[Test] Objectif Pentax HD DA 10-17 mm Fish-Eye ED

Le test de l’objectif HD-DA FISH-EYE 10-17 mm ED a été effectué avec un Pentax K-1 cropé en APS-C (équivalent K-5)

 

La réédition du SMC Pentax DA 10-17 mm Fish-Eye 3,5-4,5 ED (IF) répète l’opération faite par Pentax avec le FA 35/2. Dans des conditions presque similaires (voir plus loin).

Ce nouveau HD DA 10-17 mm Fish-Eye reprend les caractéristiques techniques du précédent DA 10-17 mm qui datait de 2006, avec 3 différences. La première, notable, est le traitement HD des surfaces optiques et SP (répulsif) de la lentille frontale. La seconde est la modification substantielle du pare-soleil. Celui-ci est plus large de 9 mm. C’est désormais la partie la plus large de l’objectif. Alors que le reste du fût est devenu cylindrique et légèrement plus « svelte », car la bague de zooming ne déborde plus.

Le HD Pentax DA Fish-Eye 3,5-4,5/10-17 mm ED nouveau et le SMC Pentax DA Fish-Eye 3,5-4,5/10-17 mm ED(IF) ancien.

 

Présentation de l’objectif HD-DA Fish-Eye 10-17 mm ED (*1)

Le HD-DA Fish-Eye 10-17 mm ED, de son vrai nom HD Pentax DA fish eye 3,5-4,5/10-17 mm ED, pèse 317 g nu et 323 g avec son bouchon avant. Il couvre les plages UGA de 10 à 17 mm. À 10 mm cela signifie un ange de 180° en diagonale. Ses caractéristiques marquantes sont un AF par screw drive, pas silencieux, mais rapide, secondé par une bague de MaP Quick-Shift. Le pare-soleil est plus large que le précédent. Il conserve le design tulipe pour éviter le vignettage.

Prise en main du DA 10-17 Fish-Eye

La première impression visuelle est plaisante. L’objectif présente de belles proportions, équilibrées. À la prise en main, il est léger, s’équilibre donc parfaitement sur un « petit » boîtier, comme sur un plus gros. Le côté cylindrique avec ses deux bagues caoutchoutées est engageant. Le pare-soleil plus large complète bien cet équilibre. Il semble fixe.

L’objectif tombe bien dans la main, les bagues sont fluides, légères sous les doigts. La finition est sans défaut. Elle est couronnée par un bouchon avant métallique à emboîtement, rassurant, très « Limited », classieux. Il est, sur cet objectif, doté d’un détrompeur qui empêche d’endommager la tulipe. Il faut une observation très attentive du pare-soleil pour se rendre compte qu’il est mobile, monté par baïonnette. Donc remplaçable en cas de dommage. Un bon point !

Attention à un détail qui n’en est pas un. Si vous manipulez la bague de MaP, veillez à bien grouper vos doigts contre l’objectif. Sinon vous verrez les dernières phalanges de l’annulaire et du petit doigt de votre main gauche dans le cadre ! D’ailleurs vous les voyez dès la visée…

Côté technique

Les caractéristiques techniques sont résumées dans le tableau ci-après - (cliquer)
 HD Pentax DA Fish Eye 3,5-4,5 /10 - 17mm ED
SérieHD
Focales10mm - 17mm
Focales (en équivalent 35mm)~15mm - ~21,5mm
Ouverture maximalef: 3,5 à 10mm
f :4 à 12mm et 14mm
f : 4,5 à 17mm
Ouverture minimalef : 22 à 10mm
f : 29 à 12 mm et 14mm
f : 32 à 17mm
Nombre de lamelles du diaphragme6
Angle de champ180° à 10mm
100° à 17mm
en format APS-C
Structure de l'objectif10 éléments en 8 groupes
Distance minimale de mise au point0,14m
Grandissement0,39
Diamètre de filtreN/A
MontureKAF
MotorisationNon - AF par le boîtier
Poids317g nu - 323 g avec pare-soleil
Dimensions (L x ø)67,5mm x 70,2
Accessoires fournispare-soleil PH-RBA 60
bouchon métal 0-LW70A
Housse S80-120
Particularitésfish - eye

Les objectifs fish-eye (« œil de poisson ») sont des UGA de focale très courte – entre 16 et 6 mm – qui permettent des angles de champ jusqu’à 180°. Leur formule optique comporte une ou plusieurs lentilles concaves sur la face avant et très convexe sur la face arrière (voir sur le schéma ci-dessous). Ces objectifs donnent des images circulaires ou rectangulaires, mais dont les droites périphériques sont très arrondies.

