Automne ou le parfum des couleurs. Au moment où cet article est rédigé, les couleurs de l’automne n’ont pas encore envahi nos contrées. Pourtant, cela ne saurait tarder, puisque nous sommes officiellement entrés dans cette saison depuis le 21 septembre dernier.

Cette saison est sans doute la plus belle à photographier, car elle offre des couleurs souvent somptueuses. Oubliés, la blancheur hivernale, le printemps vert et l’été au soleil de feu qui brûle les paysages. Place aux couleurs rouge, ocre, orangé sur un fond de lumière douce. C’est souvent aussi le moment où le temps va devenir plus capricieux, avec une humidité et des brumes de plus en plus présentes.

De plus, cette période permet d’obtenir des photos intéressantes partout. Pas besoin d’un lieu privilégié. Certes, rien ne vous empêche d’aller en forêt, mais de nombreux endroits où pratiquer la photo d’automne existent. Il suffit de regarder autour de soi.

 

 

 

La lumière

Quand on photographie, c’est toujours la lumière que l’on recherche. Et si possible, la bonne lumière ! Or, c’est ce qu’il y a de bien avec l’automne, c’est que les mauvaises heures n’existent pas. Enfin… nettement moins qu’en été !

Que ce soit au lever ou au coucher du soleil, on a souvent une lumière intéressante, permettant la prise de vue. Mais les meilleures heures sont les « golden hours » ! Ces moments où le soleil est le plus proche de l’horizon. On obtient alors des lumières particulières, très chaudes, parfois proches de l’or en fusion.

Dans tous les cas de figure, il conviendra de prendre quelques précautions.

Par exemple, si vous avez la lumière derrière vous, elle sera régulière sur l’ensemble de votre prise de vue, mais l’image obtenue manquera cruellement de volume. Préférez plutôt les lumières latérales qui apporteront le relief nécessaire, sans oublier les textures.

Le contre-jour est également un exercice périlleux, mais il permettra d’obtenir des effets de silhouettes en cas d’éclairage fort.

1/250s à f/8 - ISO 200 - 18mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

1/250s à f/8 – ISO 200 – 18mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

 

Reste la lumière produite par un soleil à la verticale. Bien que cette lumière soit plus facile à utiliser qu’en été, car nettement moins dure, la plage de contraste reste accrue. Dans ce cas de figure, un filtre polarisant ou des photos en mode bracketing permettront de s’en sortir et d’obtenir des informations, aussi bien dans les tons foncés (basse lumière) que dans les hautes lumières. Attention bracketing ne veut pas dire obligatoirement Tone Mapping « n’importe quoi ». Le mode de fusion de Lr permet de mixer les images afin d’obtenir une image normale, mais étendue.

 

 

 

Le ou les lieux

Ce n’est pas parce que c’est l’automne qu’il ne faut pas se poser les mêmes questions que pendant les autres saisons. Le choix des lieux de vos prises de vues reste essentiel. Mais c’est quoi un bon spot photo ? C’est tout simplement un endroit qui va correspondre à certaines caractéristiques, comme :

  • Bonne exposition à la lumière ;
  • Variété du décor (feuilles, étendues d’eau, etc.) ;
  • Présence réduite de “parasites” (promeneurs, poubelles sauvages, etc.).

 

1/320s à f/4 - ISO 400 - 36mm (K-3 + DA 17-70/4)

1/320s à f/4 – ISO 400 – 36mm (K-3 + DA 17-70/4)

 

Et c’est là qu’on se rend compte qu’il ne faut pas aller bien loin pour trouver tous ces éléments. Si vous habitez en ville, il doit bien avoir des parcs à proximité de votre lieu d’habitation. Par exemple, à Paris (valable aussi pour toutes les villes), les parcs sont très nombreux. Pas seulement les grands comme le parc Montsouris, les Buttes Chaumont, le parc Monceau, les bois de Boulogne ou de Vincennes. Il existe de très nombreux squares (jardin du Moulin de la pierre, jardin Juan-Miro ou encore la coulée verte) dans chaque arrondissement. N’oubliez pas non plus les arboretums, mais aussi les rues !

