Premier article d’un triptyque consacré au portrait, nous commençons par la notion importante de plans photographiques. Certes, ce sujet a déjà été abordé, mais il est nécessaire de revoir les fondamentaux, dans le contexte particulier du portrait.

Le terme de plan est un emprunt de la photographie au monde cinématographique qui l’utilise pour désigner différentes valeurs de cadres. Pour commencer, notons que la majorité des échelles de plan prennent pour référence la figure humaine. Ces cadrages déterminent la place accordée au sujet, son esthétique et, accessoirement, le message véhiculé. Il existe donc différents plans photographiques. En photographie, c’est principalement pour le portrait que l’on va s’intéresser à la notion de plan, même si dans la composition elle joue un grand rôle. Quand un photographe s’exerce au portrait, il rencontre souvent quelques difficultés à cadrer correctement son sujet. Certes, on pense immédiatement à la prise de vue en studio, mais pas seulement. Le cadrage est un sujet universel qui concerne tout type de portrait, à l’intérieur ou à l’extérieur, studio ou pas. Le cadrage est un choix esthétique que devra faire le photographe, suivant ce qu’il aura envie de montrer.

Un des premiers cadrages auquel souvent on pense est le gros plan. Mais il n’est pas le seul « plan » possible. Il y en a quelques autres.

 

 

Le plan large

Certainement le plan le moins usité pour le portrait, car il fait plutôt la part belle au décor, au paysage qui entoure la personne. Néanmoins, ce plan est très intéressant, car il permet de placer le sujet dans son environnement. On peut donc ainsi créer un lien entre le personnage et l’environnement dans lequel il évolue.

Plan large, le personnage est perdu dans le décor

Plan large, le personnage est perdu dans le décor

 

Attention tout de même, si ce plan est très (trop) large, alors le personnage deviendra juste un élément du décor. La photo ne pourra plus entrer dans la catégorie dite du portrait.

 

 

Le plan serré

Le plan serré est aussi appelé plan moyen ou plan en pied selon les photographes. Ce plan permet de minimiser l’importance du décor, surtout si l’on prend soin d’ouvrir un peu le diaphragme fin de créer un effet de flou. Dans ce plan, l’environnement est toujours présent autour du sujet, mais il ne sert ici que de contexte.

Le plan serré, un cadrage de la tête aux pieds

Le plan serré, un cadrage de la tête aux pieds

 

La personne photographiée est cadrée de la tête au pied. On la reconnaît parfaitement. Le photographe doit prêter une attention particulière à la position et aux accessoires de son modèle, dans leur globalité. Si un membre est coupé ou s’il manque une partie d’un accessoire, comme un sac, alors le cadrage sera raté.

 

 

Le plan américain et le plan italien

Avez vous déjà vu les westerns de Sergio Leone ? Ce réalisateur a multiplié les scènes utilisant les différents cadrages, dont le plan américain. C’est d’ailleurs le genre western qui a popularisé ce type de plan. Tout simplement parce qu’il permettait aux spectateurs de se focaliser sur le visage du personnage, tout en conservant à l’image le colt à la ceinture.

Plan américain, attention aux coupes

Plan américain, attention aux coupes

 

Le plan italien prévoyait un cadrage avec une limite inférieure au-dessous du genou. Rapidement, cette limite a remonté à la mi-cuisse, devenant alors le plan américain. Ce plan est encore largement utilisé dans le portrait, principalement dans la photographie de mode. Il convient de faire très attention au positionnement du sujet quand on effectue ce genre de plan. Il est facile de couper un élément, comme un doigt. Et dans ce cas, la photo sera ratée.

 

 

Le plan taille

Ce plan coupe le sujet au niveau de la ceinture. Il sert à attirer l’attention sur le visage du sujet, dans son ensemble.

Plan taille, coupe autorisée

Plan taille, coupe autorisée

 

Deux avantages à ce mode. Le premier, c’est qu’il ne donne pas forcément une impression de proximité, voire d’intimité. Le second est que ce type de cadrage s’avère nettement moins exigeant sur le positionnement du corps du sujet. Et les coupes, si elles sont bien faites, sont autorisées.

 

 

Le plan buste

Il est fortement similaire au plan taille dont il partage les avantages. La limite inférieure se trouve au niveau de la poitrine du sujet.

Le plan buste, un peu plus rapproché

Le plan buste, un peu plus rapproché

 

 

 

Le gros plan

Ce plan introduit une proximité avec le modèle. Le principal inconvénient de ce type de cadrage est que l’on voit rapidement tous les défauts de l’élément en gros plan. Surtout tout ce qui concerne la peau. Attention donc à l’objectif utilisé. Plus il sera « piquant », plus les défauts seront visibles et accentués. Les objectifs macro seront donc particulièrement déconseillés.

Gros plan

Gros plan

 

Ce cadrage va isoler une partie du corps humain. Cela peut être un visage, une main ou un objet. Son esthétisme est très important. Il conviendra de soigner particulièrement la mise en scène, les lumières et le dynamisme que l’image finale va donner.

 

 

Le détail

Il s’agit d’un plan particulier qui va mettre l’accent sur une partie très réduite du corps humain ou de l’objet. Par exemple, les yeux. Pour réussir ce type de plan, il vaut mieux avoir un objectif adapté, de grande focale, de type 135 voire 200mm. Il convient de ne pas trop s’approcher du modèle pour ne pas le mettre mal à l’aise.

Photo de détail

Photo de détail

 

Attention, si l’on recadre une photo prise avec un objectif dont la focale est inférieure à 100mm, des sensations de flous seront perceptibles et la photo sera ratée. Comme dans l’exemple ci-dessus.

 

 

Côté matériel

Les focales les plus classiques pour le portrait sont le 50 mm et le 85 mm (FF). Pour obtenir des champs visuels équivalents avec des boîtiers APS-C, il faudra se tourner vers des objectifs de type 30mm et 55 mm (multiplication par 1,5 pour Pentax et Nikon et 1,6 pour Canon). Les objectifs entre 50 et 90 ont une tendance à moins déformer. Ils procurent donc plus facilement un aspect naturel.

Le choix de votre focale sera lié au type de plan que vous souhaitez avoir. Plus votre plan sera serré, plus vous aurez intérêt à utiliser une grande focale. Il ne faut pas oublier aussi que le photographe a tout intérêt à conserver une distance assez courte afin de faciliter la communication avec son sujet. Mais cette distance doit être assez importante pour ne pas mettre mal à l’aise le sujet !

De manière générale, pour une focale :

  • Inférieure à 35 mm : Plans large et serré
  • De 50 mm : Plans américain, taille et buste
  • Comprise entre 70 à 100 mm : Plan buste et gros plan
  • Comprise entre 135 à 200 mm : Gros plan et détail

 

Comme déjà précédemment écrit, les objectifs macro, de par leur définition, sont à proscrire. Sauf si vous souhaitez observer de près les alvéoles de la peau ! Certains photographes auront également à cœur de privilégier des objectifs « soft » à la place d’objectifs HD. Les premiers apportant un côté crémeux aux photos, par rapport au côté plus précis des seconds. Les premiers nécessitant aussi moins d’efforts de retouche que les seconds.

Les détails du DA 70 HD

Les détails du DA 70 HD

 

Pour les réglages du boîtier, le mode Av, « Priorité à l’ouverture », est souvent le plus adapté, car il permet de jouer sur la profondeur de champ et d’isoler le sujet de l’arrière-plan. La vitesse d’obturation étant alors sélectionnée par l’appareil en fonction du choix d’ouverture. Le mode M, « manuel », reste aussi une bonne option.

 

Crédit photo : © fyve