Quelques mots sur la nouvelle version de DxO Optics 11, sortie le 1er juin 2016.

Pour les utilisateurs d’une version antérieure, la mise à jour revient à 69€ au lieu de 129€ pour la version ESSENTIAL et 199€ pour la version ELITE (99 et 149€ en promotion jusqu’à la fin du mois). Un prix raisonnable dans le cadre d’une maj. Mais, comme toute nouvelle version, il convient de se poser des questions sur le fait de passer à la version suivante !

 

MAJ du 23/06/2016

DxO informe désormais que la prise en charge du K-1 est prévue pour septembre 2016, soit 5 à 6 mois après mise en vente du boitier. Faut juste pas être pressé !

pentaxklub_dxo_date-de-sortie_K1

 

 

Passer sous DxO Optics 11 ?

Problématique du K-1

La question est somme toute normale vu que les boitiers Pentax ont toujours été intégrés de manière tardive au sein du logiciel. Pour mémoire, le concept du logiciel est de baser son moteur d’interprétation RAW sur les performances du couple boitier-objectif. Cela sous entend que si un boitier n’est pas connu par le logiciel, alors ce dernier n’ouvrira pas le RAW produit par ce dernier. Mais le chemin de croix n’est pas fini. Si le boitier était validé par DxO, il faudrait passer l’étape de l’objectif. Si l’objectif est aussi reconnu, c’est le bonheur et vous pourrez utiliser pleinement le logiciel. Dans le cas contraire, il faudra attendre la bonne volonté de la société.

A la décharge de DxO, l’intégration d’un couple demande un examen fin de ce dernier afin de déterminer les forces et les faiblesses de chacun. Cela prend du temps et Pentax n’est pas une priorité pour DxO (la cible étant principalement le monde Canon / Nikon – On notera ainsi que le Nikon D500 sera pris en compte dès juillet).

Ce 1er juin, si les boitiers « anciens » sont bel et bien présents, il a fallu constater que le dernier K-1 était absent. Etant utilisateur de ce logiciel très puissant, j’ai souscrit à la mise-à-jour. Après téléchargement, un contrôle a été effectué sur cette absence, en tentant d’ouvrir un fichiers DNG en provenance du K-1. Quelque part, il y avait l’espérance d’une prise en charge du boitier avec le D-FA 24-70 f/2.8. Rien de tout cela évidemment.

Obtenir des informations auprès de DXO, est assez compliqué. Il existe bien un formulaire pour indiquer les boitiers et les objectifs associés que l’on possède, mais le seul message en retour que l’on obtient est le suivant :

Nous ne disposons pas de date précise pour le lancement du(des) DxO Correction Module(s) qui vous intéresse(nt). 
Cependant nous tenons compte des demandes de nos clients pour planifier la sortie des nouveautés et ferons de notre mieux pour que ce(s) DxO Correction Module(s) soit(soient) bientôt disponible(s). 

Même si cela reste compliqué de pouvoir discuter directement avec un membre de cette société, nous avons obtenu l’information suivante de leur part :

Merci pour votre mail! Alors on commence bientôt son calibrage mais comme pour le prendre correctement en compte il faut qu’on calibre les optiques dessus et ça va prendre un peu de temps. Du coup je le prévois pour la rentrée. Tout ce que nous allons faire pour le Pentax va devoir attendre la rentrée malheureusement. 

Le Pentax K-1 est normalement prévu dans DxO OpticsPro 11 courant automne 2016.

 

DXO pense donc à nous, pentaxistes. Mais ce n’est guère encourageant puisque avant de pouvoir utiliser DXO 11 (mise à jour obligatoire pour les versions antérieures) pour développer les RAW du K-1, il faudra se montrer très très patient. DxO ne compte pas commencer son travail sur le K-1 avant la rentrée. Ce sera donc courant automne que le K-1 et les premiers profils seront intégrés.

Concrètement, pour les utilisateurs du K-1, comme il est sorti fin avril, c’est à minima 1 semestre qu’ils devront attendre. Dans le meilleur des cas.

Les alternatives ne sont pas légions. Certes, DxO saura ouvrir les fichiers JPEG et autres TIFF, mais on y perdra toute la partie interprétation du RAW. Le moteur de derawtisation étant puissant et de bonne facture (parfois supérieur à Lr dont le moteur commence à dater), on ne peut que le déplorer. Surtout que la fonctionalité anti-bruit, nommé PRIME, prend toute sa dimension avec un fichier RAW.

 

non reconnaissance des fichiers RAW du K-1 symbolisée par un ? pour chaque aperçu

non reconnaissance des fichiers RAW du K-1 symbolisée par un ? pour chaque aperçu

 

En attendant, pour les utilisateurs de K-1, PENtax Klub ne peut que vous conseiller d’utiliser un autre logiciel pour développer vos RAW. C’est dommage, mais le délai demandé par DxO est trop long.

