Nous continuons donc notre « tour de la photographie asiatique » avec la Chine et la Corée.

 

 

LA PHOTOGRAPHIE CHINOISE

Le premier trait caractéristique de la photographie en Chine tient au fait que cette dernière est un pays à parti unique, donc à information totalement contrôlée. Ce qui rend la photographie chinoise similaire à la photographie russe. Avec bien sûr de profondes différences d’ordre historico-culturelles. Pour en imaginer la portée, il suffit de se rappeler que la Chine de Confucius (≈ 600 av. J.-C.) était lettrée. Alors que, quelques 12 siècles plus tard, dans les steppes de l’Ukraine actuelle, les tribus pétchénègues, ancêtres de la Russie Kievienne et de la Russie Moscovite, sont nomades et n’ont pas d’alphabet. Ceci n’a pas pu ne pas laisser de traces dans les deux populations, même aussi longtemps après… Les deux photographies ont cependant en commun de porter une forte charge critique de lucidité et d’ironie satirique, la seule arme dans un contexte non démocratique.

La seconde différence avec les autres photographies asiatiques traitées dans cet article est la forte dominante de photo documentaire et de reportage. Les photographes chinois sont avant tout des photo-reporters. Mais dans le même temps, ils vivent dans un pays qui change d’une façon accélérée, avec tous les bouleversements que cela signifie pour la population. Ces bouleversements touchent les photographes comme les autres, et cela se ressent dans leur travail. Dans ce cadre général complexe, les photographes chinois sont d’une variété et d’une richesse impressionnante.

Comme dans la première partie, nous vous présentons les photographies dans l’ordre « chronologique » de leur naissance.

 

 

HO FAN

Est né en 1937 à Shanghaï. Sa famille a immigré à Hong Kong alors qu’il est encore jeune. Il commence tôt à photographier avec un Rolleiflex que lui a offert son père. Il est fasciné par la vie urbaine, les petites rues, les taudis, les marchés, les vendeurs de rue, et les enfants, à peine plus jeunes que lui. Il développe ses photos dans la baignoire familiale. Il construit ainsi une solide œuvre qui dresse un portrait de Hong Kong. Le galliériste Laurence Miller, voyant les travaux de HO Fan pour la première fois en 2006, déclara « Ses photos sont les descendantes directes des photos du Bauhaus, elles sont abstraites et humanistes en même temps ».

Ho Fan est décédé en 2016. Il était membre de la Société Photographique Américaine, de la Société Royale Photographique et de la Société Royale des Arts d’Angleterre, et membre honoraire des Sociétés Photographiques de Singapour, d’Argentine, du Brésil, d’Allemagne, de France, d’Italie et de Belgique.

 

Ho Fan

Ho Fan

 

Ho Fan

Ho Fan

 

Ho Fan 2

Ho Fan 2

 

Ho Fan 3

Ho Fan 3

 

Ho Fan 4

Ho Fan 4

 

Ho Fan 5 surimpression

Ho Fan 5 surimpression

 

 

LIU HEUNG SHING

Est né en 1951 à Hong Kong. Correspondant de presse et photo-reporter pour l’ Associated Press, il profite de la normalisation des relations diplomatiques sino-américaines en 1979 (rupture des relations avec Taïwan et reconnaissance complète de Pékin par les USA) et devient le premier photo-reporter du Times magazine à Pékin. Il a été successivement correspondant d’Associated Press à Pékin de 1979 à 1983, à Los Angeles de 83 à 85, à New Delhi de 85 à 89, à Séoul de 89 à 90 et à Moscou de 1990 à 1993. Liu Heung Shing a obtenu le Pulitzer en 1992 pour sa couverture de l’effondrement de l’URSS. Trois ans avant, sa photo de Tien Anmen de « L’homme à la sacoche arrêtant les chars » avait fait le tour du monde, sans forcément que soit connu l’auteur de la photo…

 

Liu Heung Shing

Liu Heung Shing

 

