[Test] Objectif Pentax DA★ 200 mm f/2.8 ED [IF] SDM (version 2021)

DA* 200
Le test de l’objectif Pentax DA★ 200 mm f/2.8 ED [IF] SDM a été effectué avec un Pentax K-1 mk II 

 

Cet objectif Pentax DA ★ 200 mm f/2.8 avait déjà fait l’objet d’un test en novembre 2015 sur un APS-C, puis en juin 2016 sur le K-1. La méthodologie d’évaluation des objectifs et le système de notation ayant évolué, il nous a semblé intéressant de revoir cet objectif.

 

Le DA ★ 200 mm a été conçu officiellement pour le format APS-C. Pourtant, à la sortie du K-1 (premier FF numérique de la marque), l’objectif a été déclaré comme pleinement compatible avec les boîtiers Plein Format. Cela implique que le cercle optique de l’objectif recouvre complètement le capteur 24×36.

DA 200 Champ visuel
En rouge, le champ visuel Plein Format / En bleu, le champ visuel APS-C

 

Comme vous pouvez le constater, le champ visuel APS-C est (cadre bleu) est plus restreint. De plus il est entièrement couvert par le champ FF. C’est la raison pour laquelle nous avons effectué ce test avec un K-1 mk II principalement, quelques photos additionnelles ayant été prises avec un KP afin de valider les résultats.

Présentation de l’objectif DA★ 200 mm f/2.8 ED [IF] SDM

Ce DA★ est une optique fixe, de type téléobjectif, offrant une focale de 200 mm (en FF), soit un champ focal équivalent de 307 mm sur un APS-C. Son ouverture maximale est de f/2,8, avec une distance minimale de mise au point à 1,20 m, ce qui est correct, mais sans plus pour une telle focale. La focale de 200 mm fait que les portes de la proxi photo lui sont quelque peu entrouvertes. Mais entre le coefficient d’agrandissement qui n’est que de 0,20 x et cette distance de mise au point, ce sera très (trop ?) juste et il faudra très certainement cropper l’image. Le DA★ 300 est plus efficace dans ce domaine.

DA * 200
(© Ricoh Imaging)

 

Le range de 200 mm offre un champ de vision déjà assez réduit sur un Plein format, de l’ordre de 11° environ. Ce champ de vision est encore plus petit lorsque l’objectif est monté sur un APS-C, environ 8°. Il conviendra d’en tenir compte lors de votre achat : « cette focale correspondra-t-elle bien à votre besoin réel ? »

Ce schéma montre bien le rétrécissement de l’angle de vue au fur et à mesure que le range augmente

 

Dans les faits, cela se traduit ainsi :

DA* 200 sur FF

 

Cet objectif propose la fonctionnalité Quick-Shift permettant de retoucher la mise au point manuellement, sans quitter le mode autofocus, après mémorisation de l’AF.

Pour les filtres (UV, Polarisant et autres ND), le diamètre est de 77 mm. Attention, certains types de filtres (surtout les polarisants de type A) peuvent empêcher de monter le pare-soleil en même temps. Le pas du filtre (là où se monte le pare-soleil) est indépendant du bloc lentille. Ce qui permet l’utilisation de filtres polarisants ou gradués beaucoup plus simple et rapide, ces derniers restant fixes lors de la mise au point.

Au déballage de la boîte, on trouve un sac de rangement et un pare-soleil en forme de cône assez long (8,5 cm). Petit détail appréciable, ce pare-soleil est doté d’une petite trappe laissant un accès pour permettre la rotation d’un filtre polarisant.

Prise en main du DA★ 200 mm f/2.8

Il mesure quelque 13,5 cm de long, ce qui en fait un 200 mm relativement compact. Mais il accuse sur la balance un bon 825 gr. Un poids qui, s’il laisse supposer une belle construction, alourdira sensiblement le couple boitier+objectif (sans compter le sac !). La construction métal, du moins pour le fût, étant la raison principale.

Né en 2009, il porte l’habillage des objectifs de cette époque. Un look qui paraît peut-être quelque peu ancien en 2021, mais qui aura fait ses preuves sur les objectifs labellisés ★. La bague permettant la retouche manuelle du point est agréable et très large, ce qui ravira les possesseurs de grosses mains. Le mouvement de rotation s’effectue sans à-coup. Elle tourne « sans fin », il n’y a pas d’arrêt. La bague est réalisée dans une matière caoutchouteuse et dotée de petits picots assez agréables au toucher.

