il existe quelques solutions !

 

Les smartphones

Cette solution est accessible à tous ceux qui possèdent un smartphone un peu évolué, doté d’un appareil photo convenable. Il ne s’agit pas ici de faire de publicité pour une marque ou une autre, mais certaines se débrouillent mieux que d’autres en matière photographique.

Aller à un concert avec son smartphone est désormais chose courante. Comme le sortir pour prendre des photos. C’est même assez délirant de voir toutes les personnes qui le font. La photo de concert est désormais accessible au plus grand nombre. Mais voilà, passée l’euphorie de l’instant, la réalité rattrape l’auteur des clichés. Sur l’écran, ce n’est pas mal du tout. Mais dès agrandissement ou impression au delà du format 10×15, on commence à constater que la mise au point n’est pas extraordinaire ou que la netteté laisse à désirer.

Smartphone - 1/130s à f/2.2 - ISO 3200

Smartphone – 1/130s à f/2.2 – ISO 3200

Bref, pour un photographe occasionnel ou pour avoir son cliché souvenir, c’est parfait. Pour un photographe un peu plus éclairé, c’est imparfait et un sentiment de frustration peut naitre.

Attention, de plus en plus d’artistes ne souhaitent plus l’utilisation des smartphones en salle, trouvant que les spectateurs sont plus obnubilés par leur appareil que par le spectacle vivant. A suivre.

 

 

Le compact expert

Souvent dotés d’un zoom de bonne qualité ouvrant raisonnablement, ils ont des possibilités de réglages « pro », souvent similaires à ceux d’un réflex. Il faut privilégier les compacts experts offrant les modes PSAM et la compensation d’exposition. Après avoir débrayé le flash automatique et réglé la luminosité de l’écran arrière, un compact expert vous offrira de belles possibilités.

S100 - 1/20s à f/5.9 - ISO 1600

S100 – 1/20s à f/5.9 – ISO 1600

Un compact à grand capteur de type APS-C, comme les Ricoh GR ou GRII, peut être une bonne solution. Seul défaut, l’objectif à focale fixe (28mm environ) qui peut s’avérer trop court et qui nécessite d’être très proche de la scène.

DXO a proposé récemment une solution originale avec son DXO One. Il s’agit d’un appareil photo (capteur de 1″ et optique de 32mm, ouverture f/1.8) nécessitant un iPhone pour fonctionner (déport des commandes et de la visualisation).

 

L’hybride, de petit modèle

Il existe des hybrides dont les dimensions sont assez proches d’un réflex. Il convient plutôt de s’orienter vers des appareils capables de se montrer discrets. L’hybride dispose de nombreuses qualités. On peut lui monter des objectifs différents. Il est, également, souvent doté des raffinements indispensables nécessaires comme les modes PSAM, la compensation d’exposition et le RAW.

Q-S1 - 1/125e à f/2.8 - ISO 1600 - Pentax Q - Telephoto zoom

Q-S1 – 1/125e à f/2.8 – ISO 1600 – Pentax Q « 06 Telephoto zoom »

Chez Pentax, ce type d’appareil est représenté par la série Q. Ce sont de petits hybrides, à petit capteur. Mais ils se débrouillent plutôt bien lors des prises de vue.

Il suffit d’avoir le ou les objectifs adéquats selon l’endroit où l’on est placé dans la salle et on est tranquille pour prendre des photos.

Ces hybrides ressemblant assez, dans le mode de fonctionnement, à un réflex, l’utilisateur n’est guère dépaysé. Leur seul problème est l’absence de viseur optique. On doit se contenter au mieux d’un viseur électronique ou de l’écran arrière.

Q-S1 - 1/125e à f/2.8 - ISO 1600 - Pentax Q "06 Telephoto zoom"

Q-S1 – 1/125e à f/2.8 – ISO 1600 – Pentax Q – Telephoto zoom

 

Le bridge

Gros zoom, même si parfois il peut se montrer imprécis, de nombreux modèles se montrent lumineux. Il apparaît souvent comme idéal pour être amené dans un salle de spectacle. Mais voilà, il est souvent trop gros et ressemble à un réflex. Le résultat est que la sécurité peut empêcher son utilisation.

 

 

Coté réglages ?

Si vous n’avez jamais fait de photos en concert, vous constaterez très rapidement que vous avez un ennemi en la personne de la faible lumière omniprésente, sauf quand vous être face à un projecteur dont la colorimétrie est changeante. Votre second ennemi : ce sont les acteurs que vous souhaitez photographier car ils bougent ! Donc le cocktail lumière faible + personnes en mouvement est détonnant pour ne pas réussir ses prises de vues.

Bref, nous n’avons pas de réglage idéal à proposer. C’est l’expérience qui vous aidera. On peut tout juste vous donner quelques indications pour aider.

 

Privilégier le RAW

En premier lieu, il faut shooter en RAW et non en JPEG. Tout simplement parce que la lumière change de couleur très souvent et que vous n’aurez pas le temps d’adapter la balance des blancs entre chaque prise de vue. Le RAW ne figeant pas la balance des blancs, vous pourrez la régler en post production. Accessoirement, vous disposerez de plus d’informations et pourrez produire une image de meilleure qualité.

