Pentax doit-il conserver le mode Sv ?

Parmi ce que le manuel du K-1 Mark II nomme les « modes d’enregistrement », le mode Sv fait figure de bizarrerie. Ce mode, inconnu des autres fabricants de boîtiers, a été introduit par Pentax depuis de nombreuses années. Et il n’a jamais été beaucoup commenté !

Qu’est-ce que le mode Sv ?

Les modes « généraux »

Une bonne exposition est la combinaison de trois éléments : l’ouverture du diaphragme (réglée sur l’objectif lui-même ou sur le boîtier), la vitesse d’obturation et la sensibilité, toutes deux réglées sur le boîtier.

Les modes les plus connus de prise de vue sont au nombre de 4 :

  •  « P » (programme : l’appareil décide de tous les paramètres),
  •  « Av » (priorité à l’ouverture du diaphragme),
  • « Tv » (priorité à la vitesse d’obturation, le « temps de pose »),
  • et le mode manuel « M » (le photographe choisit lui-même tous les paramètres).

Ce sont les modes souvent appelés par les autres fabricants « PASM (« « S » pour « speed » est équivalent à Tv). Pentaxklub leur a consacré un article.

ModesPDV
Les modes de prises de vues sur le K-1 II

 

Pentax leur a ajouté le mode « TAv ». Celui-ci permet au photographe de choisir lui-même vitesse d’obturation et ouverture du diaphragme. Il laisse alors à l’appareil le soin de régler la sensibilité pour obtenir une exposition correcte. Toutefois, le photographe peut imposer à l’appareil une valeur limite de sensibilité, par exemple 3200 ISO. Si les paramètres choisis ne permettent pas d’ajuster la sensibilité pour une exposition correcte (s’il faut par exemple 6400 ISO), la photo pourra tout de même être prise, mais il y aura sous-exposition.

Le mode Sv de Pentax

Ce mode permet au photographe de donner priorité à la sensibilité. Il laisse au boîtier le soin de choisir vitesse d’obturation et ouverture du diaphragme.

Pour choisir la sensibilité à laquelle il veut prendre sa photo, le photographe utilisera la molette arrière, celle-là même qui, en mode « Av » permet de choisir l’ouverture de diaphragme. Le boîtier ajustera les autres paramètres. Dans ce cas, ainsi que le montre l’extrait ci-dessous du mode d’emploi du K-1 Mark II (mais c’est identique pour les autres boîtiers Pentax), il n’aura plus la main sur ces autres paramètres.

ModesExpo
L’utilisation des modes d’exposition

 

Il ne pourra, en fait, que changer de sensibilité et faire (ou non) appliquer une correction d’IL (Indice de Lumination). En anglais on parle d’« EV » (Exposure Value). Notons cependant qu’il est possible de régler cette sensibilité par incréments de ½ valeur ou 1/3 de valeur (option à choisir dans le menu).

Conséquences de l’utilisation du mode Sv

Nous venons de citer une de ces conséquences, l’impossibilité de modifier manuellement vitesse et ouverture.

À ce propos, on observe que selon les circonstances, l’évolution du couple vitesse/ouverture est plus ou moins rapide. Il est impossible de déterminer avec exactitude comment décide l’appareil : parfois, seule la vitesse change, parfois c’est l’ouverture. Sur quels critères précis, cela reste un mystère !

Cela implique, pour obtenir une image correspondant à son désir, de vérifier que les 2 valeurs conviennent au sujet. En effet, l’exposition sera correcte, certes, mais cela ne voudra pas dire que l’image sera bonne ! Composition, cadrage, dynamisme, etc. sont des éléments qui concourent grandement à la beauté et/ou l’intérêt d’une image. Et ça, aucun appareil de prise de vue ne sait le faire de façon totalement automatique.