Un bouton de commutation AF/MF permet de modifier le mode de prise de vue autofocus ou manuel, à la volée, sans retourner sur le boîtier.

L’objectif est doté d’un indicateur de distance, allant de 1,20 m (distance minimale de mise au point) à l’infini.

DA200_01
bague de mise au point et son indicateur de distance (© Ricoh Imaging)

 

Prise en main et ergonomie : 4

Le DA★ 200 f/2.8 ED [IF] SDM côté technique

Caractéristiques techniques (cliquer pour voir)
PENTAXPENTAX DA* 200mm f/2.8 ED [IF] SDMMonture Pentax KAF2
Lentilles
Focale200mm
Equivalent 35mm sur un APS-C307mm
Angle de vueFF : NC.
APS-C : 8,1°
Ouverture maximalef/2,8
Ouverture minimalef/22
Diaphragme9 lamelles
Lentilles9
Groupes8
Distance minimale de mise au point1,22m
Mise au pointInterne
Stabilisation OptiqueNon
(stabilisation mécanique sur le boitier)
QuickShiftOui
MoteurSDM
Autres
Diamètre filtre77mm
TropicaliséOui
Poids0,825kg
0,915kg avec le pare soleil
DimensionsNC
AccessoiresBouchons avant et arrière, Pare-soleil, Trépied d'objectif, Sac
Compatible FFOui
La formule optique
Formule optique du DA★ 200 f/2.8
Formule optique du DA★ 200 f/2.8 (© Ricoh Imaging)

 

Cette formule est relativement simple avec 9 lentilles. Il n’y a aucune lentille asphérique, seulement 2 lentilles ED à faible dispersion. Le but de ces lentilles est de réduire les aberrations chromatiques, d’augmenter la netteté et améliorer le rendu des couleurs. Certaines lentilles ont subi un traitement SMC, dans le but d’améliorer la netteté et réduire certaines aberrations optiques.

Comme le nom complet de l’objectif l’indique, la mise au point est interne (mention [IF] voulant dire Internal Focus).

Le diaphragme est composé de 9 lamelles, ce qui est assez classique chez Pentax, surtout pour la gamme ★. Ce nombre augure des bokeh « arrondis » à grande ouverture, mais surtout de meilleures transitions entre les différents plans d’une image. Jusqu’à f/5.6, sa forme reste relativement arrondi. Au-delà, la forme se modifie. Il est contrôlé automatiquement au travers du boîtier (pas de contrôle manuel possible via une bague).

La monture est de type KAF2, ce qui le rend compatible avec tous les boîtiers reflex numériques (de la marque évidemment).

Qualité de construction

Sa construction est à base de métal, ce qui en fait un objectif très résistant. Son taux de retour est faible et résulte essentiellement de problématiques liées à des chutes provoquant des décentrements ou des casses de lentilles (surtout frontales).

Bien qu’il n’en soit pas fait mention dans le nom, la construction est de type « Dust and Weather Résistance » avec des joints pour protéger des projections d’eau et de la poussière.

Le moteur SDM

Le DA★ 200 dispose d’un moteur SDM, donc silencieux et rapide en théorie. En pratique, on se met vite à apprécier l’absence de bruit, ce qui peut s’avérer pratique en concert ou lors d’un mariage. Mais côté rapidité… on se rend vite compte que le moteur fait partie de la première génération des moteurs SDM développés par Pentax ! À côté des moteurs SDM actuels, ils sont en retrait. On a une sensation de lenteur relative. Il semble plus rapide que le DA★ 50-135, mais plus lent que les récents DFA★ 50 et 85. C’est en comparant ces points-là qu’on mesure le chemin parcouru depuis les débuts de ce type de moteur.

Combiné au K-1, la mise au point se montre rapide, mais sans plus. Cela peut paraître déroutant après avoir été habitué à des mises au point rapides avec les derniers DFA. Il donne l’impression de se traîner. En pratique, c’est quelques dizaines de millisecondes qui sont perdues, guère plus. La précision, quant à elle, n’a rien à se reprocher. Cette lenteur aura une influence (minime) sur la notation de l’objectif.

À noter qu’il n’y a pas de problème connu lié au moteur SDM, contrairement à d’autres objectifs de la même génération. Ce qui est un excellent point en sa faveur.

