Cette prise en main a été effectuée sur un K-1 et un K-3II.

 

Avec le test du HD D-FA 15-30mm F2.8 ED SDM WR apparu en même temps que le K-1, avec lequel il est évidemment compatible, PENtax Klub termine la série d’article consacrée aux nouveaux D-FA que sont les 24-70, 28-105 et 70-200. Ce nouvel objectif se veut être le compagnon ultra-grand angle d’un Full Frame. Il ne s’agit pas d’un objectif Star (*) mais il est positionné dans le haut de gamme des objectifs Pentax. Il comble ainsi le manque affiché par les 2 D-FA 24-70 et 28-105 qui commencent respectivement à 24mm et 28mm.

 

Avant de commencer

Ce Pentax D-FA 15-30 f/2.8 est d’origine Tamron comme son grand frère, le D-FA 24-70 f/2.8. Et, à l’instar de ce dernier, s’il partage ses principales caractéristiques avec son homologue comme la formule optique, le nombre de lentilles ou encore le look and feel, certains points sont différents :

  • verres et traitement des verres,
  • électronique,
  • moteur SDM (origine Ricoh)

On pourra toujours discourir sur cette façon de pratiquer, mais si l’objectif est de qualité, que le tarif reste raisonnable et que cela a permis à Pentax de proposer rapidement une gamme d’objectifs adaptés aux besoin d’un FF, elle a le mérite d’être pertinente.

 

Présentation de l’objectif

La première fois que l’on voit cet objectif, il a été un côté démesuré. Visuellement, il est imposant, très large. Son poids ensuite. Un zoom de ce range qui dépasse le kilo, c’est inhabituel. Attention, si l’on ajoute celui du boitier, c’est presque 2kg que l’on aura dans les mains ou autour du cou. Il s’agit d’un élément important dont il faudra tenir compte.

Sa construction, bien qu’à base de polycarbonate, semble très résistante. Néanmoins, à la prise en main, on a la même sensation que pour le 24-70, à savoir qu’il est, en terme de qualité de finition extérieure, un peu inférieur à la série des DA*. Mais vu son poids, il semble que le choix d’un fût en polycarbonate soit le meilleur. Si il avait été en métal, le poids aurait largement supérieur.

L’objectif est de type WR (Weather Resistant), ce qui veut dire qu’il est doté de joints lui permettant de résister à l’eau et autres intempéries. L’utiliser à proximité d’eau ou de neige, ne posera pas de problème et on pourra continuer à l’utiliser sans préoccupations. Surtout que la lentille frontale a eu un revêtement SP (Super Protect) qui empêche l’eau, la graisse et la saleté d’y rester.

A noter que toutes les lentilles sont de type HD (Haute Définition) et qu’elles ont reçu le traitement adéquat. Cela signifie que l’objectif devrait posséder des qualités optiques améliorées.

La plage couverte par cet objectif va du 15 au 30mm en FF. Si on l’utilise sur un APS-C, le champ visuel sera de 23 à 45mm. Si on peut l’utiliser avec un APS-C, il perd alors sa qualité d’ultra grand angle. Cet objectif est clairement conçu pour être utilisé avec un FF. Son ouverture maximale est constante à f/2.8, avec une distance minimale de mise au point à 0,28m.

Il est doté de la fonctionnalité Quick-Shift qui permet d’affiner la mise au point de manière manuelle après mémorisation de l’AF. Cette particularité est appréciable car elle permet de retoucher la mise au point sans quitter le mode autofocus. Elle se révèlera encore plus appréciable sur les petites distances, où la mise au point s’avèrera parfois un peu plus délicate.

La motorisation est de type SDM, donc très silencieuse et rapide en théorie.

Pour les filtres (UV, Polarisant et autres ND)… Il n’est pas possible d’en monter. En effet, la lentille frontale est extrêmement bombée, trop pour qu’un filtre puisse être monté. Le pare soleil, intégré à l’objectif, a le mérite de protéger cette lentille.

Au déballage de la boite grise, on trouve un sac de rangement.

 

Principales caractéristiques techniques

PENTAXPENTAX DFA 15-30 F2.8 HD ED SDM WRMonture Pentax KAF3
LentillesTraitement HD
Focale15mm - 30mm
Equivalent 35mm sur un APS-C23mm - 46mm
Angle de vueFF : 111-72°
APS-C : 86-50°
Ouverture maximalef/2.8
Ouverture minimalef/22
Diaphragme9 lamelles
Lentilles18
Groupes13
Distance minimale de mise au point0,28m
Stabilisation OptiqueNon
(stabilisation mécanique sur le boitier)
QuickshiftOui
MoteurSDM
Autres
Diamètre filtrepas de filtre
TropicaliséOui - WR
Poids1,040kg
1,140kg avec le pare-soleil
Dimensions98,5 x 144mm
AccessoiresBouchons avant et arrière, Pare-soleil, Sac
Compatible FFOui, Objectif DFA

 

Prise en main

En main, on a l’impression d’une très bonne tenue. Monté sur un K-1, l’ensemble reste assez équilibré et ne pose pas de problèmes.

