Cinquième volet consacré à la conversion en Noir et Blanc, cette fois ci au travers de SilverEfex.

SilverEfex est logiciel permettant uniquement la conversion en Noir & Blanc. Il intègre également un simulateur de film, ce qui permet de reproduire, sur une image numérique, les caractéristiques d’un film argentique donné, de manière assez fidèle. Il convient malgré tout de reconnaitre qu’en matière de simulation, DXO FilmPack est plus performant, plus précis dans le respect d’un film. Ceci est sans doute dû à la manière dont sont étalonnés les films chez DXO et chez Google.

Car SilverEfex appartient à Google depuis le rachat par ce dernier de la société NikSoftware. SilverEfex fait partie d’une suite de logiciels dédiés à l’image (dont ColorEfex ou HDR Efex) et ne peut être acheté de manière indépendante. Néanmoins, le prix de la suite reste attractif.

Il se présente sous la forme d’un logiciel pouvant être utilisé au travers d’un logiciel comme Photoshop ou de manière indépendante (lors de l’installation, la version indépendante est automatique installée et l’utilisateur peut choisir les plug-in pour les éditeurs externes).

 

 

Conversion en utilisant SilverEfex

La photo de l’aile du Louvre, prise un soir de fin novembre, servira de support à ce tutoriel.

Louvre

K3 – 20s – f/13 – ISO 100

Le but à rechercher dans la conversion d’une image en N&B est de faire ressortir les formes, les lignes, les objets, les structures  afin de donner corps à votre image.

 

L’interface

Elle se présente sous la forme d’une grande fenêtre avec à gauche, les presets de conversion prédéfinis (vous pouvez avoir vos propres presets), au centre l’affichage de la photo et à droite, les outils.

SilverFX_01

interface de Silver Efex

Il existe au moins 3 façons de procéder :

  • vous choisissez un preset et vous l’appliquez sans rien toucher de plus.
  • vous choisissez un preset  et vous modifiez le résultat obtenu à l’aide des outils.
  • vous partez de la base N&B neutre que propose SilverEfex à l’ouverture et vous modifiez directement à l’aide des outils.

L’utilisation des outils disponibles est simple puisqu’il s’agit de dérouler, de haut en bas, les uns après les autres tous les outils. Cette manière didactique et ordonnée permet de ne rien oublier.

 

Etape 1 : ouverture des fichiers et palette Développement

Ouvrir un fichier. Attention, SilverEfex ne sait pas dématricer une image RAW. Il conviendra donc de créer un fichier TIFF ou JPEG de votre image si vous souhaitez utiliser le logiciel de manière indépendante d’un logiciel de retouche d’image.

Si vous lancez la conversion à partir d’un fichier ouvert dans Photoshop, il faudra aller dans Filtre >> Nik Collection >> Silver Efex. Votre conversion, une fois terminée, sera visible sous forme de calque dans Photoshop. Après avoir aplati l’image pour ne conserver que la version N&B, vous pourrez enregistrer au format TIFF ou JPG.

SilverFX_02

Filtre >> Nik Collection >> Silver Efex

 

Si vous ouvrez à partir de  Lightroom, une boite de dialogue vous permettra de créer un nouveau fichier (au format TIFF ou JPG) avec votre développement Lr.  A l’issue de la conversion, Lr intègrera automatiquement la nouvelle image dans sa bibliothèque (le workflow est ainsi préservé). Le format TIFF, bien que plus lourd, est préférable au format JPG.

SilverFX_03

menu contextuel >> Modifier dans >> Modifier dans Silver Efex

SilverFX_03b

Choix entre ouverture d’une copie corrigée, d’une copie non corrigée ou de l’original (si TIFF ou JPEG uniquement) – Choix du format du nouveau fichier (TIFF, JPG ou PSD)

 

Si le passage en N&B est linéaire puisqu’il suffit d’appliquer les outils les uns à la suite des autres, je conseille d’effectuer un premier développement. En effet, il est préférable de développer à minima la photo couleur afin de déboucher les ombres et trouver la bonne exposition, avant de basculer en Noir&Blanc. Certes, il ne s’agit pas là de la meilleure façon de procéder, mais au moins elle permet de partir d’une photo équilibrée, surtout si on ouvre un RAW sous exposé.