Par exemple, sur un sujet fortement mobile (en mouvement au moment de la prise de vue) il faudra s’assurer que la vitesse d’obturation choisie par l’appareil permettra d’obtenir la netteté que l’on souhaite.

De la même manière, il sera nécessaire de vérifier l’ouverture de diaphragme choisie par le boîtier pour s’assurer qu’elle permettra une profondeur de champ suffisante. Ou, en tous cas, qu’elle sera conforme au désir du photographe.

Ceci étant posé, on se rend compte que ce mode Sv n’est pas adapté à toutes les prises de vue. Selon les circonstances, il peut exposer (si l’on peut s’exprimer ainsi) à des déconvenues.

Les cas d’utilisation du mode Sv

Les sources

À vrai dire, la documentation fournie par Pentax (essentiellement les manuels des boîtiers) ne fournit aucune indication à cet égard. Lorsqu’on s’intéresse un tant soit peu à la question, on est alors contraint à aller voir sur Internet s’il existe de la documentation à ce propos. Bien entendu, on n’en trouve pas sur les sites des autres constructeurs de boîtiers, pour qui le mode Sv est inconnu. Il n’a donc aucune chance d’être documenté !

Le problème, c’est que l’on ne trouve pas non plus d’information sur les sites de Pentax (Ricoh Imaging). On est alors obligé de consulter des forums et autres sites d’utilisateurs de matériel photo Pentax. Malheureusement, il ne s’y trouve que très peu de choses sur ce sujet. Principalement, ce sont des questions posées par des photographes qui cherchent des retours d’expériences… et n’en trouvent eux-mêmes que très peu ! Comme aurait dit quelqu’un à propos d’autre chose : « des chercheurs qui cherchent, on en trouve ; mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche ! ». Si parmi nos lecteurs se trouvent des chercheurs qui ont trouvé (sur ce sujet, bien sûr)… nous en cherchons !

Cas pratiques

Toutefois, sur un site, j’ai trouvé cette indication (traduction) : « Le mode Sv est utile pour le bracketing ISO des images. Il vous permet de varier la sensibilité ISO dans des situations où la lumière change, comme lors de la prise de vue de concerts ou des illuminations de Noël. »

La formulation peut prêter à confusion. En effet, il ne s’agit pas d’un bracketing au sens traditionnel, au cours duquel l’appareil prend plusieurs photos selon le paramétrage de l’utilisateur. Et, bien sûr, avec un seul appui sur le déclencheur.

Ici, il faut comprendre que l’opérateur peut prendre plusieurs photos en ne changeant que la valeur ISO, et ce, au moyen unique de la molette arrière. Ce n’est pas véritablement du bracketing automatique. Et cela limite singulièrement la possibilité de prendre plusieurs photos dans un laps de temps très court. En tout état de cause, le photographe devra presser plusieurs fois le déclencheur, n fois pour n photos.

Ce que l’on peut en déduire, c’est que cela permet juste un changement rapide de la sensibilité, par une action sur un seul « levier », la molette arrière, au lieu d’un appui préalable sur le bouton « ISO » suivi d’une action sur ladite molette. Bien maigre, non ?

On trouve des indications similaires sur des forums américains dédiés à Pentax.

En fait le mode Sv est surtout utilisable dans toutes les situations où les conditions de lumière sont susceptibles de changer brutalement ou rapidement : lever et coucher de soleil, lieux de spectacles nocturnes, etc. Il répond par conséquent à des situations très ciblées et qu’on ne rencontre pas forcément chaque fois que l’on part en sortie photo.

