Réussir ses photos de voyage, de vacances

Cirque de Mafate

Les clichés de vacances… N’avez-vous pas l’impression que la majorité des photos de voyage proposées sont souvent sans intérêt ? Sans compter que, généralement, elles sont proposées lors de séances marathons dont on ne voit pas la fin. Pourtant, avec peu de choses on peut rendre l’exercice plus intéressant, sans voir 50 photos de tonton Manu…

 

Avertissement : Au moment de la parution de cet article, la France est en train de sortir de son confinement, de manière progressive. On devrait pouvoir partir en vacances cet été. Reste à savoir où car il n’est pas certain que l’on puisse prendre l’avion facilement dans les semaines à venir. Alors, en attendant, c’est le bon moment de s’interroger sur ce que l’on souhaite comme photos de vacances.

L’accroche de cet article peut paraître prétentieuse. Et pourtant, c’est assez souvent la vérité. Quand un de vos amis part en vacances et qu’il sort de la naphtaline son appareil photo rangé au fin fond de l’armoire, au retour il propose souvent de montrer ce qu’il a fait. On a alors droit à des enfilades de clichés, souvent peu intéressants et surtout mille fois déjà vus. Or, il est possible de faire en sorte que ces photos de vacances puissent se révéler intéressant. Comment ? En appliquant quelques conseils fort simples qui peuvent produire de bons résultats. À condition de ne pas oublier que la photo, c’est aussi une question de travail.

Photos de vacances, photos de voyage

Il existe une différence entre voyager pour prendre des photos et prendre des photos durant un voyage. Et cette différence n’est pas dans l’inversion des termes.

Dans le second cas, on profite des lieux dans lesquels on se trouve pour prendre des photos. Quels que soient l’horaire, l’affluence ou la disponibilité des bons endroits pour prendre LE cliché. Souvent d’ailleurs, un smartphone, une tablette (si, si, certains l’utilisent) ou un compact suffisent. S’il y a peu de chances que vous disposiez des mêmes conditions que lors d’un voyage organisé, en prenant quelques précautions, il est possible de revenir avec des clichés sympas, différents de la simple photo de son assiette et du sempiternel selfie « j’y étais ». Et certains seront même susceptibles de faire rêver.

Plage, mer et cocotier, le rêve pour beaucoup
Plage, mer et cocotier, le rêve pour beaucoup

 

Quand on voyage pour prendre des photos, c’est autre chose. Le photographe se déplace dans ce but précis et tout est organisé dans ce but. Dès lors, une préparation des lieux à photographier est nécessaire, en amont, pléonasme inclus. Il convient de s’informer de la configuration des sites et de ce qu’on peut y trouver. Ce repérage s’effectue en allant sur différents sites web (comme le nôtre par exemple, ici et ici), et autres blogs qui permettent de trier les sites et valider les endroits à visiter (et ceux à éviter). Ces sujets ont été abordés aussi dans nos carnets de voyage.

Il convient aussi de connaître les horaires de lever et de coucher de soleil afin d’avoir LA bonne lumière. Ce qui impliquera peut-être de sortir de sa zone de confort, avoir le courage de se lever très très très tôt pour photographier un lever de soleil. Ou encore, marcher des heures afin d’avoir l’angle de vue le plus intéressant. Bref, être prêt à des efforts pour avoir de belles photos.

Conseil 1 : Photos de voyage et matériel

Contrairement à ce que veulent faire croire certains apôtres de marques, l’appareil photo parfait, sans reproches et défauts n’existe pas. Chez Pentax, comme chez Fuji, Nikon, Sony, Panasonic, Leica, Olympus et même Canon. J’oublie des marques, c’est certain. De même, il n’existe pas d’objectif parfait. Sinon, je vous l’assure, cela se saurait et il serait le best-seller des ventes. Tous les objectifs ont des défauts. Même le meilleur.

Par exemple, le fabuleux D FA ★ 50 mm f/1.4 qui est presque sans défaut optique, pèse lourd dans un sac à dos. Et il est limité à sa focale, même si on peut quelque peu zoomer avec ses pieds. Idem pour le DA ★ 11-18, très beau UGA avec presque aucune distorsion à 11 mm. Mais qui, comme tous les UGA, aplatira quelque peu l’image (contrairement aux longues focales).

UGA, 15mm sur un full frame
UGA, 15 mm sur un full frame

 

 

Ne perdez donc pas votre temps à lire sans fin des comparatifs sans jamais rien acheter. Ni à vous laisser abuser par les messages marketing, qu’ils soient publicitaires ou en provenance de blogueurs « certifiés ». Si le matériel a une responsabilité dans la qualité d’une image, cette dernière dépend grandement de l’émotion proposée, de l’histoire et du message véhiculés.

