Technicien (confiné) de surface

Le métier des personnels de ménage est pudiquement appelé technicien de surface. Appellation élégante mais qui ne retire rien à la pénibilité de ce métier. Pire : elle n’ajoute rien au mérite de celles et ceux qui l’exercent.

En ces temps troublés de confinement, devenons technicien de surface. Mais pas technicien de n’importe quelle surface, on va le voir !

Technicien de surface sensible

« Sensible » évoque « Sensor », qui (précision pour les non-anglophones) veut dire « capteur ».

Le confinement de tous les citoyens – ou presque – devrait permettre, si le télétravail n’est pas trop envahissant (!) de dégager du temps. Et ce temps pourrait être utilement consacré, partiellement, au nettoyage du matériel photo.

Le syndrome du capteur taché

Sur les sites où les amateurs postent des photos en espérant l’admiration de leurs contemporains, on voit souvent des « œuvres » où apparaissent ce qu’on appelle communément des « pétouilles ». Ce sont des salissures d’origines diverses. Parfois, des microprojections de lubrifiants des lamelles du diaphragme, d’autres fois, de petites particules de poussière. Ces dernières ont la fâcheuse tendance à sauter sur le capteur dès que l’on change d’objectif. C’est pourquoi on recommande d’être soigneux lors de ces opérations de changement d’optique.

Un avantage : c’est facile à nettoyer

Pour les « taches grasses » évoquées ci-avant, on peut toujours faire appel à un professionnel (SAV ou Boutique photo), qui facturera l’opération autour de 50 €. Mais, en ces temps de confinement, ils sont souvent fermés. On peut toutefois soi-même faire le job. C’est facile, ce n’est pas cher et ça ne rapporte rien, sauf la satisfaction d’avoir économisé un peu d’argent. Pour cela, il faut au préalable avoir investi moins que le prix d’un seul nettoyage chez un pro dans un produit et des « outils » dédiés à cette… tâche (!). Et on fera, avec, une bonne vingtaine de nettoyages.

Les produits Eclipse, que j’utilise depuis des lustres (enfin, presque) ou ceux de même type répondent parfaitement au besoin. Et les bâtonnets (« pads »), correspondant aux dimensions du capteur, peuvent être rachetés séparément. Sans qu’il soit besoin de se stresser. Cool, non ?

Pour les poussières ? Une TRÈS BONNE poire soufflante fait l’affaire, à condition de respecter les règles : appareil tourné vers le bas quand l’objectif est retiré. Sinon, c’est inefficace, les poussières retomberont d’où elles viennent.

On peut aussi utiliser le kit Pentax O-ICK1.

Kit de nettoyage capteur Pentax O-ICK1
Kit de nettoyage capteur Pentax O-ICK1

Impératif : se conformer aux indications des fabricants.

Utile : se reporter aux articles que nous avons déjà consacrés à ces tâches, tant pour les boîtiers que pour les objectifs.

Technicien de surface optique

Ceci concerne avant tout les objectifs, mais aussi les boîtiers, leurs écrans notamment.

C’est encore plus facile ; les « outils » nécessaires sont :

Pinceau de nettoyage Pentax
Pinceau de nettoyage Pentax

Une dernière recommandation

Ne jamais toucher au miroir des reflex, ni, si l’on manque d’expérience, au verre de visée.

Nota : Les liens commerciaux dans cet article ne sont fournis qu’à titre informatif. D’autres fournisseurs existent.