Si vous habitez un peu plus à la campagne, les lieux sont également très abondants. Parfois, quelques mètres carrés de surface plus ou moins boisée suffisent pour produire de belles photos !

1/25s à f/9 - ISO 200 - 18mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

1/25s à f/9 – ISO 200 – 18mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

 

L’automne a ceci de bien, c’est que cette saison permet de fabriquer de belles photos à bas coût.

 

 

 

En pratique, quelques conseils

 

La balance des blancs

Encore une fois, il s’agira de privilégier la prise de vue en mode RAW, car c’est la seule qui pourra vous permettre d’ajuster (en post-traitement) la balance des blancs au mieux, c’est-à-dire dans des tons chauds, voire saturés. L’outil Vibrance s’avérera précieux en PT.

Si vous prenez vos photos en JPEG, alors il conviendra d’éviter la balance des blancs AUTO. Tout simplement parce que le mode automatique va avoir une tendance naturelle à compenser l’excès de couleurs chaudes. L’image va donc être « refroidie ». Or, ce qui va intéressant, c’est justement le côté chaud des couleurs.

1/60s à f/4 - ISO 200 - 55mm (K-3II + DA* 55/1.4)

1/60s à f/4 – ISO 200 – 55mm (K-3II + DA* 55/1.4)

 

Afin d’obtenir un rendu réaliste, choisissez « Lumière du Jour » par exemple. Et si vous souhaitez accentuer encore plus le côté chaud de l’image, optez alors pour le mode « Ombre/Nuage ». Rien n’empêche également de vous faire un propre mode User dédié à la prise de vue en temps chaud.

 

 

Le filtre polarisant

Le filtre polarisant, comme dit précédemment, bien utilisé, va permettre de renforcer les tons foncés (basse lumière) ou les hautes lumières et donc contrebalancer une luminosité excessive. Il va aussi faciliter la saturation des couleurs. Il s’avère donc très utile non seulement aux « mauvaises heures », mais à toute heure.

1/125s à f/10 - ISO 100 - 35mm (K-3 + Sigma 18-50/2.8) - Polarisant

1/125s à f/10 – ISO 100 – 35mm (K-3 + Sigma 18-50/2.8) – Polarisant

 

 

Choisir la bonne heure

Choisir l’heure, c’est choisir sa lumière. Même si le soleil est nettement moins agressif qu’en juillet/août, en privilégiant les heures où le soleil est bas sur l’horizon, la lumière fournie sera nettement plus sympathique à photographier. On va dire qu’il existe deux excellentes plages horaires, les deux heures qui suivent le lever du soleil et les deux heures qui précèdent son coucher. C’est à ces moments-là que l’on obtiendra les couleurs les plus saturées ! Ces heures sont vraiment idéales, car elles permettent une mise en valeur des couleurs. Le soleil va faire exploser tous les éléments de couleurs allant du jaune au rouge, permettant des teintes naturellement plus intenses.

1/25s à f/13 - ISO 800 - 31mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

1/25s à f/13 – ISO 800 – 31mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

 

 

L’automne, ce n’est pas que des arbres !

Il ne s’agit pas d’oublier les règles de base de la composition. Lignes de fuite, textures, volumes, reliefs et autres règles des tiers se doivent d’être respectés. Les sujets que vous aimez photographier restent donc d’actualité. Il n’y a pas que les arbres à photographier. Tout est digne d’intérêt. Simplement, l’automne apporte des couleurs saturées qui vont permettre de renforcer une image et son impact. Il s’agit d’un plus.