DA et HD-DA – formule optique inchangée

 

Côté optique

PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

À noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

 

Images de test

Toutes les photos utilisées pour les tests ont été prises en RAW (DNG) et, sauf mention explicite, n’ont pas été retouchées. Elles se sont seulement vues dotées d’un filigrane.

focale 10 mmfocale 14 mmfocale 17 mm
ouvertureimage entière
f/3.5 (PO)
f/5.6
f/8
f/11
f/16
ouvertureimage entière
f/4.2 (PO)
f/5.6
f/8
f/11
f/16
ouvertureimage entière
f/4.5 (PO)
f/5.6
f/8
f/11
f/16
Aberrations chromatique et flare

Tout objectif est susceptible de produire des aberrations chromatiques (AC) et du flare.

Les AC apparaissent sous forme d’une frange violette (ou verte), désagréable à l’œil. Elles se forment quand les 3 couleurs de la lumière blanche (Rouge, Vert et Bleu) traversent une lentille, se séparent et ne se rejoignent pas au bon endroit pour produire une image nette. Le flare se manifeste dans certaines conditions de lumière, comme, par exemple, quand le soleil envoie ses rayons en biais sur l’objectif.

C’est pourquoi nous préférons juger un objectif dans des situations d’images courantes et non exceptionnelles.

Ce fish-eye produit des aberrations chromatiques, des franges AC violettes et même vertes à toutes les ouvertures s’il y a des objets proches dans les parties périphériques de l’image. Voir les photos de la colonne 10 mm ci-dessus et l’image de bokeh ci-dessous, ainsi que celles illustrant le paragraphe Homogénéité ci-après.

Par contre l’image est propre en centre champ. Il convient donc de soigner ses cadrages, soit pour éviter le soleil, soit pour jouer avec lui. Le flare est très correctement maîtrisé. Même si on constate des différences de densité de ciel. Mais, avec une telle amplitude des focales, on pouvait s’attendre à pire.

Distorsions

Ce zoom est un fish-eye, les distorsions géométriques, en barillet, sont donc omniprésentes, sauf à 16-17 mm. En paysage urbain de façon permanente, même lorsque l’axe optique est bien d’aplomb. Tout ce qui est proche dans le cadre sera très fortement déformé (et accessoirement agrémenté de franges violettes. Si vous n’aimez pas ce genre d’images, ne vous tournez pas vers un fish-eye, mais plutôt vers un UGA orthoscopique, comme le 15 mm Irix, voire le 11 mm.

Mais ces objectifs n’ont pas le même poids, pas le même encombrement, pas le même prix, et forcément pas le même usage… En paysage ouvert, en soignant ses cadrages, on peut faire disparaître ces aberrations. En portrait cet objectif est parfait pour faire du grotesque…

Vignettage

Ce zoom assez extrême ne vignette pas ou pratiquement pas. Même en cherchant les limites. Voir l’image 10 mm à la PO du tableau ci-dessus. En format APS-C bien évidemment.

Homogénéité de l’image

L’homogénéité n’est pas l’apanage d’un tel objectif. Déjà en focale fixe, les 10-12 mm, voire même 14 mm ont du mal à produire des images homogènes. Alors une formule zoom encore moins. Ce 10-17 mm ne déroge pas à la règle.

À 10 mm à f :3,5 toute l’image est faible. Cela s’améliore progressivement en diaphragmant. En augmentant la focale, les choses s’améliorent, mais il subsiste néanmoins un décalage entre centre champ et bord champ jusqu’à f:5,6.

Globalement le piqué et la netteté des images sont satisfaisants à bons dès f : 5,6. Il ne faudra quand même pas rêver de faire des tirages dépassant 30x40cm.