N’oubliez pas que, même si l’utilisateur est guidé dans la démarche, rien n’empêche à tout moment de réinitialiser les outils ou de revenir sur un réglage précédemment effectué (ceci tant que le résultat n’est pas enregistré).

 

Etape 2 : Les presets

A gauche, le menu de SilverEfex :

  • TYPES : 35 presets de développement proposé par le logiciel.
  • PERSONNALISÉ : Vos presets personnels
  • IMPORTÉ : Importer des presets externes (on peut sauvegarder ses presets et les diffuser)
  • HISTORIQUE : Les actions de développement réalisées.
SilverFX_04

Cliquer sur une rubrique pour accéder au sous-menu

SilverEfex propose 35 presets de développement par défaut. Si tous ne sont pas de bon goût, la plupart produisent une image N&B correcte. Pour choisir un preset, il suffit de cliquer sur la vignette de prévisualisation. SilverEfex propose en effet de voir, avant même d’appliquer le preset, son résultat. Cela permet d’effectuer rapidement un premier choix.

SilverFX_05

aperçu des presets – en vert, les favoris

Les presets sont organisés en catégorie. Si vous utilisez un ou plusieurs d’entre eux de manière régulière, il est possible de l’ajouter dans la catégorie « favoris » afin d’avoir un accès direct.

Si il n’est pas obligatoire de choisir un preset pour commencer le développement en N&B, souvent ce dernier permet d’avoir une base de travail. De plus, vos propres presets peuvent s’avérer plus que suffisants. Dès lors, vous pouvez sauver votre résultat en cliquant sur « Enregistrer« , à droite en bas.

SilverFX_06

l’appui sur Enregistrer sauvegardera le résultat final et fermera l’application

 

Etape 3 : Réglages globaux

Le premier des réglages globaux concerne la luminosité. Il y a un curseur qui va gérer la luminosité de manière globale, sur l’ensemble des tons de la photo. Il sera ensuite possible d’affiner par type de tons (clairs, moyen et sombre). Il est donc possible de baisser la luminosité globale de l’image tout en éclaircissant les zones d’ombre.

Le cinquième curseur s’occupe lui de la luminosité dynamique de l’image. Ce curseur permet de modifier les réglages de luminosité des différentes zones de l’image sur la base des valeurs tonales de chaque zone. On peut assombrir l’ensemble de l’image tout en conservant les détails des tons clairs ou, à l’inverse, éclaircir l’ensemble de l’image tout en conservant les détails des ombres.

SilverFX_07a

1- régler la lumière

 

Le deuxième réglage global concerne le contraste. On peut le régler de manière globale avant d’affiner les blancs et les noirs. Le curseur du contraste doux va permettre de renforcer le contraste d’une image en l’appliquant à différentes zones de manière dynamique, c’est à dire en adaptant le contraste aux détails de l’image. Il en résulte souvent une ambiance plus harmonieuse.

SilverFX_07b

2- régler le contraste

 

Le troisième réglage concerne la structure. Cet outil de contrôle permet de mettre en évidence ou, au contraire de « masquer », les textures et détails d’objets. Il s’apparente à un outil « Clarté » ou « Netteté ». Si on peut gérer la structure de manière globale, 3 curseurs permettent d’agir plus spécifiquement sur les tons clairs, moyens et sombres (les ombres).

Le contrôle de Structure Fine s’occupe davantage de la visibilité des détails des structures et des textures de faible taille en éviter de créer un aspect de netteté trop excessif. On peut obtenir ainsi des transitions douces entre les zones ou réduire le contraste tout en préservant les contrastes des bords.

SilverFX_07c

3- contrôler la structure

 

Le quatrième et dernier des réglages globaux permet de récupérer les détails des ombres et des tons clairs qui ont disparu à la suite du réglage du contraste ou de la tonalité.

SilverFX_07d

4- contrôler la tonalité

Le curseur « Ombres » permet d’éclaircir les ombres seulement et faire ainsi réapparaître des détails dans des zones trop foncées. Le curseur « Tons clairs » permet de foncer les tons clairs et de faire réapparaître des détails dans les zones trop claires (ou trop blanches).