Liu Heung Shing Lancement des réfornes de Dieng 1979

Liu Heung Shing Lancement des réformes de Dieng 1979

 

Liu Heung Shing 1979

Liu Heung Shing 1979

 

Liu Heung Shing Tienanmen 1989

Liu Heung Shing Tienanmen 1989

 

Liu Heung Shing Tienanmen 1989 l'homme à la sacoche arrêtant les chars

Liu Heung Shing Tienanmen 1989 l’homme à la sacoche arrêtant les chars

 

 

LU GUANG

Est né en 1961 à Yongkang, petite ville – district de 540 000 habitants au sud-ouest de Shanghaï. Il a grandi sous Mao Tse Toung. À 19 ans, il commence à photographier, tout en travaillant à l’usine de soierie de sa ville. Sept ans plus tard, en 1987, il ouvre son propre studio de photo. En 1993 il va faire pendant 2 ans des études de photographie à l’Académie des Beaux-Arts de Pékin, puis se lance comme photographe free-lance. Son sujet central est la pollution issue de l’industrialisation rapide de ces années. Les répercutions de ses reportages sur les conséquences sociales de ces pollutions ont conduit Lu Guang à subir des pressions pour qu’il arrête ses reportages.

 

Lu Guang

Lu Guang

 

Lu Guang 1

Lu Guang 1

 

Lu Guang 2

Lu Guang 2

 

Lu Guang 3

Lu Guang 3

 

Lu Guang 4

Lu Guang 4

 

 

YONGZHI CHU

Né en 1973 dans la région de Yuexi, à l’ouest de Shanghaï, Yongzhi Chu est photographe documentaire pour le Daily Press Group de Zhejiang. Yongzhi Chu a obtenu le World Press Award en 2015 pour le cliché du dresseur et du singe suppliant, tiré d’un travail sur le cirque.

 

Yongzhi Chu

Yongzhi Chu

 

Yongzhi Chu - World Press 2015

Yongzhi Chu – World Press 2015

 

 

CAO FEI

Fille d’un sculpteur officiel, auteur de bustes et statues de Deng Xiao Ping, née en 1978, elle ne veut pas suivre la voie de son père. À 21 ans, elle réalise un film Imbalance 257, où elle saisit la vie de ses camarades, centrée sur la consommation, le divertissement, la télévision. Ce sont les représentants de la « génération néo-néo » d’après Tien Anmen.
En 2003 elle réalise (et produit) un autre film, documentaire, sur les effets du développement de Canton (Guangzhou) sur le village de San Yuan Li. La même année, elle tourne un autre film dans lequel elle transforme ouvriers et dirigeants d’une entreprise en danseurs de hip-hop. Elle introduit dans ses paysages documentaires des personnages de films, de jeux vidéo. À suivre…

 

Cao Fei

Cao Fei

 

Cao Fei 1

Cao Fei 1

 

Cao Fei 2

Cao Fei 2

 

Cao Fei 3

Cao Fei 3

 

Cao Fei 4

Cao Fei 4

 

Cao Fei 5

Cao Fei 5

 

 

RONGHUI CHEN

Est né en 1989. Après avoir passé ses diplômes de journalisme en 2011, il travaille dans le Hanzhou. Il est dans le Top 10 des photographes chinois de l’année 2013. On ne possède guère d’autres informations sur lui.

 

Ronghui Chen

Ronghui Chen

 

Ronghui Chen Ouvrier d'une usine de décorations de Noël1

Ronghui Chen Ouvrier d’une usine de décorations de Noël 1

 

Ronghui Chen Ouvrier d'une usine de décorations de Noël2

Ronghui Chen Ouvrier d’une usine de décorations de Noël 2

 

 

 

 

LA PHOTOGRAPHIE CORÉENNE

La photographie coréenne présente elle aussi sa spécificité : une forte liaison avec le cinéma. En effet, nombre de photographes sont aussi cinéastes, acteurs ou actrices. Et leur photographie intègre souvent une dimension de mise en scène caustique et dérisoire, installée dans un cadre très réaliste. On peut voir des points communs avec certains photographes chinois, jeunes, toniques et directement concernés par l’évolution impétueuse de l’économie de leur pays.

