[Test Express] Objectif Pentax FA ★ 300 f/2.8

FA * 300 f/2.8 et K-1 mk II
Le test de l’objectif Pentax FA ★ 300 f/2.8 a été effectué avec un Pentax K-1 mk II - English version

 

C’est un pur hasard qui nous permit de mettre la main sur ce FA ★ 300 f/2.8 qualifié de légendaire par ses possesseurs. Un objectif dont la cote est toujours très élevée, proche de l’€ uro par gramme. Mais que vaut-il réellement ? Afin de répondre à cette question, nous avons pu le tester dans un environnement urbain sans autre animal que l’espèce humaine. Entre les hommes et le décor de la ville, il y a déjà de quoi se faire une opinion. Et puis, nous n’avons pas pu résister à la tentation de confronter au DA ★ 300 f/4.

Présentation du FA * 300

La première impression est que cet objectif est lourd, imposant et encombrant. Ce qui est une réalité. Le couple FA ★ 300 et K-1 mk II pèse un peu plus de 4 kg. Ce n’est pas un objectif avec lequel on va circuler en ville facilement. Non seulement le photographe est très vite repéré, avec parfois des commentaires, mais surtout la fatigue du transport se fait rapidement sentir.

Cet objectif est fait en métal de couleur plutôt argentée (avec une touche de vert ?). La construction est solide, mais n’est pas tropicalisée (il n’est pas AW ou WR). L’unique bague est très large et son touché est correct. En mode MF, elle tourne « sans fin », même si on perçoit les limites au-delà desquelles tourner ne sert à rien. Cette bague a une double fonction. D’une part en la tournant, elle permet de faire la mise au point en mode manuel, d’autre part en la poussant vers l’avant ou vers l’arrière, elle permet de basculer en mode manuel ou en mode autofocus. Il n’y a pas de bouton dédié AF/MF.

Double usage de la bague de mise au point
Double usage de la bague de mise au point : en la déplaçant vers l’objectif, activation du mode manuel

 

Sur le fut, il y a un bouton à 2 positions. C’est un limiteur de plage pour la mise au point, devant permettre une mise au point plus précise et plus efficace soit sur une plage courte (Limit), soit sur une plage longue (Full). A l’usage, on a pas trouvé de vraies différences dans la netteté des clichés, quelque soit la position du limitateur.

Attention :

  • La fonctionnalité quickshift n’est pas disponible sur cet objectif. Il est inutile de vouloir faire tourner la bague de mise au point en mode autofocus. Forcer pourrait endommager le mécanisme.
  • En tenant l’objectif, il n’est pas rare de déplacer accidentellement la bague et passer ainsi du mode AF au mode MF. C’est parfois déconcertant.

 

Principales caractéristiques techniques

  • Focale : 300 mm (sur un APS-C, ce sera environ 455 mm)
  • Monture : KAF
  • Ouverture maximale/Ouverture minimale : 2.8/32
  • Distance minimale de mise au point : 2 m
  • Nbr de lentilles/Nbr de groupes/Nbr de lamelles de diaphragme : 10 éléments/7 groupes/8 lamelles
  • Motorisation : Screwdrive
  • Autres : mise au point interne, système pour les filtres original en début d’objectif, bague de diaphragme
  • Poids : 2765 gr/3035 gr avec le pare-soleil (270 gr)
  • Construction : métal

On appréciera particulièrement le porte-filtre qui s’insère à l’arrière de l’objectif, juste avant la bague de diaphragme. D’un diamètre de 43 mm, il sera plus facile de trouver des filtres de cette dimension. S’il avait fallu en visser sur la lentille avant, cela aurait été catastrophique pour votre portefeuille… À condition de trouver facilement des filtres d’un diamètre supérieur à 11 cm (11,2 exactement) ! Mais du fait de sa position, un filtre polarisant circulaire ne pourra être utilisé facilement.

Porte filtre
Porte filtre diamètre 43 mm
Emplacement porte filtre et bague de diaphragme
Emplacement porte filtre et bague de diaphragme

 

Cet objectif n’est pas stabilisé, comme de coutume avec Pentax. Mais heureusement que la stabilisation matérielle au niveau du capteur est présente. Sa focale de 300 mm impose une vitesse minimale de 1/300 s sans le système de stabilisation SR. Avec ce dernier, le photographe peut gagner entre 3 et 5 stops. Soit descendre à 1/100 s. Mais vu le poids à porter, même à cette vitesse c’est parfois compliqué sans une aide (monopode à minima).