 

 

Etape 4 : Réglages Sélectifs

Les réglages sélectifs sont spécifiques aux logiciels de NikSoftware. Ils sont aussi connus sous le nom U-Point. Au rachat de Nik par Google, Nikon a perdu le droit d’utiliser cette technologie dans son logiciel de traitement d’image « maison », ce qui a entrainé une refonte de ce logiciel et beaucoup de mécontents.

Un U-Point est un point de contrôle sur une partie de l’image. On peut en ajouter autant que l’on souhaite.

SilverFX_08a

cliquer sur le bouton pour ajouter un point de contrôle n’importe où sur l’image

Une fois un point ajouté (taille du point réglable), il est possible de procéder à des ajustements précis de luminosité, contraste, de structure (et autres) sur une zone en particulier sans toucher au reste de l’image. Il est même possible de rétablir la couleur d’origine de la zone sélectionnée par le point.

SilverFX_08b

Lu(minosité) – Co(ntraste) – St(ructure) – A(mplifier les) B(lancs) – A(mplifier les) N(oirs) – S(tructure) F(ine) – C(olorisation) S(élective)

On peut créer des groupes de points qui se comporteront de manière identique. la modification d’un réglage sur un des points du groupe se répercutera sur les autres.

 

Etape 5 : Filtre couleur

L’outil filtre va, en appliquant une couleur, l’enlever. Par défaut, la teinte sélectionnée va s’éclaircir tandis que le ou les teintes complémentaires vont s’assombrir. Chaque filtre couleur sélectionné règle automatiquement la teinte et l’intensité (Détails), mais il est possible de les modifier manuellement.

SilverFX_09

5 filtres couleur et un filtre neutre (gris)

 

Etape 6 : Type de film

SilverEfex propose d’appliquer un des 18 types de films noir et blanc simulés (fondés sur une analyse des pellicules du film original). En sélectionnant un type, on retrouvera automatiquement le grain, la sensibilité des couleurs et la courbe des tonalités du film argentique choisi.

SilverFX_11

18 films argentiques N&B simulés

 

Il est possible de modifier individuellement les caractéristiques du film choisi. Si aucun film n’est choisi (Neutre), ce panneau de réglages reste accessible et va permettre de régler l’intensité des différentes couleurs sur l’ensemble de l’image (à la manière d’un mélangeur de couche).

SilverFX_10

réglages de film

 

Etape 7 : Réglages de finition

On arrive à la fin du développement. A ce stade, SilverEfex propose les réglages de finition, de cosmétique.

Virage

SilverFX_12a

réglages du virage

On peut sélectionner un ton parmi la vingtaine disponible qui sera appliqué à l’image, lui donnant un aspect pouvant aller du Silver au Sépia. Chacun des tons disponibles peut être ajusté.

SilverFX_12b

les tons disponibles et quelques exemples

 

Vignettage

Ajout d’un effet de vignettage, avec assombrissement des coins. Différents effets de vignettage sont proposés et chacun d’entre eux est réglable manuellement.

SilverFX_13

réglages du vignettage

 

Bord brulés

Ajout d’un effet de bords brulés. Différents effets sont proposés et chacun d’entre eux est réglable manuellement.

SilverFX_14

réglages des bords brulés

 

Contours d’image

Ajout d’un cadre à l’image. Plusieurs cadres sont disponibles, chacun d’entre eux étant personnalisable (épaisseur, distance, etc.).

SilverFX_15

réglages du contour d’image

 

 

Un résultat

SilverEfex-Result

un développement possible

 

C’est fini. Vous pouvez désormais enregistrer votre image. Si l’image provient de Photoshop, un nouveau calque apparaitra. Si l’image provient de Lr, l’image N&B sera intégrée au catalogue, dans le même dossier que l’image d’origine.

 

 

Bonus

Petite cerise, SilverEfex permet de créer vos propres presets de développement. Pour enregistrer vos réglages comme un nouveau preset, il suffit de cliquer sur l’icône + dans le menu Personnalisé, à gauche et d’indiquer un nom. Désormais, ce nouveau preset de développement sera disponible et vous pourrez le réutiliser sur d’autres photos.

SilverEfex_16

ajout d’un preset