[Test] Laowa 12 mm f/2.8 Zero D

Laowa 2,8/12mm pour Pentax
Le test de l’objectif LAOWA 12 mm f/2.8 Zero D a été effectué avec un Pentax K-1 mark II

Le Laowa 12 mm f/2.8 Zero D est conçu et fabriqué par la firme chinoise Venus Optic. Il s’agit d’un nouvel acteur sur le marché. Il propose des optiques avec une monture K, sans automatisme ni autofocus.

Présentation de l’objectif Laowa 12 mm f/2.8 Zero D

Ce Laowa 12 mm f/2.8 Zero D est un UGA rectilinéaire. Il n’est dons pas de type fisheye. D’après son nom l’annonce, Zéro D pour Zéro Déformation, les clichés ne devraient pas présenter de déformation. Pour une focale de 12 mm, il s’agit d’une vraie gageure.

Ce 12 mm est très compact pour sa focale et son ouverture. En effet, son gabarit n’est que de 75 x 83 mm (90 mm avec le pare-soleil – voir plus bas) pour un poids de 609 gr.

Monté sur un FF, format pour lequel il est conçu, il offre un angle de vison très important, 121.96° ! Idéal pour les amateurs de prises de vue de grands espaces, de paysages, d’espaces urbains larges, ainsi que les photos d’intérieurs exigus. Attention dans le dernier cas, tenir compte du fait que les flashs cobras capables de couvrir l’angle embrassé par un 12 mm ne courent pas les rues. La lumière indirecte est alors vivement conseillée.

Laowa 2,8/12mm sans position A. (pour Canon et Nikon)
Laowa 12 mm dans sa version Nikon, sans position A (© Venus Optic)

 

Il possède un petit pare-soleil incorporé à la structure de l’objectif muni de 2 petites avancées en haut et en bas qui protègent la lentille frontale quand on pose l’objectif lentille frontale vers le bas. Il possède en outre un vrai pare-soleil de la même forme, mais plus large (Ø 100 mm) qui se visse autour du précédent. Ce pare-soleil est lui aussi métallique. En fait le petit « pare-soleil » fixe sert à recevoir le bouchon avant.

Prise en main

Le LAOWA 12 mm f2.8 est un objectif manuel, doté de deux bagues :

  • la première bague assure la MaP. Elle est positionnée à l’avant de l’objectif. Métallique et cannelée, elle est d’une bonne largeur, et d’une fluidité onctueuse parfaite.
  • la seconde bague, de réglage du diaphragme, est positionnée à l’arrière du fût, vers le boîtier. Elle est également métallique, plus étroite. Elle comporte une position A, non verrouillable, et les ouvertures de 2,8 à 22. La bague est crantée. Elle est fluide, les crans sont francs. Note importante : cette version Pentax, dotée d’une position A est à utiliser dans cette position. En effet quand on choisit le diaphragme à l’ancienne en positionnant le chiffre 4, 5,6, 8, etc., le diaphragme reste à la pleine ouverture. C’est simplement bizarre. En position A les photos sont prises à l’ouverture affichée dans le boîtier. (voir photos ci-dessus et ci-dessous)
DFA 2,8/15-30 et Laowa 2,8/12mm
DFA 15-30 et Laowa 12 mm

 

En termes de taille, si on le compare avec le DFA 15-30 f/2.8, ce dernier apparaît comme étant plus massif, plus imposant. Plus lourd aussi.