Il n’y a pas de matériel type. Chacun partira avec ce dont il a envie… ou ce qu’il a. Si vous avez déjà du matériel (du smartphone au reflex), apprivoisez-le. Il faut savoir ce que vous pouvez faire avec. Mais aussi ce que vous ne pouvez pas.

Par contre, ne partez pas avec trop de matériel. C’est tentant, mais combien d’objectifs allez-vous réellement utiliser ? En pratique, on va souvent utiliser 1 objectif, parfois un deuxième, rarement un troisième. Et puis, non seulement cela prend de la place dans votre sac en balade, mais le poids peut être fatigant.

Conseil 2 : La lumière

Photographier veut dire peindre avec la lumière. Et meilleure sera la lumière, meilleure sera la photo. Or les bonnes heures pour la lumière, ce n’est pas en fin de matinée ou en début d’après-midi. Dans la réalité, ce sont les pires. Si l’apport lumineux est à son maximum ou presque, la lumière est souvent à la verticale. Elle est donc dure, cassante avec les ombres qu’elle aplatit et propose souvent des ciels délavés ou des blancs cramés.

Une belle lumière est une lumière douce et dorée, permettant des ombres noires sans être dense, étirées. Ce sont les heures dorées (golden hours pour les franglais) et les heures bleues (blue hours), disponibles 2 fois par jour. Le matin, elles commencent environ 15 à 30 mn avec le lever du soleil pour s’achever 1h30 après ce lever. Le soir, c’est l’inverse. Elles commencent 1h30 avant le coucher du soleil pour s’achever 15 à 30 mn après. Il y a donc une amplitude d’environ 2 fois 2h dont il faut profiter autant que possible. Évidemment, selon les saisons et les latitudes, ces durées ne seront pas les mêmes.

Trouver le bon éclairage
Trouver le bon éclairage

 

Alors, oui, ce n’est pas toujours évident en voyage d’être au bon moment, au bon endroit, mais si vous souhaitez des photos avec de belles lumières, ce sont ces plages horaires qu’il convient de viser.

Profiter de la lumière du soir est toujours plus facile, car point n’est besoin de se lever tôt. Contrairement à la lumière du matin qui nécessite plus d’effort pour le vacancier. Mais voilà, souvent la lumière du matin est un peu plus belle, plus pure. Et surtout, comme le soleil se couche à l’ouest et se lève à l’est, on ne peut pas photographier la même chose !

Alors, au moins une fois durant votre voyage, sur un site qui s’y prête et qui le mérite, n’hésitez pas. Accessoirement, les lieux touristiques sont plus « vides » le matin que le soir. Et ça, c’est un petit plus non négligeable !

Conseil 3 : RAW ou JPEG, Manuel ou automatique

Sans vouloir revenir encore et encore sur le sujet, il faut garder en tête qu’une image JPEG est moins riche en détails que ce que permettra le RAW. Non seulement elle a subi lors de l’enregistrement une compression destructive, mais en plus l’appareil photo a appliqué des réglages correcteurs automatiquement. Sans oublier que la balance des blancs est figée et qu’on ne peut pas la modifier aisément. A contrario, le fichier RAW permettra de produire des clichés de plus grande qualité, au prix d’un post-traitement qui peut parfois être long, très long. Et à condition de maîtriser son logiciel de développement.

Sur le mode ‘Automatique’, nous avons déjà tout dit, ou presque. C’est l’appareil photo qui décide tout à votre place. Pour réussir ses photos de voyage, il faut sortir du mode automatique (comme pour toutes les pratiques d’ailleurs). Sans pour autant se tourner systématiquement vers le mode ‘Manuel’.

Pour obtenir plus de détails, le RAW reste préférable
Pour obtenir plus de détails, le RAW reste préférable

 

Plus vous connaîtrez votre appareil photo, plus vous allez vous rendre compte que vous maîtrisez bien mieux ce que vous souhaitez faire, en sortant du mode automatique. Il vous faudra un peu de temps pour apprendre et comprendre les notions d’exposition, de focale, de profondeur de champ, d’ISO, etc., mais une fois tout ça bien cerné, vous serez maître de votre appareil.

Conseil 4 : Réfléchir à sa prise de vue

Vous voulez prendre quoi en photo ?

Si vous trouvez cette question idiote, c’est peut-être parce que vous n’avez jamais réfléchi à ce que vous allez prendre. Il m’arrive parfois, lors de séances-marathons sur les photos de vacances d’amis, de me demander ce qu’ils ont voulu prendre en photo !