Certes, Pentax est une marque moins puissante en termes de part de marché, il n’empêche que cette légèreté est regrettable. Il aurait été appréciable que la mise à jour prévue en juillet prenne en charge le K-1 avec les 3 objectifs principaux que sont les D-FA 24-70, D-FA 15-30 et D-FA 28-105. D’autres objectifs arrivant alors à partir de septembre. Mais ce n’est clairement pas la voie choisie par DxO.

 

Mais il n’y a pas que le K-1 chez Pentax

Les autres boitiers Pentax sont pris en compte, avec pas moins de 1675 couples boitier/objectifs dans la base DxO (chaque profil étant téléchargé lors de la première détection, cela implique une connexion internet valide). Aucun soucis à avoir, à moins d’utiliser un objectif non reconnu par DxO.

liste des boitiers Pentax

liste des boitiers Pentax

 

La liste des boitiers et des objectifs est disponible ici.

 

 

Les apports de la version 11

Une nouvelle version, pour quoi ?

Derrière cette provocation se pose une vraie interrogation. Quand une nouvelle version sort, on s’attend à de vraies nouvelles fonctionnalités, des avancées importantes qui justifient que le millésime soit nouveau. A ce titre, la version 9 était une vraie nouvelle version en proposant aux utilisateurs l’outil de réduction de bruit PRIME. Cette introduction avait permit de proposer un outil précieux pour les photos en haut ISO. La version majeure suivante a surtout amélioré les performances, sans rien apporter d’innovant.

 

Que propose DxO Optics dans sa version 11 ?
  • DxO PRIME millésime 2016 nous promet une réactivité accrue, jusqu’à jusqu’à 4x plus rapide. Elle permettrait aussi de mieux préserver le bokeh et surtout le détail des images. Le premier test effectué à partir d’un RAW issu du K-3 pris à l’intérieur d’une grotte laisse apparaitre un meilleur respect de la colorimétrie globale. Le gain en terme de temps de traitement était plutôt de l’ordre de 1,5.
  • La Mesure Spot va optimiser l’exposition de Smart Lighting lorsque des visages sont détectés. Un mappage tonal qui améliore la dynamique des images et optimime l’éclairage sur les portraits est alors effectué.
  • Le microcontraste automatique tient lui aussi compte de la présence de visages et de bruit pour limiter le réglage.
  • La correction des yeux rouges, automatique et manuelle. L’outil semble très efficace, plus que ceux de Lr ou Ps, respectant mieux la tonalité des couleurs (il ne s’agit pas d’une simple désaturation).
  • Vraie nouveauté, un mode plein écran avec des outils de tri et de notation. Si les raccourcis semblent communs avec Lightroom, DxO ne semble toujours pas reconnaitre la notation issue de Lr, ni écrire la notation pour qu’elle soit prise en compte dans Lr. Ce manque d’interactivité entre ces 2 logiciels reste dommageable pour les utilisateurs utilisant les 2 environnements. Certes, ce n’est pas entièrement de la faute de DxO, Adobe ne semblant pas vouloir faire de pas vers une convergence intelligente.
  • De manière globale, DxO promet des performances améliorées.

Et c’est tout. Aucune nouveauté. DxO pêche encore dans des domaines comme les outils de retouche locale. Toute correction ne concernera que l’image dans sa globalité. Il s’agit là d’un vrai problème pour ce logiciel alors que la concurrence avance à grand pas dans ce domaine.

Autre avancée qui pourrait être intéressante, c’est permettre un développement de fichiers RAW au format DNG sans attendre la disponibilité des profils boitier/objectifs. Cela permettrait de ne pas se retrouver dans la situation actuelle d’avoir un logiciel sans possibilité de s’en servir. Cela permettrait aussi d’utiliser DxO Optics avec des objectifs « exotiques ». Ce qui n’est pas le cas actuellement. Si l’idée parait bonne, cela remettrait en cause le concept même du logiciel et sans doute son moteur RAW. Mais, apport non négligeable pour la société, les utilisateurs ne seraient pas obligés d’avoir au moins deux logiciels d’interprétations RAW, ce qui est obligatoirement le cas en cas d’utilisation d’objectifs non prévus.

Si les profils boitier/objectifs sont une vraie bonne idée à cultiver, c’est aussi le talon d’Achille de la société, tout nouveau boitier demandant un temps d’adaptation important avant son incorporation dans le logiciel.

 

Si vous utilisez un boitier reconnu par DxO Optics, n’hésitez pas, il se montre très performant. Si vous avez un K-1, il est nécessaire de se poser la question sur un achat. Certes, la prise en compte finira bien par arriver. Certes, le tarif de mise à jour est abordable pour les possesseurs d’une version précédente. Mais cela suffit-il à y aller de suite ?

 

DxO Optics 9 gratuit

Pour ceux qui possèdent un boitier datant d’avant le K-3 ou qui veulent tester le logiciel sur des JPEG ou des TIFF, DxO Optics 9 est disponible gratuitement à cette adresse (une adresse mail valide est nécessaire). Un bon moyen pour découvrir ce logiciel, au demeurant un must dans sa catégorie.