Laowa 12 mm f/2.8 Zero D côté technique

Caractéristiques techniques (cliquer pour voir)
Laowa 2,8/12mm  
focale12mm
équivalent APS-C18mm
angle122°
ouverture maximalef: 2,8
ouverture minimalef: 16
Nb de lamelles diaphragme7
lentilles / groupes16 lentilles en 10 groupes
MaP mini18cm
Quick shiftNon (pas sur un manuel)
AFnon
moteurnon
Diamètre filtrespas de filtres possibles
tropicalisationnon
poids609 g.
dimensions75 x 83mm
accessoirespare soleil métallique
divers3 lentilles LD, 2 asphériques
compatibilité FFoui
Formule optique
Laowa 2,8/12mm - formule optique
Laowa 2,8/12 mm – formule optique

 

Cette formule est manifestement complexe puisque pas moins de 16 éléments répartis en 10 groupes la composent. On notera qu’il y a 2 éléments de type asphérique (amélioration des performances optiques en périphérie de l’image) et 3 éléments de type ED à faible dispersion (réduction des aberrations chromatiques, augmentation de la netteté et le rendu des couleurs).

La mise au point est interne.

Le diaphragme est composé de 7 lamelles, ce qui devrait rendre l’illusoire bokeh agréable. Illusoire, car avec ce type d’UGA, la profondeur de champ est très faible.

Qualité de construction

Le LAOWA 12 est de construction entièrement métallique. Il est très compact, de ce fait il paraît lourd à la prise en main. La finition est très soignée. Le métal anodisé noir satiné est très beau. Les pièces sont ajustées avec beaucoup de précision, sans aucun jeu. Un filet vert situé à l’avant lui donne une touche glamour. Les chiffres de distance gravés sont orange. Les indications de diaphragme, gravées elles aussi, sont blanches. Le contact dans la main est agréable et dégage une impression rassurante de qualité. L’ensemble est beau. La finition globale est du niveau Pentax Limited ou Zeiss, en un peu plus gai.

Côté optique

PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

A noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

 

Images de test

Toutes les photos utilisées pour les tests ont été prises en RAW (PEF ou DNG) et, sauf mention explicite, n’ont pas été développées (brut capteur) ou retouchées.

OuvertureImage compèteimage cropée à 100%
f:2,8
f:5,6
f: 8
f:11
f:16

Vous remarquez sur les clichés bruts l’ombre portée du photographe : avec une telle focale, il est impossible de l’éviter si l’on a le soleil dans le dos…

Attention, nous devons relativiser les constatations qui suivent. Nous n’avons eu que très peu de temps l’objectif à disposition. Si nous avions eu plus de temps, les résultats auraient pu être différents.

Aberrations chromatiques et flare

Il a été impossible de produire des aberrations chromatiques visibles avec cet objectif, en dépit des efforts. Malgré la focale, il n’a pas été possible non plus de débusquer du flare.

Distorsions

Le Laowa 12 tient ses promesses « Zéro D » : il ne produit pas non plus de distorsions. Cependant en contre-plongée il couche les lignes verticales, comme tout objectif normal non équipé de système de décentrement. La correction géométrique de cet objectif de 12 mm est simplement remarquable. Il va sans dire, néanmoins, que dès que le boîtier n’est pas parfaitement d’aplomb sur les deux axes, les déformations apparaissent. Les objets très proches peuvent également être déformés. Cette dernière remarque ne concerne pas que les Objectifs Ultra Grand Angle.

La grille fermant la cour des grandes écuries.
La grille fermant la cour des grandes écuries. Versailles

 

Un tel cliché sans déformation avec un 12 mm est une gageure !  Même avec des focales plus longues d’ailleurs.

Vignettage

Le Laowa 12 vignette légèrement à 2,8. Ce vignettage disparaît rapidement en vissant. Attention dans certaines situations de lumière, l’angle de champ énorme de l’objectif et les différences d’angles incidents qui en découlent peuvent donner des irrégularités de couleur de ciel que l’on peut prendre pour du vignettage.

Homogénéité de l’image

Cet objectif produit des images impressionnantes de qualité, de régularité de qualité. La netteté et le piqué sont au rendez-vous. D’une façon plutôt étonnante pour une telle focale. L’homogénéité est bonne, pas de disparité notable, sauf à la PO ; elle est alors faible, en tout cas peu gênante. Pour de grands tirages, il faudra diaphragmer à f/11 pour avoir une homogénéité totale. Ce qui pour un pareille focale est également exceptionnel. Le rendu chromatique est bon.