Photo ratée, pas pensée, sans intêret… Et typique de la photo de voyage
Photo ratée, pas pensée, sans intérêt… Et typique de la photo de voyage !

 

S’il existe bien un conseil photographique que nous devons tous appliquer, c’est celui de prendre quelques secondes (minutes ?) à réfléchir sur ce qu’on souhaite photographier. Ce qu’on prend le plus facilement en photo, c’est un paysage. Mais quoi dans le paysage ? La scène complète, un élément en particulier ? Une ambiance ? Le photographe a, à ce moment précis, l’obligation de se demander ce qu’il souhaite mettre en valeur dans le paysage. Et si vous ne savez pas, définissez celui-ci via un adjectif (lumineux, bleu, à perte de vue, etc.) que vous mettrez ensuite en valeur dans votre cliché.

Se démarquer

Il faut arriver à proposer quelque chose de différent. Il s’agit là d’une phrase bateau, banale aussi, mais tellement vraie. Vous ne serez jamais le seul à avoir eu l’idée de venir photographier un monument ou un lieu très connu ! Le risque de produire une photo similaire à toutes les autres est donc très élevé. Pourtant, il est difficile de passer à côté des grands classiques. Dans ce cas, il faut essayer de trouver une approche qui permettra de prendre un lieu de manière plus originale… ou plus intelligente.

Prendre parfois des risques pour obtenir un cliché différent
Prendre parfois des risques pour obtenir un cliché différent

 

Tout d’abord, arriver avant l’ouverture d’un lieu permet de faire partie des premiers à y pénétrer. Et de se diriger vers LE spot principal en premier, afin de prendre le cliché. Ensuite, vous pourrez vous rendre sur des points de vue alternatifs, où vous serez seul, tout le monde se dirigeant vers le premier point.

N’oubliez pas les poses longues (avec les filtres ND) pour faire disparaître en partie la foule. Un plus grand temps de pose permettra aux gens de se déplacer, et donc de ne pas apparaître sur la photo. Le trépied, ou un endroit stable sont alors impératifs.

Conseil 5 : La composition

Encore et toujours, la composition. Ce n’est pas propre à la photo de vacances, mais on l’oublie trop facilement. Vous devez remplir le cadre de votre photo avec des éléments choisis et réfléchis. Un bon cadrage va donner de l’intérêt à une photo. C’est grâce à elle qu’une scène sortira ou pas de l’ordinaire. Elle peut rendre une photo plus dynamique, plus impressionnante.

La composition va guider l’œil de la personne qui va lire votre photo. Pour rappel, une image se lit de gauche à droite et en général, l’œil s’intéresse souvent aux points forts. C’est ainsi qu’est né la règle des tiers, qui édicte que ces points forts sont situés à l’intersection des lignes de tiers d’une image. Ce qui fait qu’on demande souvent de respecter cette règle. Mais pour être franc, elle a une origine obscure et de nombreux photographes comme Ansel Adams, Cartier-Bresson et consorts n’en n’ont jamais parlé !

Guider le regard
Guider le regard

 

Même pour des photos de voyage, surtout pour elles, si on veut se démarquer, il faut savoir bien composer.

Sur ce sujet, d’ailleurs, un petit rappel. L’horizon parfaitement au centre d’une image, comme une ligne parfaite de séparation en 2 parties égales, ce n’est pas toujours agréable. Avant de photographier, il convient de se demander s’il ne s’agit pas d’une erreur. Il est souvent plus naturel de voir un horizon situé au premier ou au deuxième tiers de la composition.

Conseil 6 : Photo de voyage, chercher à être un peu original

Photographier, c’est aussi savoir être créatif. Savoir ce qu’on souhaite montrer au travers des photos. C’est aussi tenter des cadrages moins classiques, plus insolites. Être plus ambitieux dans sa démarche, dans sa prise de vue. Il ne faut pas hésiter à s’accroupir, s’allonger sur le sol, grimper sur un mur ou dans un arbre si besoin. Peu importe, car ce qui va compter, c’est le rendu final de votre image.