Il n’y a pas de loquet pour le maintenir en position fermé, ce qui est normal puisqu’il ne s’agit pas d’un objectif coulissant. La longueur reste constante lors du zooming, seule la lentille bombée à l’avant changeant de position.

L’objectif reste assez court avec un peu moins de 15cm. La bague du zoom est suffisamment large pour ne pas ressentir de gène lors des rotations. Elle semble un peu dure au début, mais on s’y habitue rapidement et le mouvement de rotation s’effectue sans à-coup. Par contre, la bague de mise au point aurait mérité d’être un peu plus profonde. Moins d’un cm, c’est un peu juste pour que des doigts, surtout s’ils sont un peu gros, soient complètement à l’aise. Quelques millimètres de plus n’auraient pas été du luxe. A noter qu’elle tourne « sans fin », il n’y a pas d’arrêt.

Les bagues sont réalisées dans une matière caoutchouteuse et sont dotées de petits picots agréables au toucher.

L’objectif est doté d’un indicateur de distance, allant de 0,28m (distance minimale de mise au point) à l’infini.

indicateur de distance et bague de mise au point

indicateur de distance et bague de mise au point

 

A l’usage, le moteur SDM est silencieux. Coté rapidité, bien que cela soit difficile à quantifier sans outillage dédié, il se montre aussi véloce que le D-FA 24-70. Combiné à un K-3II et à un K-1, la mise au point se montre rapide et précise.

Un petit mot sur les filtres. De par sa conception, il n’est pas possible de visser des filtres sur cet objectif. Néanmoins, il existe quelques solutions, basées sur un porte filtre externe qui va se mettre autour du pare-soleil (souvent tenu par une vis ou un système de « gâchette »). On pourra ensuite y glisser des filtres carrés. Cette solution est, au moins, aussi couteuse qu’un filtre vissant classique (80 à 90€ pour un porte filtre de 100mm).

 

D’un point de vue technique

Rappel : PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas techniques. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

Sur un APS-C, le capteur n’exploite pas la totalité de l’optique. Dans les faits, les photos devraient échapper aux principaux effets du vignettage et de l’aberration chromatique des franges. Sur un FF, le capteur exploitant la totalité de l’optique, une vigilance particulière sera apportée sur ces différents points.

Les photos de tests ont été réalisé par un ciel ensoleillé avec des passages nuageux.

 

Aberrations chromatiques, distorsion, netteté et flare

Comme souvent avec les UGA, les défauts vont se révéler aux grandes ouvertures, quelle que soit la focale.

Sur un FF

Agréable surprise, on obtient une très bonne netteté tout au long du range, quelles que soient l’ouverture et la longueur focale, que ce soit au centre ou au bord de l’image. C’est plus que remarquable pour ce type d’objectif.

Entre 15 et 20mm, surtout à grande ouverture, quelques aberrations chromatiques sont présentes. Mais elles sont globalement très bien maitrisées et n’importe quel logiciel de post-traitement sera en mesure de les corriger. Le traitement de surface des lentilles est donc très performant, ce type d’objectif UGA étant propice aux AC.

La distorsion, de type géométrique, est un peu présente entre 15 et 20mm, ce qui est normal vu la plage de ce zoom. Ces distorsions ont tendance à courber la réalité vers le haut et le centre, mais sans exagération qui déformerait l’image. Le post-traitement devrait permettre de s’en débarrasser.

On ne note pas de distorsions de type barillet ou coussinet à l’oeil nu (il est possible qu’elles soient présentes dans les faits, mais de manière très résiduelle, sans impact visible). Ceci, quel que soit le range. C’est remarquable.

Un vignettage peut se faire sentir à grande ouverture dans certaines conditions de lumière. Néanmoins, tout disparait à partir de f/4. On notera que c’est entre 15 et 18mm que le vignettage se fait le plus sentir. Au delà, on ne ressent plus vraiment sa présence, même à f/2.8.

De f/2.8 à f/4, si les bords montrent une légère perte de piqué malgré une netteté que l’on peut qualifier malgré tout de remarquable, le centre se montre déjà excellent. A partir de f/4, le piqué est présent partout de manière homogène. L’objectif se montre très convainquant, ceci quelle que soit la focale.