Bokeh

La focale de 12 mm ne permet pas de réel bokeh. En effet la zone de netteté par défaut va de l’infini à 5 mètres !  Dès que l’on visse (que l’on ferme le diaphragme) cette zone s’étend pour arriver à 2,5 m à f:8. Dans ces conditions il ne faut pas trop fantasmer sur le bokeh. La seule solution est de faire la mise au point sur un sujet très proche ; dans ces conditions on a du bokeh, et il est agréable, onctueux à souhait.

Bus de touristes devant le château de Versailles à f:2,8
Bus de touristes devant le château de Versailles
à f/2.8
Bus de touristes devant le château de Versailles à f: 11
Bus de touristes devant le château de Versailles à f/11

 

Sur un FF ou sur un APS-C

Cet objectif UGA a été conçu pour des boîtiers FF (24 x 36). Il est donc fait pour le K-1 et K-1 mark II. Mais Il peut également être utilisé en format APS-C. Il deviendra alors l’équivalent d’un 18 mm, forcément au moins aussi bon qu’utilisé sur un boitier FF.

Tarif et Concurrence

Le Laowa 2,8/12 mm est proposé à 1069 €. Ce qui le place dans le haut de gamme. Sa finition et la qualité des images qu’il délivre justifient ce prix. Mais ça ne le diminue pas, hélas. Son concurrent le plus direct est l’Irix 15 mm ou encore l’Irix 11 mm. Ces deux objectifs sont cependant plus volumineux, ce qui n’est pas sans importance. Leur finition et qualité d’image sont similaires. Nous ne citons pas ici le Samyang 14 mm qui, du point de vue optique, ne joue pas dans la même cour.

Il y a également le DF 15-30 f/2.8, mais la course de ce zoom commence plus haut. Il ne sont pas dans la même catégorie.

 

Conclusion

Cet objectif est, à tous points de vue, remarquable. La qualité de sa réalisation, la qualité des images qu’il délivre, sa rectilinéarité bluffante, la facilité de sa manipulation, en particulier l’évidence de son utilisation en hyperfocale en font un objectif extrêmement séduisant. Son prix n’est pas excessif du tout, mais reste une somme coquette. L’autre frein possible à son acquisition reste sa focale : Un 12 mm est encore moins évident à manipuler qu’un 15 mm. Cadrer avec un 12 mm « est un autre métier ». Une telle focale n’est pas universelle contrairement à ce que l’on pourrait imaginer. Mais ce Laowa n’y est pour rien. Il va probablement devenir une référence.

 

Ce qui est bienCe qui est moins bien
  • L’angle de champ immense (122°)
  • La qualité optique (un sans faute)
  • La qualité de fabrication (digne d’un Limited, d’un Zeiss ou d’un Leica)
  • Son prix au regard de ses qualités
  • L’angle de champ immense qui le rend pas évident à utiliser (dans la pratique ont recadre souvent à la diminution en PT pour enlever un premier plan et du ciel… et des bords latéraux)
  • Le prix dans l’absolu, pour un objectif que l’on n’utilisera pas forcément tous les jours.

Note

Note globale83/100

 

Galeries

Les photos de la galerie peuvent avoir fait l’objet d’un développement.

La place d'armes devant le château de Versailles et les touristes
La place d’armes devant le château de Versailles et les touristes
La cour devant les grandes écuries
La cour devant les grandes écuries
Manège en plein air installé aux grandes écuries.
Manège en plein air installé aux grandes écuries.
Exemple d'architecture du "grand siècle" ... et de la rectilinéarité du Laowa 12
Exemple d’architecture du « grand siècle »… et de la rectilinéarité du Laowa 12
Sans légende...
Sans légende…

 

Crédit photos : © Valia – Les images sont la propriété de l’auteur (sauf précision) – Cliquez pour agrandir