 

Construction & Finition : 6

Spécifications (techniques) : 10

Côté optique

PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

À noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

Images de test

Toutes les photos utilisées pour les tests ont été prises en RAW (PEF ou DNG) et, sauf mention explicite, n’ont pas été développées (brut capteur) ou retouchées.

zone de mise au pointfocale 200 mm
DA 200, la zone de mise au point
En bleu, la zone de mise au point
ouvertureimage entièredétail
f/2.8f/2.8f/2.8 extrait
f/4f/4f/4 extrait
f/5.6f/5.6f/5.6 extrait
f/8f/8f8 extrait
f/11f/11f/11 extrait
f/16f/16f/16 extrait
Aberrations chromatiques et flare

Tout objectif est susceptible de produire des aberrations chromatiques (AC) et du flare.

Les AC apparaissent sous forme d’une frange violette (ou verte), désagréable à l’œil. Elles se forment quand les 3 couleurs de la lumière blanche (Rouge, Vert et Bleu) traversent une lentille, se séparent et ne se rejoignent pas au bon endroit pour produire une image nette. Le flare se manifeste dans certaines conditions de lumière, comme, par exemple, quand le soleil envoie ses rayons en biais sur l’objectif.

C’est pourquoi nous préférons juger un objectif dans des situations d’images courantes et non exceptionnelles.

À f/2.8, il y a des AC, comme le confirment les images, on perçoit une frange violette d’AC. Mais elles sont légères et corrigibles avec les outils de post-traitement modernes. De plus, on constate qu’à f/4, ces AC ont disparu. Une fois encore, Pentax a fait preuve d’une excellente maîtrise dans la conception.

AC à f/2.8
AC à f/2.8
AC à f/4
Absence d’AC à f/4

 

Vignettage

Il y a un vignettage à f/2.8 qui disparaît à f/4 (visible dans les 2 images proposées ci-dessous). Rien d’embêtant, d’autant plus que cela se corrige en Post-Traitement très facilement. C’est presque un sans-faute de la part de Pentax.

Distorsions

Une distorsion de type coussinet existe. Pourtant, à regarder les photos ci-dessous, cela ne semble pas être le cas. Pour s’en apercevoir, il faut appliquer puis enlever la correction d’objectifs sous Lr ou sous DxO plusieurs fois. Mais c’est léger, extrêmement léger. Ce qui indique un travail remarquable dans la conception de l’objectif.

distorsion à f/2.8Distorsion ?
Que ce soit à f/2.8 (à gauche) ou à f/4 (à droite), la distorsion (ici non corrigée) existe, mais elle est infime.
Homogénéité et netteté de l’image
PO centre-champDA 200 - Centre à f/2.8DA 200 - Centre à f/2.8 (extrait)
PO bord-champDA 200 - Bord à f/2.8DA 200 - Bord à f/2.8 (extrait)
f/5.6 centre-champDA 200 - Centre à f/5.6 (extrait)eDA 200 - Centre à f/5.6 (extrait)
f/5.6 bord-champDA 200 - Bord à à f/5.6DA 200 - Bord à f/5.6 (extrait)

On peut constater que cette focale fixe se comporte de manière un peu différente selon que la cible est proche ou éloignée. Dans le premier cas, la netteté et l’homogénéité sont très bonnes dès PO. Mais si la cible est éloignée, l’image paraît plus médiocre, moins définie. En agrandissant, aucune zone n’est particulièrement nette.

De f/4 à f/8, on a la plage où le DA★ 200 va s’exprimer le mieux. Le pic est à f/5.6 avec une image bien détaillée, nette et homogène, que le sujet principal soit proche ou éloigné.

Au-delà de f/8, netteté et homogénéité tombent dans un cycle de baisse constante. Entre f/16 et f/22, il vaut mieux oublier. On regrettera que cette zone de confort ne soit pas plus étendue (jusqu’à f/11 par exemple).

 

Bokeh
POPO +1IL
200 mmDA 200 Bokeh f/2.8DA 200 Bokeh f/4

 

Qualité image (homogénéité, netteté et distorsion) : 34

Qualité optique (AC, flare, vignettage) : 30

Sur un APS-C

Comme indiqué au début de l’article, cet objectif a officiellement été conçu pour les boîtiers APS-C. Les lentilles couvrant largement la surface du capteur APS-C, les rares défauts (comme le vignettage) sont mécaniquement gommés ou fortement atténués (l’homogénéité est meilleure puisque le bord-champ est plus près du centre). Une notation de cet objectif en version APS-C lui ferait donc gagner quelques points.

Le bokeh est légèrement moins intéressant, à f/2.8 l’image obtenue étant assez proche de ce que l’on a à f/3.5 sur un FF.