Reste le flare. Une fois de plus, on ne peut qu’être agréablement surpris par une bonne résistance à ce phénomène lumineux. Certes, si vous effectuez des prises de vues face au soleil, surtout à très grand angle, il n’y aura pas de miracle. Du flare sera présent sur les clichés. Mais dans le cadre d’une utilisation classique, le flare se fait oublier. Rares sont les objectifs UGA capables de ne pas en avoir. Il ne s’agit pas donc d’un défaut de l’objectif en lui même, mais une conséquence des UGA.

 

Sur un APS-C ou en mode APC-C sur un FF

Du fait même de l’exploitation centrale de la partie optique, les constatations faites en FF sont encore meilleures. On ne note pas de différences entre les images prises au K-3 (APS-C) et celles prises avec le K-1 en mode APS-C, même si ces dernières semblent un peu plus définies.

 

Images

Toutes les photos ci-dessus (tests 15mm, 20mm, 24mm, 30mm et bokeh) n’ont pas été retouchées. 

 

15mm 
15mm à f/2.8

15mm à f/2.8

15mm à f/2.8 (détail)

15mm à f/2.8 (détail)

15mm à f/5.6

15mm à f/5.6

15mm à f/5.6 (détail)

15mm à f/5.6 (détail)

15mm à f/9

15mm à f/9

15mm à f/9 (détail)

15mm à f/9 (détail)

15mm à f/14

15mm à f/14

15mm à f/14 (détail)

15mm à f/14 (détail)

 24mm 
24mm à f/2.8

24mm à f/2.8

24mm à f/2.8 (détail)

24mm à f/2.8 (détail)

24mm à f/5.6

24mm à f/5.6

24mm à f/5.6 (détail)

24mm à f/5.6 (détail)

24mm à f/9

24mm à f/9

24mm à f/9 (détail)

24mm à f/9 (détail)

24mm à f/14

24mm à f/14

24mm à f/14 (détail)

24mm à f/14 (détail)

 30mm 
30mm à f/2.8

30mm à f/2.8

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/5.6

30mm à f/5.6

30mm à f/5.6 (détail)

30mm à f/5.6 (détail)

30mm à f/9

30mm à f/9

30mm à f/9 (détail)

30mm à f/9 (détail)

30mm à f/14

30mm à f/14

30mm à f/14 (détail)

30mm à f/14 (détail)

 
15mm 
15mm à f/2.8

15mm à f/2.8

15mm à f/2.8 (détail)

15mm à f/2.8 (détail)

15mm à f/7.1

15mm à f/7.1

15mm à f/7.1 (détail)

15mm à f/7.1 (détail)

 24mm 
24mm à f/2.8

24mm à f/2.8

24mm à f/2.8 (détail)

24mm à f/2.8 (détail)

24mm à f/7.1

24mm à f/7.1

24mm à f/7.1 (détail)

24mm à f/7.1 (détail)

 30mm 
30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/7.1 (détail)

30mm à f/7.1 (détail)

30mm à f/7.1 (détail)

30mm à f/7.1 (détail)

 
15mm 
15mm à f/2.8

15mm à f/2.8

15mm à f/2.8 (détail)

15mm à f/2.8 (détail)

15mm à f/7

15mm à f/7

15mm à f/7 (détail)

15mm à f/7 (détail)

 24mm 
24mm à f/2.8

24mm à f/2.8

24mm à f/2.8 (détail)

24mm à f/2.8 (détail)

24mm à f/7

24mm à f/7

24mm à f/7 (détail)

24mm à f/7 (détail)

 30mm 
30mm à f/2.8

30mm à f/2.8

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/2.8 (détail)

30mm à f/7.1

30mm à f/7.1

30mm à f/7 (détail)

30mm à f/7.1 (détail)

 

 

Bokeh

 

15mm à f/2.8

15mm à f/2.8

26mm à f/2.8

26mm à f/2.8

30mm à f/2.8

30mm à f/2.8

30mm à f/5.6

30mm à f/5.6

APS-C - 30mm à f/2.8

APS-C - 30mm à f/2.8

APS-C - 30mm à f/5.6

APS-C - 30mm à f/5.6

FF en mode APS-C - 30mm à f/2.8

FF en mode APS-C - 30mm à f/2.8

FF en mode APS-C - 30mm à f/5.6

FF en mode APS-C - 30mm à f/5.6

 

En FF, de 15mm à 30mm, on obtient un effet de profondeur de champ très agréable au regard. Le passage de la zone nette à la zone floue est extrêmement doux. En APS-C, le bokeh est moins agréable, l’arrière plan étant plus défini qu’en FF. Par contre, en mode APS-C sur le K-1, on retrouve le même effet que celui obtenu en mode FF.