Les différences en images
Sensibilité (ISO)Images en mode AvImages en mode Sv
200
K-1 II + DFA 24-70mm à 24mm - f/4 - 1/400s
K-1 II + DFA 24-70 mm à 24 mm – f/4 – 1/400 s
K-1 II + DFA 24-70mm à 24mm - f/4 - 1/400s
K-1 II + DFA 24-70 mm à 24 mm – f/4 – 1/400 s
400
K-1 II + DFA 24-70mm à 24mm - f/4 - 1/800s
K-1 II + DFA 24-70 mm à 24 mm – f/4 – 1/800 s
K-1 II + DFA 24-70mm à 24mm - f/4 - 1/800s
K-1 II + DFA 24-70 mm à 24 mm – f/4 – 1/800 s
800
K-1 II + DFA 24-70mm à 24mm - f/4 - 1/1600s
K-1 II + DFA 24-70 mm à 24 mm – f/4 – 1/1600 s
K-1 II + DFA 24-70mm à 24mm - f/4 - 1/1600s
K-1 II + DFA 24-70 mm à 24 mm – f/4 – 1/1600 s
100
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70mm - f/5.6 - 1/400s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm – f/5.6 – 1/400 s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70mm - f/5.6 - 1/320s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm – f/5.6 – 1/320 s
400
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70mm - f/5.6 - 1/1600s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm – f/5.6 – 1/1600 s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70mm - f/5.6 - 1/1600s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm – f/5.6 – 1/1600 s
800
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm - f/5.6 - 1/3200 s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm – f/5.6 – 1/3200 s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70mm - f/5.6 - 1/2500s
Pentax K-1 II + DFA 70-210 f/5.6 à 70 mm – f/5.6 – 1/2500 s

Décision finale ?

Faut-il conserver ce mode Sv ? C’est notre question de départ. Pas facile d’y apporter une réponse satisfaisante pour tous. Pour ma part, je ne m’en sers jamais. Ce qui est une manière de répondre à la question-titre. Mais je reconnais que, lors de brusques changements de lumière, il peut être utile pour régler correctement et très rapidement une exposition. Surtout si l’on a pris la précaution de configurer l’opération de changement par 1/3 de valeurs et non par valeurs entières.

Il semble permis de penser que, si les autres constructeurs n’ont pas cette option « Sv », c’est sans doute que les photographes peuvent se débrouiller autrement, par action (conjointe ou pas) sur l’ouverture de diaphragme (Av) et/ou la vitesse d’obturation.

Bref, c’est un peu comme l’automobiliste qui a fait monter sur sa voiture une attache pour remorque :  il ne s’en sert que très rarement (voire jamais car il n’a pas de remorque ni de caravane), mais elle est là, au cas où…

  • CLAPOT
    17 décembre 2020 à 0 h 29 min

    Effectivement, très difficile de répondre à cette question.
    Ce qui semble superflu pour les uns est indispensablement pour d’autres.
    Perso je n’ai jamais utilisé le mode SV, j’aurai trop le sentiment de perdre le contrôle de ma photo.

    • Micaz
      17 décembre 2020 à 8 h 35 min

      Bonjour
      En effet, peu de pentaxistes utilisent le mode Sv. Ce n’est pas tant qu’on perd tout contrôle sur sa photo (après tout, on CHOISIT tout de même un paramètre important, la sensibilité) mais on ne « maîtrise » ainsi que l’exposition. Il faut donc veiller à ce que vitesse d’obturation et ouverture soient adaptés à la situation. Or, beaucoup de photographes estiment, à juste titre, que ces deux derniers paramètres sont les plus importants. D’autant que les possibilités des boîtiers et de leurs capteurs en matière de montée en ISO s’étant considérablement améliorées au cours de la dernière décennie, on peut faire confiance aux automatismes dans de très nombreux cas, y compris en les contrôlant (« fourchette » de sensibilités autorisées). Peut-être pourrait-on revoir ces positions si le constructeur prenait la peine de documenter davantage ce mode Sv ?

  • Bruno
    17 décembre 2020 à 10 h 39 min

    Pentax évoque des conditions de lumière difficiles, et donc probablement nécessitant des sensibilités élevées.