Tarif et Concurrence

La concurrence étant inexistante, c’est en interne chez Pentax qu’on peut trouver des solutions, avec les zooms. En f/2.8, ce sera le DFA★ 70-200. Si on accepte un compromis sur l’ouverture maximale, les DFA 70-210 et DA★ 60-250, tous 2 en f/4, pourront être d’excellents compagnons.

Depuis sa sortie, le tarif de cet objectif n’a guère évolué, il reste au fil des ans à 999 €. L’objectif tenant ses promesses, ce tarif est justifié. Si vous êtes intéressé, 1 ou 2 fois par an, il fait l’objet d’une promotion.

 

Conclusion

Objectif idéal pour de nombreuses pratiques photographiques, sa qualité de construction et les images produites raviront ses possesseurs ou ses futurs acheteurs. Il reste assez discret pour permettre une utilisation en pleine rue, ce qui est appréciable. Et même si ce n’est pas son utilisation première, on peut le prendre pour des paysages. Ils seront simplement différents, plus orientés sur des détails. Ce qui n’est pas faisable quand on utilise des UGA ou des GA. C’est évidemment valable avec un APS-C où les 307 mm feront merveille dans bien des cas de figure !

On peut penser qu’à l’avenir Pentax remettra au goût du jour cet objectif sous le nom D FA★ 200/2.8 HD. Mais quand, cela personne ne le sait réellement, hormis peut-être les dirigeants de Ricoh Imaging. Les points d’améliorations possibles existent, mais ne sont pas si nombreux puisqu’il s’agit déjà d’un objectif haut de gamme. Deux axes sont possibles. Tout d’abord une adoption de la norme HD et la mise en conformité avec les nouveaux standards de la norme ★. Des traitements HD et AeroBright II des lentilles permettraient de gagner sur la netteté et surtout sur la gestion les AC. Ensuite, le moteur gagnerait à être revu afin de gagner en vélocité.

 

Ce qui est bienCe qui est moins bien
  • La solide qualité de construction résistante aux intempéries
  • Le QuickShift permettant une retouche manuelle de la mise au point
  • La netteté avec un contraste homogène et excellent
  • Le moteur de mise au point silencieux
  • Le moteur qui mériterait une remise à niveau côté rapidité (ce qui lui vaut la baisse de note)
  • Des aberrations chromatiques présentes jusqu’à f/4, maîtrisées au-delà de f/5,6

Peut-on, malgré les réserves et l’ancienneté, recommander cet objectif ? Sans aucun doute, on peut répondre « oui » à cette interrogation, car il s’agit d’un bon objectif produisant des images de qualité. À condition de vouloir une focale fixe de 200 mm.

Logo FR Recommandé

Note

Construction et finition6Une construction solide avec les bagues et les boutons agréables à utiliser
Prise en main et ergonomie4Une prise en main légèrement plombée par les 825 gr de l’objectif
Spécifications (technique)10Le moteur SDM parfois juste en terme de vitesse
Qualité image (homogénéité, netteté et distorsion)34Une résistance au flare et aux AC à partir de f/4
Qualité optique (AC, flare, vignettage) 30L’homogénéité à pleine ouverture parfois déroutante selon la distance de mise au point
Note globale84/100

 

Galeries

Un objectif à l'aise en studio
Un objectif à l’aise en studio (1/125s à f/9)
Ciel, vignetta corrigé
Ciel, vignettage corrigé (1/6400s à f/2.8)
Saisir le saut
Saisir le saut (1/640s à f/5.6)
Dame au chien
Dame au chien (1/100s à f/5.6)
Couverte
Masque ready (1/2000s à f/2.8)
Voiture à l'arrêt
Voiture à l’arrêt (1/800s à f/2.8)

 

Crédit photos : © fyve – Les images sont la propriété de l’auteur (sauf précision) – Cliquez pour agrandir.

  • Dominique G
    22 juin 2021 at 17 h 01 min

    Bonjour

    C’est un objectif que j’utilise avec le K-3 quand je dois rester à distance avec certains animaux (en particulier des insectes).
    Son poids semble lui donner une certaine stabilité. Mais c’est peut-être surtout dû au fait qu’à main levée je suis obligé de le tenir plus fermement qu’un objectif léger.
    Grâce à vos tests, je n’hésite pas à l’utiliser avec le K-1 II, bien que pour des raisons pratiques il équipe essentiellement le K-3 (je jongle un peu avec les deux boîtiers).
    Merci.