Cliché initial
 crop 100 % centre champ 17 mm à f : 5,6
 crop 100 % bord champ
Bokeh

Parler de bokeh avec un pareil objectif est assez drolatique. Tellement la chose est un contre sens. À f:4,5 à 17 mm, chercher du bokeh mériterait presque le Prozac™ !

Bokeh à 17 mm et f:4,5
Sur un FF

Vouloir utiliser cet objectif sur un boîtier 24×36, pour nous le K-1, est de la provocation ou de la curiosité paradoxale. Voire un sacrilège. En tous cas c’est forcément frustrant. Mais on peut l’utiliser.

  • en format 1.1 entre 14 et 17 mm
  • en format FF de 14 mm à 17 mm. Sans vignettage. Le résultat est bon.
En format FF, à 14 mm, 1/50s à f : 11 -100 Iso
En format FF, à 14 mm, 1/30s à f : 11 – 200 Iso
Comparatif entre le nouveau modèle et le modèle qu’il remplace

Le remplacement, un peu inattendu, du smc DA 3,5-4,5/10-17 mm ED (IF) par le HD-DA 3,5-4,5/10-17 mm ED est assez réussi. Le HD est extérieurement beaucoup plus plaisant que son prédécesseur. Les résultats ne déçoivent pas non plus. Ils semblent bien améliorés par le traitement HD.

focale / objectifNew HD-DA  Old DA
10 mm
14 mm
17 mm

Tarif et Concurrence

À 499 €, prix inchangé de son prédécesseur datant d’il y a dix ans, cet objectif peut paraître une affaire. Le tarif de ce dernier baisse de 50 €. Je doute qu’il s’en vende encore, même à 449 €. Cet objectif n’a pas vraiment de concurrent. Le HD DA * 2,8/11-18 mm joue dans une autre catégorie. Étant 2,5 fois plus lourd, plus gros et 3 fois plus cher, est-il vraiment un concurrent ?  Poser la question c’est y répondre.  Ce HD-DA n’a pas non plus de concurrent chez d’autres fabricants. Il a donc le champ libre.

 

Conclusion

Cette sortie non programmée du 10-17 fish-eye est assez étonnante. Du point de vue du positionnement dans la gamme, on peut rester dubitatif. Il est vrai que son prédécesseur s’est retrouvé dans la besace de pas mal de pentaxistes. De là à penser que le phénomène va se reproduire, il y a plus d’un pas à franchir… Toujours est-il que ce lifting est réussi, d’un point de vue technique comme esthétique. Et tarifaire. En fait cet objectif est très utilisable autrement que comme un gadget drôle. Il est compact, léger. Ses performances sont honnêtes. Son tarif aussi. Nous lui souhaitons bonne route.

 

Ce qui est bienCe qui est moins bien
  • le poids
  • la compacité
  • le traitement HD et SP
  • les performances améliorées, honorables pour un fish-eye
  • sa spécificité fish-eye marquée jusqu’à 16 mm
  • pas WR

Note

Note globale74/100

 

Galerie

Les photos de la galerie peuvent avoir fait l’objet d’un développement.

Tours de La Défense – 10mm, 1/125s à f:9 100 Iso (APS-C)
Tours de La Défense – 10 mm, 1/60s à f:9 – 100 Iso (APS-C)
Entrée d’immeuble – 10 mm 1/100s à f:9 – 100 Iso (APS-C)
Entre des tours – 1/100s à f : 9 -100 Iso (APS-C)
Tours de La Défense – 14 mm, 1/200s à f:10 – 100 Iso (APS-C

 

Paysage urbain – 10 mm à F : 9- 100 Iso (APS-C)
Tours de La Défense – 10 mm à f : 9 – 100 Iso (APS-C)
La passerelle de la gare de Massy RER B, C et TGV.
Tours de La Défense – 10 mm à f : 9 -100 Iso (APS-C)
gare de triage et maintenance RATP- à 13 mm à f:4,5

 

Crédit photos : © Valia – Les images sont la propriété de l’auteur (sauf précision) – Cliquez pour agrandir