[Test] Objectif Pentax FA 35 mm f/2 AL

FA 2/35AL
Le test de l’objectif Pentax FA 2/35 mm AL a été effectué avec un Pentax K-1 mark II

 

Le Pentax FA 35 f/2 AL a été conçu pour le format 24×36 et a été mis sur le marché en 1999. Héritier des 35 mm de la marque, il s’agit là de sa dernière incarnation en date. Malgré l’arrivée du numérique, il n’a pas encore l’objet d’une mise à jour pour correspondre aux normes actuelles (prévu pour le premier trimestre 2019). Avant l’arrivée d’un successeur, il est apparu intéressant de le soumettre à un test.

Présentation de l’objectif FA 35 mm f/2 AL

S’agissant d’une focale fixe, la plage couverte par cet objectif est de 35 mm en FF (sur un APS-C, le champ visuel sera proche d’une focale de 54 mm). C’est donc un objectif de type grand angle, idéal pour prendre des photos, des paysages, de la street photography.

On notera l’absence de la fonctionnalité Quick-Shift qui permet la retouche manuelle lors de la mise au point AF. Il est possible de monter un filtre (UV, Polarisant et autres ND). La fixation se fait par un filetage de diamètre 49 mm. Le pare-soleil est de type tulipe (modèle PH-RBA49). Il est muni d’une trappe amovible pour un usage facile de filtre rotatif (polarisant), très courante sur les objectifs Pentax.

 

Fa2/35AL avec pare-soleil, housse et boîte
FA 2/35 AL avec pare-soleil, housse et boîte

 

Prise en main du FA 35 f/2

L’objectif a un design daté, en accord avec la production de Pentax dans les années 1990. L’esthétique extérieure générale a depuis évolué (on attendra la revue de la future version HD prévue prochainement).

Rare sont les objectifs encore en vente disposant d’une bague de diaphragme. C’est le cas pour ce FA 35, survivance d’un temps ancien. De nombreux amateurs apprécieront.

La bague de mise au point, placée à l’avant de l’objectif est étroite et lisse, sans habillage caoutchouté. Sa largeur est suffisante, même si les possesseurs de grands doigts peuvent avoir quelques difficultés.

Son ouverture maximale est f/2, avec une distance minimale de mise au point à 0,3 m.

Côté technique

Caractéristiques techniques (cliquer pour voir)
SMC Pentax 2/35mmAL  
Caractéristiques optiquesFocale35mm
Equivalent APS-C53,5mm
Angle de champ63° sur FF
44° sur APS-C
Diaphragmef:2
Nombre de lamelles6
Lentilles /groupes6 lentilles en 5 groupes
MaP mini0,3m
Grossissement maximum0,17
Ouverture maximalef:2
Ouverture minimalef:22
MoteurNon (screw drive du boitier)
QuickshiftNon
Autres
Diamètre du filtre49mm
TropicaliséNon
Poids195g
Dimensionsø 64mm L 45mm
Accessoirespare-soleil, house S80-80
DiversLentille asphérique, traitement des lentilles ghostless
Compatibilité FFOui, conçu 24x36
Formule optique
Formule optique du FA 35 AL
Formule optique du FA 35 f/2 AL (© Ricoh Imaging)

 

La formule optique est simple, avec 6 éléments, dont une lentille type asphérique, dont le but est d’améliorer les performances optiques en périphérie de l’image. Le traitement de la lentille frontale est de type SP (Super Protect). À noter que cette formule optique semble similaire à celle utilisée dans le DA 35 f/2.4.

Le diaphragme est composé seulement de 6 lamelles, ce qui pourrait avoir une influence sur la qualité du bokeh. Ce chiffre loin des « standards » (si on peut utiliser ce terme) actuels, mais qui était habituel dans les années 70-80.

Qualité de construction

Le FA 35 f/2 AL pèse 195 g, pour un gabarit de 65 mm de diamètre par 45 mm de longueur sans pare-soleil. L’AF est entraîné par le boîtier (screw-drive).

Cet objectif smc Pentax, typique de cette époque, est doté d’une baïonnette et structure métallique. Il est habillé d’une enveloppe de polycarbonate, avec une fenêtre transparente protégeant l’échelle des distances en mètres et feet. Cette fenêtre est bordée d’une échelle sommaire indiquant la profondeur de champ. La partie avant est non tournante.

Le filetage pour les filtres est de 49 mm.