Malgré le très grand angle, cet effet si cher à de nombreux photographes reste présent. L’objectif propose de belles transitions, tout en douceur. C’est même assez surprenant du fait de la focale puisque, en théorie, plus l’angle de vision est grand, plus il est difficile d’obtenir de beaux effets de profondeur de champ. Tamron semble avoir trouvé la bonne formule optique. Et Pentax, le bon traitement des optiques.

 

Tarif et Concurrence

A 1699€, le tarif peut paraitre élevé. Mais si on compare avec Canon (EF 16-35 EF f/2.8, 1600€) ou Nikon (AF-S 17-35 f/2.8, 1750€), la gamme de prix est similaire. Vu que l’objectif semblent tenir ses promesses, ce tarif est donc justifié pour autant qu’on ait besoin de ce type de range sur un FF. Il convient de garder à l’esprit qu’il s’agit d’un UGA haut de gamme en terme de résultats optiques.

Dans la catégorie des zoom UGA (Ultra Grand Angle) pour FF Pentax, il n’y a pas de concurrence. D’autant que Tamron ne lancera pas son modèle en monture K (Pentax a acheté la formule et l’exclusivité en monture K) et que Sigma n’a pour le moment rien au catalogue. On peut juste espérer que des marques comme Tokina reviennent enfin vers Pentax afin de proposer des alternatives. Ou alors se tourner vers des focales fixes. De nombreux indépendants proposent des objectifs à grande ouverture en monture K très intéressants. A condition d’accepter l’absence d’autofocus, nécessitant une mise au point manuelle.

Dans le cadre d’un usage APS-C, il est sera par contre nettement moins intéressant, de par la limitation imposée par ces boitiers (coefficient de conversion de 1,5 pour le champ visuel). Il conviendra plutôt de se tourner vers le DA 12-24, qui offre un plus grand champ visuel (19-36), mieux adapté.

 

Conclusion

Les images délivrées sont de grande qualité. Optiquement et qualitativement, cet objectif n’a rien à envier à ce qui se fait chez Canon ou Nikon. Les quelques soucis à courte focale et pleine ouverture ne sont pas suffisants pour remettre en question cet objectif. Pour les amoureux des photos de paysages ou tous les amateurs d’UGA, il s’avère indispensable du moment que l’on possède un FF.

Sa qualité de construction WR, sa grande ouverture et les images produites (surtout entre f/4 et f/11) laissent présager un futur hit. Avec les D-FA 24-70 et D-FA* 70-200, Pentax propose une gamme de zoom allant de 15 à 200mm en ouverture constante f/2.8. Une triplette couvrant la majorité des besoins répond présent dès la sortie du Plein Format. Seul son prix va l’empêcher d’obtenir la note parfaite de 5 pour notre appréciation.

 

Les Plus

  • Ouverture f/2.8 constante
  • Des aberrations chromatiques très bien maitrisées
  • La netteté avec un contraste homogène entre f/5.6 et f/13
  • Faible vignettage et distorsion quasi invisible surprenant pour un UGA
  • La solide qualité de construction résistante aux intempéries
  • Le QuickShift permettant une retouche manuelle de la mise au point
  • AF rapide et moteur silencieux

 

Les moins

  • Le poids
  • L’absence de concurrence
  • Le prix

 

Note

86,3/100

(notation 2018)

 

Appréciation PENtax Klub

Note_4-5

 

 

 

Galerie

Fin de lagon, La Saline - 15mm - 1/125s à f/13 - ISO 250

Fin de lagon, La Saline – 15mm – 1/125s à f/13 – ISO 250

 

La Cuvette, public beach - 15mm - 1/160s à f/14 - ISO 125

La Cuvette, public beach – 15mm – 1/160s à f/14 – ISO 125

 

Chamarel - 17mm - 1/100s à f/11 - ISO 125

Chamarel – 17mm – 1/100s à f/11 – ISO 125

 

Cascade du Niagara - 19mm - 1/500s à f/9 - ISO 500

Cascade du Niagara – 19mm – 1/500s à f/9 – ISO 500

 

Reflets sur la mare à jonc - 21mm - 1/320s à f/13 - ISO 250

Reflets sur la mare à jonc – 21mm – 1/320s à f/13 – ISO 250

 

Eglise de Moret sur Loing - 18mm - 1/125 à f/10 - ISO 320

Eglise de Moret sur Loing – 18mm – 1/125s à f/10 – ISO 320

 

Photos par fyve – cliquez sur les photos pour agrandir