    Si l’on pense à des conditions de concert, on peut souhaiter avoir une homogénéité du niveau de bruit, du « grain » numérique sur un ensemble de photos. Le mode SV servirait alors non pas à faire varier la sensibilité à la main mais à la figer sur une valeur supposée adaptée quelles que soient les variations de la lumière, son intensité, sa direction, sa couleur, toutes choses dont usent et abusent certains techniciens.

    Dans ce cas de figure, le photographe qui a cette approche esthétique, et qui souhaite donc que l’ensemble de la série « se ressemble », met alors au second plan l’adéquation vitesse ouverture au sujet, à l’instant, en laissant la main à l’appareil. A essayer.

    Je pratique plutôt en tout manuel dans ce genre de circonstances, en figeant donc effectivement « les ISOs ». Mais, quelle soit la méthode de gestion de l’exposition, les réussites en photo de concert comportent une part majeure d’aléatoire.

    • Micaz
      27 décembre 2020 à 11 h 23 min

      Bonjour.
      Merci pour ce message qui contribuera à alimenter la réflexion de nos lecteurs sur l’utilisation du mode Sv.

  • Zygonyx
    17 décembre 2020 à 18 h 09 min

    L’idéal est par exemple d’utiliser ce mode avec un paramétrage de la seconde molette en mode « P-shift », ce qui permet de faire varier l’ouverture simultanément avec la sensibilité : il en résulte une vitesse et l’ensemble de l’exposition est contrôlable…

    • Micaz
      17 décembre 2020 à 18 h 39 min

      Effectivement. Mais on comprend mal que le fabricant, seul à insérer un mode Sv dans ses boîtiers, ne donne pas plus d’informations à ce sujet. Et bien sûr encore moins de solutions (voire de « trucs et astuces ») pour l’utiliser efficacement. Les moins expérimentés lui en sauraient pourtant gré !

  • Zygonyx
    18 décembre 2020 à 21 h 34 min

    En effet, perso si je l’ai personnalisé comme cela, je ne l’utilise pratiquement jamais ; mais c’est surtout parce-que DxO permet de récupérer les hauts-ISOs et que je ne fréquente plus trop les « fêtes de la musique » et autres spectacles où la photo amateur est de moins en moins tolérée…

    • Micaz
      18 décembre 2020 à 21 h 52 min

      Ce qui, finalement, rejoint quelque peu la conclusion de l’article !

  • Jacques Levet (Pech_les oies)
    21 décembre 2020 à 21 h 01 min

    Je pense qu’il est possible d’utiliser le mode Sv pour éviter le choix par l’appareil d’une sensibilité ISO anormale, tout en évitant en même temps que l’appareil ne fasse n’importe quoi, à condition d’entrer au préalable dans la première page du menu, à la ligne « ligne de programme », pour y choisir ou sport, ou paysage, ou portrait.
    De cette façon l’appareil sait qu’il doit privilégier réciproquement ou une vitesse élevée, ou un diaphragme assez fermé, ou un diaphragme assez ouvert.
    J’ai essayé avec mon KP, le soir, ça m’a l’air de fonctionner.
    Mais à ce moment là il me parait aussi simple de passer en mode M.

    • Micaz
      22 décembre 2020 à 14 h 52 min

      Bonjour !
      Merci pour ce commentaire. En effet, passer par le mode manuel est aussi simple … quand on sait photographier en mode manuel. Tout le monde devrait savoir, mais combien pratiquent réellement le mode manuel ?

  • REVAL
    21 décembre 2020 à 23 h 40 min

    De façon très courante le temps de pose et l’ouverture du diaphragme sont les valeurs prioritaires au moment de la prise de vue. Je me suis finalement contraint à utiliser régulièrement le Sv mode puisque présent sur le boîtier et si Pentax l’a prévu cela doit avoir du sens…
    En effet lors de changements fréquents et plutôt rapides de la luminosité ambiante il est très pratique d’un coup de molette d’ajuster les ISO puisque devenus prioritaire ici. A noter par ailleurs que lors de la première prise de mesure de l’exposition (ou bouton vert par la suite) la vitesse affichée est celle à pleine ouverture de l’objectif pour l’ISO choisi, donc très pratique, au besoin on augmente le temps de pose avec l’autre molette et la profondeur de champ suit (f/+). Ce dernier point est ainsi très cool pour le portrait posé avec une valeur ISO bien choisie !
    Merci pour tous vos passionnants articles !

