Lorsque l’on évoque la pratique du « trap-focus » (aussi appelé « catch-in-focus »), il n’est pas rare que l’interlocuteur à qui on s’adresse écarquille soudain les yeux en disant : « C’est quoi, ça ? ». On est alors parti pour une explication qui, invariablement, se termine par « Ah oui ! J’en ai entendu parler ! ».

Qu’est-ce donc que le trap-focus ? Et comment cela se pratique-t-il ? C’est ce que nous allons tenter d’expliciter.

 

 

Principe et domaine du trap focus

Il s’agit, sommairement, de régler son appareil photo de façon à ce qu’il déclenche seul et au moment opportun. Cela suppose donc :

  • que le photographe ne tienne pas son appareil en mains, mais que celui-ci soit placé sur un trépied, ou, à défaut, sur tout support stable.
  • que cet appareil soit capable de déclencher au bon moment, c’est-à-dire quand le sujet photographié entre dans la zone de mise au point.

 

Du principe du trap-focus découle le domaine d’utilisation : photo animalière, d’insectes en vol (pas facile, ça !), d’oiseaux, tout domaine où le photographe ne doit pas être vu par le sujet, qui aurait sinon la « furieuse » tentation de fuir ! Les courses d’engins à moteur, lorsque vous pouvez en prévoir la trajectoire, donc les points de passage, entrent aussi dans ce domaine.

On peut aussi utiliser cette technique en portrait de studio. Si les réglages sont correctement effectués (voir ci-après), il suffira de s’éloigner ou se rapprocher du sujet pour que le déclenchement ait lieu seulement à l’instant où le sujet sera dans la zone de mise au point.

D’une façon générale, si vous savez que le sujet, quel qu’il soit, passera inévitablement dans la zone de mise au point sélectionnée, alors vous pouvez utiliser le trap-focus.

Une petite note d’humour : la photo de paysage n’est jamais pratiquée en trap-focus !

 

 

Comment opérer

Cela ne nécessite aucune technicité particulière sinon une bonne connaissance des règles d’exposition. En effet, puisque l’appareil sera éloigné de vous, il faudra qu’il soit au préalable réglé pour la prise de vue recherchée.

 

Le matériel nécessaire

Le trap-focus ne se pratique qu’en mise au point manuelle. Il est donc nécessaire de disposer d’un objectif de ce type. Les Pentaxistes ont la chance de pouvoir disposer d’une large gamme d’objectifs manuels K ou M. Mais il est également possible d’utiliser d’autres objectifs à condition de pouvoir débrayer l’autofocus (voir plus loin).

Vous devrez choisir la focale de l’objectif en fonction du domaine que vous aborderez pour pratiquer le trap-focus. Il ne vous viendrait sans doute pas à l’idée de faire de la chasse photo avec un UGA. Pour ce type de photo, il vous faudra donc un téléobjectif de la focale convenable, en fonction de la distance du sujet. C’est d’autant plus vrai que les télécommandes utilisables (filaires et avec position de blocage du déclencheur en position enfoncée) ne sont pas livrées avec des câbles de grande longueur. La conséquence, c’est que vous ne pouvez pas vous éloigner de l’APN. Et comme vous ne pouvez pas non plus vous approcher trop près des sujets à photographier, la longue focale sera nécessaire.

L’autre matériel indispensable, ou presque, nous venons de l’évoquer : c’est la télécommande. On peut, en théorie, s’en passer. Mais on ne sait pas toujours à l’avance le moment précis où le sujet va entrer dans la zone de mise au point, vous comprendrez qu’il sera donc très inconfortable de garder le doigt pressant le déclencheur en attendant ce passage.

Pour autant, toutes les télécommandes ne sont pas utilisables (voir plus loin).

 

 

Configurer le boîtier

Il existe une condition nécessaire, mais non suffisante : il faut, dans le menu de l’APN, section C, onglet 4, avoir validé la « mise au point prédéterminée ».

Nota : sur le K10D, il n’existe pas d’option dans les menus : la fonction est toujours disponible avec les objectifs à monture K ou M.