1/1000s à f/8 - ISO 800 - 20mm (D7000 + 18-200)

1/1000s à f/8 – ISO 800 – 20mm (D7000 + 18-200)

 

 

Essayer d’être original

D’ailleurs, ce conseil est valable en toute saison. Soyez créatif afin de produire des photos qui sortent du lot. Comme souvent, les astuces sont les mêmes :

  • Prendre les clichés de manière plus proche, en jouant avec la profondeur de champ. Par exemple, faites la mise au point sur une feuille en particulier avec du flou sur le tas de feuilles derrière. En isolant votre sujet principal, cela permettra de rendre votre scène moins « chargée » par plein de détails parasites. Une faible profondeur de champ permettra de mettre en évidence votre sujet.
1/100s à f/6.3 - ISO 400 - 50mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

1/100s à f/6.3 – ISO 400 – 50mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

 

  • L’automne, c’est la saison des champignons, des pommes de pin et plein de sortes de petites bestioles. Utilisez donc ces éléments naturels afin de restituer l’ambiance de cette saison.
  • Utilisez les reflets. Les reflets dans l’eau des couleurs automnales sont souvent de toute beauté. Pourquoi ne pas en profiter ? Toujours avec l’eau, s’il a plu, c’est le moment de sortir, afin de profiter des effets de l’eau sur le sol, les arbres, le feuillage, les bancs, etc.
1/60s à f/16 - ISO 1400 - 52mm (D7000 + 18-200)

1/60s à f/16 – ISO 1400 – 52mm (D7000 + 18-200)

 

  • Ne pas oublier d’utiliser les formes naturelles, comme la rondeur d’un champignon, l’élégance d’une feuille, etc.
1/60s à f/6.3 - ISO 200 - 38mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

1/60s à f/6.3 – ISO 200 – 38mm (K-7 + Sigma 18-50/2.8)

 

  • La surimpression. En allant plus loin, il y a beaucoup à faire aussi avec cette possibilité offerte avec les boîtiers Pentax.

 

 

La macrophotographie

Adepte de la macro, c’est le moment de sortir vos objectifs ! Les détails à photographier sont nombreux, aussi bien côté feuillage, côté eau ou côté animal. Les petites bêtes sont de sorties, l’eau perle sur les toiles d’araignées. L’imagination est sans fin, du moment que l’on sait regarder autour de soi.

 

 

Oser le Noir & Blanc

J’avoue, l’automne n’est pas ma saison préférée pour pratiquer le N&B en paysage, de par les couleurs chaudes et chatoyantes qui sont proposées par dame nature. Néanmoins, il existe quelques cas de figure où le N&B se prête particulièrement bien aux photos. Il s’agit d’images qui sont déjà presque monochromes dès la prise de vue.

1/80s à f/5.6 - ISO 800 - 35mm (K-3 + DA 35/2.4) - NB

1/80s à f/5.6 – ISO 800 – 35mm (K-3 + DA 35/2.4) – NB

 

Ce sera principalement des images de montagnes, de lacs, de cours d’eau.

 

 

Les objectifs, ISO et flash

Du classique. Il n’y a pas d’objectifs « spécial automne ». Par contre, l’utilisation d’objectifs à grande ouverture sera privilégié, afin de faciliter les effets d’une faible profondeur de champ. Souvent, les photos dans cette saison seront prises avec des ouvertures comprises entre f/2 et f/8 (en macro, on fermera un peu plus, la profondeur de champ étant plus réduite pour ce type d’objectif).

Pour les adeptes de la macro, il faudra s’orienter vers les objectifs avec une focale proche de 100mm (en APS-C, avec un objectif de 50mm on peut déjà faire d’excellentes choses). Pour les autres, ce sera selon votre pratique, mais les objectifs entrant dans la plage allant de 24 à 200mm (16 à 135mm pour l’APS-C) devraient convenir.

Côté ISO, plus ils seront bas, mieux ce sera. Ne dépassez pas, autant de possible les 400 ISO (si vous avez un K-3/K-3II, K-70 et K-1, vous pouvez pousser à 800 ISO).

Reste le flash. Évidemment, il conviendra de ne pas l’utiliser. Ne cédez pas à la tentation du flash comme cela se voit souvent. De nombreux reflex permettent un déclenchement automatique de cet accessoire (pas les boîtiers Pentax, fort heureusement). Au mieux, cela changera la balance des blancs et faussera complètement les effets que l’on souhaitait obtenir.

 

 

L’automne est là. Prenez vos appareils photo aux heures les plus intéressantes et explorez vos alentours. Il n’est pas dit que certaines pépites ne se présentent pas à vos yeux.

 

 

crédit photos : © fyve [photos prises entre les mois d’octobre et de décembre]