Nouveau reflex de Pentax, le KP est un 24mpx, héritier à la fois du K-3, du K-S2, du K-1 mais aussi du 645Z ! Le Pentax KP ne devrait être disponible avant la fin février, après le CP+. Après les rumeurs et les fuites, profitons de la mise à disposition pour le grand public de sa fiche « d’état civil » pour faire connaissance.

 

L’aspect

Pentax KP, flash pop-up ouvert

Pentax KP, flash pop-up ouvert

La première chose que l’on peut dire de ce boîtier, c’est qu’il semble plus compact que ses prédécesseurs. Extérieurement, c’est un K-3 auquel les ingénieurs ont amputé la poignée et la bosse de la prise micro. En supprimant la poignée traditionnelle, Pentax tranche et se rapproche des Pentax argentiques. D’où la rumeur qui évoquait l’apparence d’un K1000. Ce qui, au final, n’est pas si faux que cela.

La deuxième chose que l’on observe, c’est l’abandon du tiret entre le K et la lettre (ou les chiffres). Or ce tiret a toujours été le symbole adopté par Pentax pour les reflex de la série K numérique. Cet abandon doit évidemment avoir une signification pour la firme. Mais elle reste, pour le moment, encore une inconnue.

 

les poignées du KP

les poignées du KP

Conscient que cela pourrait ne pas plaire à tout le monde, le constructeur fournit 3 poignées, à charge pour l’utilisateur de choisir celle qui lui conviendra le mieux. Cette poignée étant tenue par une vis, il ne sera pas compliqué de la changer. La première poignée n’apporte qu’un simple renflement de quelques millimètres et semble plus adaptée à un usage féminin ou pour des personnes souhaitant retrouver les sensations d’un boîtier argentique. Gageons que les 2 autres poignées devraient être celles qu’on trouvera le plus fréquemment montées.

 

 

L’ergonomie

KP, Vue de dessus

Vue de dessus

 

Une conséquence de ce changement concerne l’ergonomie. De tout temps, Pentax a toujours pensé ses boîtiers de manière photographique. Ce sont certes des ingénieurs qui conçoivent, mais ces derniers pensent comme des photographes. La philosophie générale exprimée par le boîtier semble un mix entre le K-3, le K-70 et le K-1.

Le premier changement visible concerne la molette de contrôle avant. Si la molette arrière reste au même endroit, celle située traditionnellement sur le devant de la poignée est désormais parallèle au boîtier. À voir l’usage pour les mains un peu fortes.

Du K-1, le KP hérite de la molette de fonctionnalités avec au programme, l’AE, le HDR, la rafale et 3 positions C (C1, C2 et C3). Ceux qui ont goûté à la molette des fonctionnalités (à droite du viseur) savent qu’il s’agit là d’une bonne nouvelle. Mais on se demande pourquoi il n’y a pas plus de fonctions. On peut supposer que les positions C pourront être personnalisées par l’utilisateur.

Pentax KP, vue arrière

Pentax KP, vue arrière

 

On notera une redisposition de certaines touches comme l’ISO, désormais disposé sur le trèfle, à l’instar des moyens de gamme. Certaines touches disparaissent, comme celle qui permet de modifier le comportement du trèfle (fonction ou accès aux collimateurs). La touche de correction d’exposition (+/-) devient personnalisable (Fx3).

 

KP, écran arrière inclinable

KP, écran arrière inclinable

L’écran est orientable. Mais il ne s’agit pas du système vu avec les K-S2/K-70 ou le K-1. L’inspiration vient, cette fois-ci, du 645Z. C’est d’ailleurs ce système que l’on pensait voir apparaître avec le K-1. Il est donc simplement inclinable. Les mouvements sont plus limités mais suffisants tant qu’on ne cherche pas à faire de selfies.

 

Les caractéristiques

Il n’y a pas de grandes surprises.

  • Capteur 24mpx (24,33), CMOS d’origine Sony, de nouvelle génération
  • AF à 27 collimateurs, dont 25 en croix
  • Processeur Prime IV
  • Plage ISO allant de 100 à 819200 (!!)
  • Mode rafale pouvant aller jusqu’à 7i/s
  • Vitesse d’obturation : 1/24000s à 30s
  • Utilisation de l’obturateur électronique pour les vitesses inférieures à 1/6000s)
  • Visée optique 100%
  • Système de réduction du bougé sur 5 axes (SR II)
  • PixelShift Resolution
  • Video Full HD 1080p
  • Ecran 3″ non tactile inclinable avec une résolution de 921 000 pixels
  • 1 slot carte SDXC  (la fiche technique du site fr indique 2 slots)
  • Dimension : 131.5 x 101 x 76mm
  • Poids : 643gr (sans batterie)
  • Tropicalisé
  • Batterie D-LI109
  • Flash interne de type pop-up
  • WiFi
  • Pas de GPS (compatible avec le module O-GPS-1 vendu séparément)

Un grip est mis en vente. Ce D-BG7 apporte une meilleure prise en main et surtout la possibilité d’utiliser une batterie D-LI90 en plus de la batterie D-LI109. Gageons que des acheteurs se laisseront tenter.

Tiroir du Grip avec batterie D-LI90

Tiroir du Grip avec batterie D-LI90

 

Reste le prix public… il devrait être positionné aux alentours de 1299€. En vente vers le 23 février 2017.

 

Conclusion

Manifestement, même si le boîtier se situe clairement dans le haut de gamme, le sentiment qui domine est qu’il ne se pose pas en vrai successeur du K-3/K-3II (qu’on pourrait alors voir apparaître à la rentrée). Certains éléments le montrent bien (un slot SD, réglette de correction de la dioptrie), ce boîtier occupe une place différente. Il s’agit d’un haut de gamme sans conteste, mais successeur du K-3II… nous restons dubitatifs. Un examen plus complet sera nécessaire afin d’avoir une opinion plus tranchée sur ce sujet.

Dès sa disponibilité, PentaxKlub en fera un test exhaustif.

 

Crédits photo : Ricoh-Imaging