    • Micaz
      22 décembre 2020 à 14 h 56 min

      Bonjour et merci pour ce message, dernière ligne comprise 😉 !!
      Votre utilisation du mode Sv est bien celle que décrit l’article.
      Par ailleurs je n’avais personnellement pas pensé au « portrait posé avec une valeur ISO bien choisie » pour la simple raison que je ne pratique pas le portrait. Mais c’est bien vu de votre part.

  • Lénaïck
    4 janvier 2021 à 15 h 00 min

    En effet je n’utilise jamais ce mode alors que je shoote souvent dans des établissements de nuit (enfin avant 2020…), il ne m’a jamais semblé opportun, après quel intérêt de supprimer une fonction ? qui peut le plus peut le moins.

    Je serais beaucoup plus embêté si Pentax supprimait le mode TAv à l’image du Ricoh GR III, qui limité au bon palier est très utile. Certes reproductible sur la plupart des boîtiers en fixant des ISOs auto et un plafond, mais j’apprécie la simplicité du mode sur la molette.

    • Micaz
      4 janvier 2021 à 16 h 14 min

      Bonjour
      et merci pour ce message : je partage entièrement votre avis concernant le mode TAv. Pour le mode Sv, en revanche, le voir disparaître ne me gênerait pas plus que ça. Mais peut-être cela gênerait-il davantage quelques pentaxistes ? En tous cas, je trouve étonnant que le constructeur ne le mette pas davantage en avant, par exemple en donnant et commentant des cas d’utilisation.

  • Nicolas R
    13 janvier 2021 à 17 h 02 min

    Toutes les interventions ci-dessus sont intéressantes.

    Ce que l’on peut ajouter, c’est que Pentax a poussé plus loin que les autres le gain du numérique quant à la gestion de la sensibilité.

    En argentique, on pouvait agir sur le couple ouverture/vitesse, la sensibilité (donc de la pellicule) étant fixe, même si on pouvait jouer avec par des astuces :
    tricher sur la sensibilité de la pellicule (du moins jusqu’au système codage DX),
    jouer la sur-expo / sous-expo,
    avoir un MZ-S avec sa fonction MRC (rembobinage de pellicule avec amorce sortie permettant de faire de l’échange à la volée de la pellicule, l’appareil photo se remplaçant à la dernière photo après réinsertion de la pellicule)

    En numérique, on peut agir en temps réel sur la sensibilité.
    On ne gère donc plus un couple Ouverture/vitesse, mais une triplette Ouverture/vitesse/sensibilité et les modes Sv et Tav sont là pour ça. cela ouvre donc de nouvelles possibilités.
    Je ne prétends pas que ces modes soient indispensables, mais ils montrent un réel effort de réflexion

    • Micaz
      13 janvier 2021 à 17 h 37 min

      Merci pour ce message.
      Toutefois, on aurait été curieux de savoir dans quelles circonstances précises vous utilisez le mode Sv.

      • Nicolas R
        13 janvier 2021 à 19 h 55 min

        C’était le mode que j’utilisais le plus souvent.

        Maintenant je travaille en mode P et je fais quelquefois du mode M notamment pour le flash

        • Micaz
          13 janvier 2021 à 20 h 08 min

          Sans entamer un débat (ici, ce n’est pas un forum), vous étiez donc une sorte d’exception parmi les photographes Pentax qui, très majoritairement, utilisent le mode Av (Priorité à l’ouverture).

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.*