D’un point de vue technique

  • Aberrations chromatiques : Il est assez facile d’obtenir des AC avec cet objectif. Si les circonstances s’y prêtent, elles sont alors très présentes aux grandes ouvertures. Ce phénomène s’atténue à partir de f/5.6, mais reste présent même à f/11. Attention, les profils de correction n’existent souvent pas pour les logiciels de post-traitement. Il faudra rectifier manuellement les AC.
  • Flare : Un objectif relativement résistant au flare, même si ce n’est pas parfait. La faute due au traitement des lentilles de type SMC. Si c’était ce qui se faisait de mieux il y a une trentaine d’années, c’est devenu aujourd’hui le traitement des objectifs « d’entrée de gamme » Pentax. Satisfaisant, mais en deçà de ce que proposent les traitements HD ou Aerobright.
  • Homogénéité de l’image : L’homogénéité des images est constante sur la longueur du range et quelle que soit l’ouverture. En bord champ, elle reste presque aussi bonne qu’au centre champ, et ceci dès f/2.8, ce qui est remarquable.
  • Piqué/Netteté : Un peu décevant à f/2.8, où le point focus manque parfois de netteté. Le problème se voit quand la mise au point s’effectue sur un point très éloigné. On a pas le même problème pour les objets proches. Le bouton limit/full n’a pas d’incidence. Il se montre de plus en plus performant en fermant (bon à f/5.6), jusqu’à devenir excellent à f/8 et au-delà (voir également les images de Notre-Dame de Paris).
FA * 300 à f/2.8
f/2.8
FA * 300 à f/8
f/8
FA * 300 à f/2.8
f/2.8
FA * 300 à f/8
f/8
  • Distorsion : Une distorsion infime qui ne vaut pas la peine d’en discuter.
  • Bokeh : Agréable.

La comparaison entre le FA ★ 300 f/2.8 et le DA ★ 300 f/4

Cette comparaison entre le FA ★ 300 f/2.8 et le DA ★ 300 f/4 est vite apparue comme étant nécessaire. Parce que ces 2 objectifs sont des ★, donc du haut de gamme chez Pentax. Mais aussi parce qu’ils peuvent être utilisés tout deux sur un boîtier plein format, ce DA étant un des objectifs reconnus compatibles par Ricoh Imaging. Il existe d’autres points qui nous ont décidés de mener cette comparaison, comme :

  • Le FA, qui n’est plus fabriqué depuis de très nombreuses années, a une cote d’occasion très élevée (le site Pentaxforums évalue son prix à $2800 environ. En France au début aout 2020, 2 exemplaires étaient en vente pour un tarif compris entre 1500 et 1800€, ce qui est déjà plus raisonnable) tandis que le DA est encore en vente à un tarif raisonnable.
  • Le FA a été conçu pour des boîtiers argentiques, à une époque où la moyenne des pellicules proposait 5 à 6 millions de grains argentiques (souvent moins, rarement plus). La première gamme ★ numérique a été conçue pour des capteurs pouvant atteindre 25 à 30 millions de photodiodes.
  • Les technologies argentiques et numériques étant différentes, les formules optiques doivent faire face à des problèmes différents en termes de restitution de la lumière.

Pour des raisons évidentes, ce comparatif ne propose pas d’image à l’ouverture f/2.8. Les photos ont été prises avec un Pentax K-1 mk II en mode Av, en utilisant un monopode.

FA ★ 300 DA ★ 300
f/4
f/5.6
f/8
f/11

Vous pouvez télécharger les fichiers JPEG en pleine résolution ici.

Ce comparatif n’est pas à l’avantage du FA sur les ouvertures inférieures à f/8. Les images proposées manquent de netteté et d’homogénéité, à l’inverse des images proposées par le DA. À partir de f/8, les objectifs convergent et à f/11, ils font jeu égal.

FA * 300 f/2.8 et DA * 300 f/4 cote à cote
FA ★ 300 f/2.8 et DA ★ 300 f/4 côte à côté

 

Accessoirement, la différence de poids est telle que l’on apprécie très rapidement le DA. Porter à bout de bras le FA devient vite pénible (on oublie l’idée de le porter avec la courroie autour du cou).

Avis PentaxKlub

Difficile d’être objectif avec ce FA ★ 300 f/2.8, car comment oser dire du mal d’un objectif de légende, que beaucoup mettent sur un piédestal ? Sa cote n’est pas un hasard et elle relève autant d’un sentiment non rationnel qu’est la passion, que d’un sentiment rationnel, celui de la rareté. À plus d’un titre, le FA ★ 300 f/2.8 est exceptionnel, ne serait-ce de par sa focale et son ouverture. Mais il montre désormais ses limites face à des capteurs et des électroniques toujours plus performants.

Car tout tient à ça. Le K-1 mk II, le KP et le tout nouveau K-APSC possèdent des unités de calcul très puissantes, capable d’améliorer la lumière captée par les photodiodes. Et ce faisant, le cahier des charges originel de la série ★ argentique est technologiquement dépassé. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, depuis l’arrivée du numérique, ces spécifications en sont à leur deuxième version chez Ricoh Imaging.