Côté optique

PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

A noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

Images de test

Toutes les photos utilisées pour les tests ont été prises en RAW (PEF ou DNG) et, sauf mention explicite, n’ont pas été développées (brut capteur) ou retouchées.

focale 35 mm
ouvertureimage entièredétail
f/2cliché à f:2cliché à f:2 - crop 100% au centre champ
f/4cliché à f:4
f/5.6cliché à f:5,6cliché à f:2 - crop 100% au centre champ
f/8cliché à f:8cliché à f:8 - crop à 100% au centre champ
Aberrations chromatique et flare

Tout objectif est susceptible de produire des aberrations chromatiques (AC) et du flare.

Les AC apparaissent sous forme d’une frange violette (ou verte), désagréable à l’œil. Elles se forment quand les 3 couleurs de la lumière blanche (Rouge, Vert et Bleu) traversent une lentille, se séparent et ne se rejoignent pas au bon endroit pour produire une image nette. Le flare se manifeste dans certaines conditions de lumière, comme, par exemple, quand le soleil envoie ses rayons en biais sur l’objectif.

C’est pourquoi nous préférons juger un objectif dans des situations d’images courantes et non exceptionnelles.

Même en cherchant bien, on n’a pratiquement pas d’aberrations chromatiques. Tout au plus une vague coloration magenta, due au traitement du signal, avec une légère dominante magenta, courante chez Pentax, mais pas de franges. Cette coloration est très facilement enlevée dans les différents logiciels de développement RAW (en agissant sur le curseur adéquat).

AC - cliché àf:2
AC – f/2
AC - Cliché à f:2 - crop à 100%,
f/2 – crop à 100 %,

La résistance au flare est également très bonne. Quels que soient les efforts pour en avoir.

Distorsions

La distorsion géométrique existe, mais elle est à peine discernable à œil nu Il reste une impression de distorsion de planéité qui donne un très léger barillet dans le haut du cadre. Impression qui ne se vérifie pas sur les lignes de joints de la photo ci-dessous.

Distorsion géométrique très légère de planéité en barillet. Visible an haut du cliché.

Bien évidemment les prises de vue en contre-plongée couchent les verticales. Plus particulièrement avec les focales courtes. Mais ce n’est pas de la distorsion venant de la formule optique…

Vignettage

Un très léger vignettage est visible dans les ciels à f/2. Il a tendance à disparaître dès f/2.8 et son effet peut-être corrigé via les logiciels.

Homogénéité de l’image

Le piqué global des images délivrées par cet objectif ancien est très honorable. L’homogénéité est très correct, même à PO.

f/ 2cliché à f:2 - crop 100% au centre champcliché à f:2 - crop 100% au bord champ
f/4cliché à f:4 - crop 100% au bord de champ
f/5.6cliché à f:2 - crop 100% au centre champcliché à f:5,6 - 100% crop au bord champ
f/8cliché à f:8 - crop à 100% au centre champcliché à f:8 - crop à 100% au bord champ
Bokeh

Une focale de 35 mm n’est pas forcément la meilleure pour obtenir du bokeh, même si c’est mieux qu’à 24 mm. Mais, dans les bonnes conditions, on y arrive. De manière globale, si l’arrière-plan est suffisamment éloigné, le bokeh est agréable, mousseux à souhait. Comme quoi un diaphragme à 6 lames peut être efficace…

Bokeh à f:2, plan de mise au point à la distance minimale (0,3m)
Bokeh à f/2, plan de mise au point à la distance minimale (0,3 m)

 

Sur un APS-C

Sur un boîtier APS-C, les résultats sont très logiquement au moins aussi bons. Supérieurs en ce qui concerne la qualité en bords champ et l’homogénéité. Un peu en retrait pour ce qui est du bokeh.

Tarif et Concurrence

À 600 € (599 € pour être précis), cet objectif peut être considéré soit comme pas très cher pour un objectif qui fait bien le job, soit comme trop cher, pour un 35 mm qui ne date pas d’hier. Il n’a qu’un concurrent possible : le Sigma 1,4/35 mm Art. Mais est-ce vraiment un concurrent direct ? Le Sigma est plus gros (ø =77 mm x L=94mm) et plus de 3 fois plus lourd (665 g). Certes il ouvre à 1,4, mais à cette ouverture il vignette sérieusement. Certes il est SDM, donc silencieux. Mais il coûte entre 770 et 800 €. Donc c’est un autre choix, plus qu’une vraie alternative.

Nb : Ce test a été rédigé avant l’annonce officielle du FA 35/2 HD dont la sortie est pour la fin du mois de février 2019. Le tarif actuel pourrait être revu à la baisse un jour prochain.