Choix de la rubrique "MAP prédéterminée" sur le K-1

Choix de la rubrique « MAP prédéterminée » sur le K-1

Choix de l'option "marche" pour la "MAP prédéterminée" sur le K-1

Choix de l’option « marche » pour la « MAP prédéterminée » sur le K-1

 

Selon votre APN Pentax, l’option peut être retrouvée aux lignes suivantes :

BoîtiersLignes du menu C.4.
K20D34
K-735
K-30 / K-5020
K-5 / K-5II(s)25
K-S124
K-S226
K-3 / K-3II25
K-124

 

 

Autres conditions

  • Réglage AF.S (Menu C.3.15 sur le K-3 et le K-5) : il doit être positionné en priorité à la mise au point. Cela signifie que « le déclenchement ne peut pas intervenir tant que la mise au point n’est pas effectuée »
  • Monter un objectif manuel sur le boîtier. Toutefois, vous pouvez utiliser aussi un objectif AF à la condition que vous puissiez le basculer en mode de mise au point manuelle (interrupteur AF/MF SUR L’OBJECTIF à positionner sur « MF »). Certains vous diront que l’on peut aussi monter un objectif exclusivement autofocus de 2 manières :
    • soit en pressant le bouton de déverrouillage et en tournant légèrement l’objectif (vous imaginez tout de suite le danger !)
    • soit en isolant les contacts électriques.
      PentaxKlub ne vous recommande AUCUNE de ces deux méthodes. Il est en effet très facile de se procurer des objectifs soit entièrement manuels, soit basculables en mise au point manuelle.
  • régler (sur le boîtier) le levier de mode autofocus sur la position « AF.S »

 

 

Comment opérer ?

Une fois effectués les réglages ci-dessus :

  • sélectionner le nombre de collimateurs que vous souhaitez utiliser, étant précisé qu’avec un objectif à mise au point manuelle, seul le collimateur central sera disponible. Ceci est d’ailleurs un avantage car c’est le collimateur le plus précis et le plus sensible en basse lumière.
  • sélectionner la distance de mise au point que vous souhaitez (elle doit, bien entendu, être au moins égale à la distance minimale de mise au point de l’objectif utilisé !).
  • et maintenant, le plus délicat : presser le déclencheur et le maintenir pressé. Ainsi, le déclenchement ne s’effectuera réellement que lorsque le sujet attendu entrera dans la zone de mise au point. Notez que cela fonctionne aussi avec une télécommande filaire si elle possède une fonction permettant de garder le déclencheur pressé. C’est plus confortable que de garder le doigt sur le déclencheur. En revanche, il est impossible d’utiliser une télécommande sans fil. Si vous êtes bricoleur et que vous avez confectionné une télécommande permettant, à distance, de maintenir le déclencheur enfoncé, faites-le nous savoir !

Cette télécommande Pentax est utilisable :

La Télécommande CS-205 est utilisable (position "lock")

La Télécommande CS-205 est utilisable (position « lock »)

 

Les autres télécommandes (télécommande-E, télécommande-F et télécommande O_RC1) ne sont pas utilisables.

Télécommande O-RC1

Télécommande O-RC1 (non utilisable pour le trap-focus)

Quelques remarques que vous devrez garder à l’esprit

Quand le sujet entre dans la zone de mise au point, le collimateur central s’éclairera en rouge et le voyant en forme d’hexagone s’allumera en vert. Vous pouvez le vérifier dans le viseur.

La grande difficulté est de déterminer avec précision la distance de mise au point.

Vous connaissez les contraintes de la profondeur de champ qui varie selon la focale utilisée, l’ouverture choisie et la distance de mise au point. Il va de soi que, plus la profondeur de champ sera importante, plus facile il sera d’obtenir un sujet net. Dans ce cas, si la distance de mise au point réglée sur l’objectif n’est pas tout à fait précise, cela sera sans grande incidence. C’est bien entendu l’inverse avec une faible profondeur de champ.

Il est possible, au moins partiellement, de vous fier à l’échelle de profondeur de champ gravée sur l’objectif… si elle existe ! Sinon, la méthode empirique est la seule possible. Vous aurez sans doute du déchet, mais c’est à ce prix que vous progresserez dans cette façon de prendre des photos.

Pour obtenir le même résultat, vous pouvez aussi vous équiper de ce qu’on appelle une « barrière infrarouge ». Ce dispositif est utilisé pour les oiseaux. Lorsque le volatile coupe le rayon infrarouge établi entre deux points, le déclenchement s’effectue. L’inconvénient de ce système est qu’il est relativement onéreux et qu’il est donc à réserver aux photographes dont c’est le domaine privilégié. Vous en trouverez plusieurs modèles sur ce site.

 

Et enfin, une précaution utile : désactiver la mise en veille de l’APN. En effet, il serait bête de rater une bonne photo tout simplement parce que le boîtier aura décidé d’économiser sa batterie et donc de se mettre en veille. Ce qui veut dire, au passage, qu’il sera bon de partir avec une batterie bien chargée.

 

 

Nota 1 : Une partie des informations de cet article est tirée de l’excellent article de PentaxForums sur ce sujet.

Nota 2 : La photo de titre n’a pas été réalisée en trap-focus. Mais c’est typiquement le genre de photo qui est du domaine du trap-focus.