Alors, la question est de savoir si le FA ★ 300 f/2.8 est toujours un objectif d’exception. Malheureusement, il l’a été, mais ne l’est plus autant presque 30 ans après sa conception. Il reste un bon, voire un très bon objectif. Mais à tout prendre, mieux vaut acheter le DA ★ 300, même si sa plus grande ouverture n’est que de 4.

Néanmoins, il existe toujours la possibilité que l’exemplaire testé soit défaillant. Si un lecteur acceptait de nous en prêter un, nous sommes prêt à refaire ce test.

Un dernier mot sur son tarif. À $2800 en occasion uniquement, cet objectif n’est pas donné. Et son rapport qualité/prix est largement négatif. Trop pour qu’on vous recommande son achat les yeux fermés. À condition d’en trouver un, car il reste rare sur le marché de l’occasion.

Note

Cette note mérite quelques explications. Car de prime abord, pour un objectif de légende, la note paraît bien basse. Cette notation a été réalisée avec un barème basé sur les objectifs conçus avec les technologies actuelles. Un barème qui ne convient pas forcément aux objectifs argentiques montés sur des Plein Format numériques.

Construction et finition6Une qualité de finition exemplaire pour l’époque.
Prise en main et ergonomie5La manipulation de l’objectif, par sa lourdeur le pénalise grandement. Sans monopode ou trépied, impossible de le garder en main longtemps. Par contre, l’ingénieux porte-filtre lui fait gagner 1 point.
Spécifications (technique)6Sans moteur de type SDM ou équivalent, l’objectif est relativement bruyant, surtout quand il se met à « pomper » pour effectuer sa mise au point. Il est également pénalisé par l’absence de la fonctionnalité quickshift (qui n’existait pas à l’époque).
Homogénéité et distorsion de l’image35Bonne homogénéité (le manque de netteté est homogène) et quasi-absence de distorsion, c’est le carton plein.  On noter aussi que quand le focus s’effectue sur des objets lointains, il y a une perte importante de netteté avant f/5.6
Qualité optique (AC, flare, vignettage) 22C’est à ce niveau que le bât blesse, quand on compare aux objectifs actuels. Il reste sensible au flare à la pleine ouverture (et parfois au delà). Mais surtout, il est très sensible aux AC, du fait de l’absence des traitements optiques ou chimiques actuels. Il perd ici des points importants.
Note globale74/100

 

Galerie

Les photos de la galerie peuvent avoir fait l’objet d’un développement.

1/800s à f/3.2, ISO 100
1/800s à f/3.2, ISO 100
1/1000s à f/4, ISO 200
1/1000s à f/4, ISO 200
1/400s à f/3.5, ISO 200
1/400s à f/3.5, ISO 200
1/320s à f/8, ISO 400
1/320s à f/8, ISO 400
1/125s à f/5.6, ISO 100
1/125s à f/5.6, ISO 100
1/2000s à f/2.8, ISO 100
1/2000s à f/2.8, ISO 100
1/1000s à f/3.5, ISO 100
1/2000s à f/2.8, ISO 100
1/320s à f/3, ISO 200
1/320s à f/4, ISO 200

 

Crédit photos : © fyve – Les images sont la propriété de l’auteur (sauf précision) – Cliquez pour agrandir

  • GASPAR
    22 septembre 2020 à 19 h 21 min

    Merci pour ce test
    Etant « collectionneur » d’Objectifs Pentax-A, que ce soit les Standard comme les STAR, je les trouve GENIAUX avec mon MZ-S, mais très en deçà sur mon K1-II comparé au DFA. Sauf en terme de poids/taille 😉

    Oui la cote « Amour » est super/trop élevé de ce FA*300 (tout comme le A*300) mais je pense aussi qu’on est sur de la spéculation pur par le manque d’alternative avec un DFA300* f2.8

    • F.
      24 septembre 2020 à 22 h 19 min

      La cote d’amour… La même qui fait conserver un K-10D en se disant que c’est mieux qu’un K-70…

      Y’a pas de DFA* 300 f/2.8, mais s’il existait, il serait à quel prix et combien l’achèterait ? y’aurait-il suffisamment d’acheteur pour atteindre le seuil de rentabilité ? Le DA* 300 f/4 se débrouille déjà très bien, même si on perd un diaph.

  • Fanfoué
    12 octobre 2020 à 13 h 07 min

    Le DA* 300MM est une tuerie, mêmme à F/4 il est pour moi excellent. Utilisation en photos de voile, même en prenant à 400m un bateau à l’œuvre, la profondeur de champs isole le sujet, et le piqué est impressionnant. Alors, pourquoi porter plus lourd si le DA fait le job ?

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.*