 

Conclusion

C’est un bon petit 35 mm, qui ne prend pas de place dans un sac ou même une poche. Ce n’est pas un objectif à superlatifs, encore que… D’aucuns, bien sûr, le diraient obsolète, mais il fait bien le boulot, délivre des images agréables. Certes, par son esthétique il avoue son âge… Et la technologie de son AF est screw drive. Même si l’AF par le boîtier est rapide, il n’est pas totalement silencieux. C’est un objectif qui pourrait être très séduisant, malheureusement à 599 €, la séduction est brouillée.

 

Ce qui est bienCe qui est moins bien
  • compacité et poids
  • qualité de fabrication
  • qualité optique surprenante pour un « ancêtre »
  • aspect extérieur plastique (et plus à la mode)
  • Absence de moteur

Note

Note globale76/100

 

Galerie

Les photos de la galerie peuvent avoir fait l’objet d’un développement.

Paysage urbain avec ciel.
Paysage urbain avec ciel
Architecture en forte contre-plongée
Architecture en forte contre-plongée
Paysage urbain avec arbres
Paysage urbain avec arbres
Paysage urbain avec primeurs
Marché primeur
Paysage urbain au lever du jour
Petit matin sur les toits d’immeubles

 

Crédit photos : © Valia – Les images sont la propriété de l’auteur (sauf précision) – Cliquez pour agrandir

  • Loïc MIODON
    9 février 2019 at 8 h 45 min

    Bonjour,

    j’ai acheté cet objectif dernièrement, pour mon KP, la qualité de l’image est plutôt bonne, passe-partout, mise au point 30 cm qui avec l’ouverture F2 permet de faire de jolies choses, avec un Bokeh assez correcte malgré l’APS-C. Je trouve la taille parfaite avec mon boitier. Acheté d’occasion 288 €.
    Seul petit point agaçant, mais ça n’arrive heureusement pas très souvent, quand l’AF n’arrive pas trouver la mise au point et se bloc en fin de course, il faut débrailler en manuelle sur le boitier pour faire le point sans forcer le moteur du boitier.
    Un objectif que j’apprécie plus que je ne m’y attendais.
    Et bravo pour votre travail de passionnés.

    • Valia
      10 février 2019 at 12 h 28 min

      Merci Loïc pour le compliment final.
      Ce 35mm est effectivement un bon petit caillou très à l’aise dans de nombreuses situations. Le fait de le ressortir amélioré par le traitement de surface HD est certainement un bon choix. Le problème d’AF que vous signaler doit pouvoir se résoudre en faisant une MAP intermédiaire proche.Çela fait perdre du temps, mais au 35mm on shoote assez rarement dans l’urgence… Le problème de blocage en bout de course est peut-être lié votre objectif. Je vais me renseigner.

  • Pierre Philippe
    10 février 2019 at 12 h 53 min

    Bonjour.

    Effectivement cet objectif date et marque le pas au niveau finition par apport aux limited, et montre son époque de conception, mais comme vous dîtes il fait très bien le job.
    J’ai pu le comparer au 31 Limited et au niveau qualité d’image la différence ne m’est pas apparue flagrante. (je parle uniquement qualité d’image), je préfère même le 35 mm.

    Personnellement je ne vois pas l’obligation des motorisations objectifs sur des courtes focales ainsi que des très grandes ouvertures surtout en montagne ou le poids est l’ennemi des dénivelés.

    J’ai trouvé le mien pour 220 euros d’occasion et je ne le regrette pas. Ceux qui le trouvent cher pourront profiter de la nouvelle version vers 399 euros.
    Mon seul regret et que la nouvelle version ne soit pas WR ou AW.

    Il ne faut pas oublier qu’il est léger, petit, se fait oublier sur le K1 et est efficace.

    Bonne journée à tous.

    • Valia
      10 février 2019 at 14 h 07 min

      Je partage globalement votre avis. Le nouveau 35/2 est une mise à jour très bien équilibrée à mes yeux.

  • fred00
    18 février 2019 at 19 h 23 min

    Bonsoir Valia.
    Je partage pratiquement tous les points de l’analyse, sauf la chromie, qui sur mon exemplaire tire un peu sur le jaune. , ce qui donne un rendu un peu tristounet, mais corrigeable. Pour le reste, il fait le job.
    Mon exemplaire date d’une dizaine d’année, acheté neuf en dessous de 350 €, avant que Pentax ne décide brutalement d’en doubler le prix.
    Une partie de la production est sortie sous le nom Schneider-Kreuznar D-Xenon pour les reflex Samsung clones des K10-K20 ( il n’y avait que 2 focales fixes, ce 35 mm et le 100 mm macro ) .
    Le retour d’une version à un prix plus basique est une excellente nouvelle pour les possesseurs de K-1

    • Valia
      19 février 2019 at 0 h 26 min

      Merci pour ces précisions.