Il est évidemment ici question de la Corée du sud. Aucun renseignement n’est disponible sur les photographes en Corée du nord, si tant est qu’il y ait des photographes en civil en Corée du nord. Toutes les informations qui en parviennent montre que ce pays est totalement antinomique avec tout ce que signifie la photographie.

 

 

 

KIM KI-CHAN

Né en 1938 à Séoul. Après des études d’art visuel et d’art dramatique, il commence à travailler en tant que cameraman pour la télévision, la TBC puis la KBS. En 1966, il débute sa carrière de photographe en capturant la vie quotidienne des gens ordinaires, avec une préférence pour les laissés pour compte de la société d’après-guerre (la Corée se reconstruit après la guerre). À travers ses clichés plein de tendresse pour ses modèles – des enfants, des familles, des animaux – Kim Ki-Chan dessine un portrait en creux d’une Corée en pleine mutation. Kim Ki-Chan s’éteint en 2005.

 

Kim Ki Chan

Kim Ki Chan

 

Kim Ki Chan 1

Kim Ki Chan 1

 

Lim Ki Chan 2

Lim Ki Chan 2

 

Kim Ki Chan 3

Kim Ki Chan 3

 

 

BAE BIEN-U

Est né en 1950 à Yeosu en Corée du Sud. Il photographie la nature (coréenne) : des grandes étendues de plaines balayées par le vent, des montagnes au contour estompé par la brume, des rivages à la blancheur écumeuse se noyant dans le ciel. Ses paysages sereins célèbrent l’harmonie du monde, l’osmose entre l’homme et la nature, à l’image des pins immenses qu’il ne cesse de poursuivre depuis une trentaine d’années. Symbole de l’âme du peuple coréen, le pin est considéré dans la philosophie coréenne comme la jonction entre la terre et le ciel.

Le traitement des jeux d’ombre et de la lumière atmosphérique rapproche la démarche de Bae Bien-U de la tradition picturale coréenne.

 

Bae Bien-u

Bae Bien-u

 

Bea Bien-u forêt 1

Bea Bien-u forêt 1

 

Bea Bien-u forêt 2

Bea Bien-u forêt 2

 

Bea bien-u forêt 3

Bea bien-u forêt 3

 

Bea bien-u rochers

Bea bien-u rochers

 

Bea bien-u paysage

Bea bien-u paysage

 

 

LEE JOON «ATTA KIM»

Est né en 1956 dans l’île de Geoje à l’extrême sud de la Corée. Il y fait ses études primaires, puis part à Busan les continuer. Il obtient un diplôme d’ingénieur mécanicien. Il se met à la photographie à la suite d’un différend avec son père. Ses tout premiers travaux photographiques sont plutôt abstraits, mais ne le satisfont pas. Il passe alors à des portraits noir & blanc, parmi lesquels des internés, déclarés « capital culturel » par le gouvernement coréen. En 1987 il expose une série de portraits d’internés psychiatriques appelée « Psychpath ».

ON-AIR est sa première exposition personnelle de portée internationale aux USA en 2006. Atta Kim travaille depuis des grands formats obtenus par des poses longues ou des surimpressions. Depuis 2009 il vit et travaille entre Séoul et New York.

 

Lee Joon "Atta Kim"

Lee Joon « Atta Kim »

 

Atta Kim nu

Atta Kim nu

 

Atta Kim On Air -USA

Atta Kim On Air -USA

 

Atta Kim On Air -USA2

Atta Kim On Air -USA2

 

Atta Kim On Air-India

Atta Kim On Air-India

 

Atta Kim On Air-Corea Front line

Atta Kim On Air-Corea Front line