Pour chercher à être plus original que les autres, il existe quelques « trucs ». Par exemple :

    • Chercher d’autres angles, se mettre au ras du sol ou sur un promontoire. L’idée ici est de montrer de manière différente, du moins plus différente que la majorité des touristes, le site que vous photographiez. Multipliez donc les prises de vues, en changeant d’angles et en vous éloignant des groupes de touristes.
  • Alterner les formats paysage et portrait. Le même sujet proposera une histoire différente selon le format.
  • Varier les profondeurs de champ afin de mettre un ou des éléments en avant.
  • Se focaliser sur des détails, des personnages ; mettre en valeur un élément coloré, isolé.
  • Ajouter des personnages, bien placés, dans la composition.
  • Utiliser la pose longue pour apporter du dynamisme et du mouvement dans les scènes urbaines ou pour obtenir des filés pour l’eau.
  • Jouer avec la végétation ou l’architecture pour créer des cadres dans la composition
  • Utiliser les couleurs, les contrastes, les textures, les lignes de fuites. Ils vont faire ressortir les éléments que l’on veut mettre en avant. Par exemple, une silhouette va se détacher très bien devant un ciel en feu pendant un coucher de soleil.
  • S’appuyer sur les lignes directrices qui vont diriger le regard vers un point précis de la photo.
  • Donner de la profondeur de champ en composant avec un premier plan, un deuxième plan et un troisième plan. Utiliser les éléments qui vous entourent pour donner un cadre à la photo.

Cela rejoint fortement la composition, nous sommes bien d’accord.

Conseil 7 : Varier le sujet de vos photos de voyage

Passionnés par une pratique, nous avons tous tendance à y rester coincés un peu trop. Or, pour un paysagiste, quoi de plus simple, de plus facile que de faire du paysage dans ses photos de voyage ? Mais rien que cela, au point d’oublier de prendre des images différentes. Pourtant, il faut se forcer à prendre d’autres sujets, qui peut-être à la base vous intéressent moins.

Des décors différents
Des décors différents

 

Pourquoi êtes-vous parti en voyage ? Très certainement dans un but de découvrir de nouvelles cultures, de découvrir de nouveaux paysages, de goûter à des cuisines différentes… Pour voir autre chose. Alors, pourquoi ne pas photographier ce que vous voyez, tout ce que vous voyez, tout ce pour quoi vous êtes parti ? Prenez donc en photo les marchés, les habits traditionnels, etc. Ne ramenez pas qu’un seul type de photo.

Conseil 8 : Trier vos photos de voyage pour montrer moins

Sans doute le conseil numéro 1, mais qui se retrouve à la fin (ou presque). Finalement, il est à sa place logique, après les prises de vue. Le tri est un sujet important. Il n’empêche que trier pour montrer moins, mais mieux, est essentiel. On est très rapidement saturé de voir des séries interminables de clichés, souvent similaires. Faites donc du tri et ne montrez que les meilleures. 35, c’est mieux que 50 !

Suffisamment intéressante pour être montrée ?
Suffisamment intéressante pour être montrée ?

 

Et pour cela, rien ne vaut les logiciels permettant de cataloguer vos images, et donc de trier, classer, noter. Mon mode opératoire est depuis quelques années le suivant :

  • Après importation des photos, j’attribue 1 étoile à toutes les photos qui seront développées.
  • Quelques jours de maturation plus tard, je repasse d’abord sur les photos non conservées afin de vérifier si mon tri initial était correct, puis sur les photos retenues afin d’éventuellement en éliminer.
  • Plus tard, je développe les photos et je les note de 2 à 5. Seules les photos notées 3 et plus pourront être montrées. 4 étoiles est une photo « waaaou » et 5 étoiles, une photo exceptionnelle.

Conseil 9 : Développer

Il faut arrêter de croire qu’une photo prise par un boîtier numérique ne mérite pas de faire l’objet d’un post-traitement. Au contraire, même si l’APN a appliqué ses corrections, elles ne sont pas toujours parfaites. Il faut accepter le fait de repasser derrière lui, ne serait-ce que pour corriger un cadrage quelque peu loupé, ou remettre l’horizon… à l’horizontale !

Deux développements un peu différentDeux développements un peu différent

 

Si c’est bien les fichiers RAW (le « négatif » du fichier numérique) qui offrent le plus de possibilités, il est possible de faire de nombreuses choses déjà avec une image JPEG. En tenant compte d’un facteur important, la compression destructive, chaque cycle ouverture/enregistrement détruisant un peu plus le cliché.

Que peut-on faire de manière simple ? Saturer un peu les images, mais pas trop. Vouloir trop faire ressortir les couleurs d’un cliché est un piège dans lequel il ne faut pas tomber N’est pas Steve Mac Curry qui veut ! Cela fait trop souvent « amateur ». Mieux vaut parfois augmenter un peu les contrastes. On peut aussi recadrer une image, si besoin.

 

 

9 conseils pour améliorer ses photos de voyage. On pourrait en trouver d’autres et rendre progressivement cet article indigeste. Ceux proposés permettent de poser une bonne base pour vos futurs clichés. Si vous les appliquez, une amélioration devrait se faire sentir. Et comme la saison des congés approche, préparez vos futures vacances. Car même en famille, on peut arriver à prévoir quelques moments intéressants.