Q-S1 - 1/200e à f/2.8 - ISO 3200 - Pentax Q "06 Telephoto zoom"

Q-S1 – 1/200e à f/2.8 – ISO 3200 – Pentax Q – « 06 Telephoto zoom »

 

Mesure de lumière Spot

Si votre appareil le permet, mettez le en mode de mesure de lumière spot. Il fera alors ses calculs pour la lumière là où vous ferez la mise au point. Cela permettra d’avoir la bonne mesure de lumière sur votre sujet. Car il ne faut pas oublier que la scène est sombre de manière générale, sauf sur les musiciens et chanteur. Si vous utilisez la mesure de lumière automatique, il prendra en compte l’ensemble du champ. Dans ce cas, la probabilité de surexposition ou de sous-exposition sur le sujet principal est très grand.

K-20D - 1/90s à f/6.3 - ISO 400 - Pentax DA 18-250

K-20D – 1/90s à f/6.3 – ISO 400 – Pentax DA 18-250

 

Vitesse, Ouverture et ISO

Troisième point, la photo est le résultat d’une alchimie entre le temps d’exposition, l’ouverture et les ISO. Si vous souhaitez figer un mouvement, le temps d’exposition devrait être faible. Mais si la lumière n’est pas au rendez-vous, il faudra compenser en ouvrant au maximum (au détriment de la profondeur de champ) et en augmentant les ISO (gare alors au bruit). Avec le numérique, vous aurez droit à la compensation d’exposition, ce qui vous permettra de gagner en vitesse, en ISO et en ouverture.

 

La vitesse

Capturer les personnes c’est bien mais les avoir floues, c’est moins bien. Sur quelques photos, cela peut être intéressant, comme celles consacrées à un batteur par exemple, avec le mouvement des baguettes. Il n’empêche que si les clichés étaient nets, ce serait mieux !

K-7 - 1/20s à f/6.3 - ISO 1100 - Pentax DA 18-250

K-7 – 1/20s à f/6.3 – ISO 1100 – Pentax DA 18-250

Coté vitesse, on sera donc plus dans la gamme des 1/50s à 1/200s. Attention, il faudra peut-être mettre votre APN en mode priorité Vitesse.

 

L’ouverture

Privilégiez les objectifs et/ou appareils qui ouvrent. Plus il ouvrira, plus la lumière entrera. Mais attention au bokeh à f/1.4. Un compromis reste les objectifs ouvrant à f/2.8 et n’allez pas au delà de f/4.

 

Les ISO

Entre 800 et 3200, suivant les capacités de votre appareil à gérer le bruit (et le respect des couleurs). Si votre appareil vous permet de programmer une plage d’ISO auto, n’hésitez pas.

 

Le mode de prise de vue

Manuel, priorité vitesse ou priorité ouverture ? Et pourquoi pas le mode P ? C’est à vous de décider, en fonction des possibilités de votre appareil et de votre façon de prendre des photos. Néanmoins, mon retour d’expérience fait que, désormais, je ne privilégie plus le mode Manuel. Tout simplement parce qu’en concert, tout va très vite et qu’il faut s’adapter très rapidement. En Manuel, ce temps pour régler tous les paramètres nécessaires, on n’en dispose pas forcément.

K-20D - 1/45e à f/3.5 - ISO 3200 - Pentax DA 18-250

K-20D – 1/45e à f/3.5 – ISO 3200 – Pentax DA 18-250

J’ai une nette préférence pour le mode « priorité vitesse+ouverture » quand mon APN le permet. Sinon, je privilégie le mode « priorité vitesse ». L’ouverture est fixée à f/2.8, les ISO sont cantonnés entre 800 et 3200 grâce au mode ISO Auto. La compensation d’expo est entre -2 et -4. Lors des prises de vues, seule la vitesse va alors changer. Il s’agit là de mon mode de fonctionnement mais ce sera à vous de trouver le vôtre. Il ne s’agit là que de pistes de travail.

 

 

Derniers conseils

Faites attention à votre composition. Respecter vos règles habituelles en la matière (comme la règle des tiers si vous êtes adeptes). Faites votre mise au point sur un élément précis (les yeux ou le nez pour un visage, les doigts si on vise les mains, etc.).

Apprenez à jouer avec cette lumière si particulière, faites-en une amie, utilisez là. En concert, il est très facile d’avoir un projecteur qui s’illumine pleine face, avec des résultats parfois catastrophiques.

G7 - 1/8e à f/3.5

G7 – 1/8e à f/3.5

Le chanteur principal (ou la chanteuse) n’est pas seul(e) sur scène. Pensez à observer les musiciens et prenez les en photo également. Il y a plein de choses sympathiques à prendre dans un concert.

K-5 - I/30s à f/4 - ISO 1600 - Sigma 17-50

K-5 – I/30s à f/4 – ISO 1600 – Sigma 17-50

K-20D - 1/20e à f/5.6 - ISO 1600 - Pentax DA 18-250

K-20D – 1/20e à f/5.6 – ISO 1600 – Pentax 18-250

 

Et puis, prenez aussi le temps d’apprécier ce que vous êtes en train d’écouter et voir. Les spectacles vivants sont uniques. Il faut en profiter.

 

crédit photos : fyve – tous droits réservés