[Test] Objectif Sigma 85 mm f/1.4 EX DG HSM

La prise en main du Sigma 85 mm f/1.4 EX DG HSM a été effectuée avec un boîtier Pentax K-1

 

Il y a quelques années, Sigma a sorti un 85 mm en monture K. qu’il soit discontinué, on peut encore le trouver, parfois neuf, souvent en occasion. La focale 85 mm est fort apprécié par de nombreux photographes en studio. Certes, cet objectif est utilisable pour bien d’autres pratiques, mais c’est sans doute un de ses domaines de prédilection. À l’heure où le Pentax homonyme ne semble toujours pas au catalogue, les photographes souhaitant disposer d’un petit téléobjectif 85 mm, peuvent-ils envisager l’achat de ce modèle ?

Ayant pu disposer de ce Sigma 85 mm f/1.4 récemment, tentons d’apporter des éléments de réponse.

Présentation du Sigma 85 mm f/1.4 DG EX HSM

Son poids de quelque 700 gr reste raisonnable, même associé au K-1, le tout formant un ensemble relativement bien équilibré. Ce qui est important lors des prises de vues, en extérieur ou en studio. Son ouverture est de F1,4 avec une focale de 85 mm pour un plein format. Cela tombe bien, cet objectif a été conçu pour les FF principalement, même s’il est utilisable en APC-S (boîtier de type APS-C ou FF en mode APS-C).

À ce jour, avec le FA★ 85 f/1.4, ce Sigma est un des rares 85 mm autofocus disponibles pour le Full Frame de Pentax. Ricoh Imaging prévoit la sortie un jour prochain d’un 85 f/1.4, mais on ne sait pas quand. Cela pourrait être l’année prochaine… ou dans 3 ans.

Prise en main

Le design extérieur commence à dater. Il s’agit en effet d’un vieux design Sigma, aujourd’hui démodé, avec un revêtement de type « caoutchouc ». Il n’empêche que la qualité de construction est bonne, sans jeu au niveau de la bague de mise au point.

Sigma 85 f/1.4 avec son pare-soleil
Sigma 85 f/1.4 avec son pare-soleil

 

Cette dernière est assez large, ce qui ne gênera pas les utilisateurs, bien au contraire. Il s’agit d’une bague d’apparence crantée, qui reste suffisamment agréable au toucher. Sans parler de raideur, la rotation est ferme, mais douce, sans à coup. L’ampleur de la rotation est de l’ordre d’une centaine de degrés.

Côté technique

Caractéristiques techniques (cliquer pour voir)
SIGMA85mm F1,4 EX DG HSM
Lentilles
Focale85mm
Equivalent 35mm sur un APS-Cenv.130mm
Angle de vueNC
Ouverture maximalef/1.4
Ouverture minimalef/16
Diaphragme9 lamelles
Lentilles11
Groupes8
Distance minimale de mise au point0,85m
Stabilisation OptiqueNon
(stabilisation mécanique sur le boitier)
QuickshiftOui (version Sigma)
MoteurHSM
Autres
Diamètre filtre77mm
TropicaliséNon
Poids0,725kg
Dimensions84,7 x 87,6mm
AccessoiresBouchons avant et arrière, Pare-soleil, Etui
Compatible FFOui, Objectif Full Frame

Le Sigma 85 mm utilise des verres de type SLD. Une technologie maintenant ancienne, qui a été remplacée chez Sigma. Cela ne veut pas dire que la verrerie est de mauvaise qualité, juste que les normes de construction ne sont pas récentes. Et donc que les résultats obtenus refléteront les choix technologiques d’une époque. Les lentilles asphériques sont moulées. Un traitement spécifique a été appliqué afin de limiter les effets de lumières parasites, de type flare. Il s’agit d’un traitement multicouche, comparable à ce que Pentax proposait avec le traitement SMC.

Doté du moteur HSM, cet objectif se montre silencieux et assez rapide. On regrettera l’absence de bague de réglage du diaphragme.

[update 23/01/2017]Une fonctionnalité similaire au Quickshift de Pentax (retouche manuelle de la MAP en mode AF) est disponible sur cet objectif selon la documentation Sigma, confirmé par un de nos lecteurs. Malheureusement, sur l’exemplaire à notre disposition, il n’était pas possible de rectifier manuellement la MAP en mode AF.

À noter qu’il ne s’agit pas d’un objectif « tout temps », ce qui n’est pas forcément utile si son usage est le studio.

Côté optique

PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle.

A noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

Images de test

Toutes les photos utilisées pour les tests du Sigma 85 mm ont été prises en RAW (PEF ou DNG) et, sauf mention explicite, n’ont pas été développées (brut capteur) ou retouchées.

f/1.4
Sigma-85 - f/1.4
Sigma-85 - f/1.4
Sigma-85 - f/1.4 - extrait
Sigma-85 - f/1.4 - extrait
f/2
Sigma-85 - f/2
Sigma-85 - f/2
Sigma-85 - f/2 - extrait
Sigma-85 - f/2 - extrait
f/2.8
Sigma-85 - f/2.8
Sigma-85 - f/2.8
Sigma-85 - f/2.8 - extrait
Sigma-85 - f/2.8 - extrait
f/4
Sigma-85 - f/4
Sigma-85 - f/4
Sigma-85 - f/4 - extrait
Sigma-85 - f/4 - extrait
f/5.6
Sigma-85 - f/5.6
Sigma-85 - f/5.6
Sigma-85 - f/5.6 - extrait
Sigma-85 - f/5.6 - extrait
f/7.1
Sigma-85 - f/7.1
Sigma-85 - f/7.1
Sigma-85 - f/7.1 - extrait
Sigma-85 - f/7.1 - extrait
f/9
Sigma-85 - f/9
Sigma-85 - f/9
Sigma-85 - f/9 - extrait
Sigma-85 - f/9 - extrait
f/13
Sigma-85 - f/13
Sigma-85 - f/13
Sigma-85 - f/13 - extrait
Sigma-85 - f/13 - extrait
Aberrations chromatiques et flare

Il a été compliqué de trouver des aberrations chromatiques. C’est dans les feuilles des arbres, avec un soleil oblique que le phénomène a été principalement constaté, ainsi que dans les coins en condition de forts contrastes. Ce qui ne devrait pas arriver tous les jours. Mais rien de gênant et qui ne puisse se corriger avec les outils adéquats. Il s’agit là d’une vraie bonne surprise.

Le flare, et c’est la deuxième bonne surprise, ne se fait sentir que dans des conditions particulières. Même avec des photos avec le soleil presque de face, ce phénomène est restreint. Il est plus que possible que le pare-soleil joue bien son rôle. Mais sa focale de 85 mm n’y est pas étrangère, ainsi que sa construction optique. La lentille frontale à faible dispersion, avec son revêtement SLD, remplit son rôle parfaitement.

Vignettage

Le vignettage est sans doute le point faible de cet objectif. Quelle que soit l’ouverture, il est présent. Certes, il s’estompe dès qu’on ferme un peu (f/2.8), mais un cercle qui fonce les coins de l’image est permanent. On notera que ce vignettage est propre et harmonieux. Il ne fait pas de coins sombres. Très souvent, il permet de mieux mettre en avant la partie centrale de l’image.

Sigma-85 - Vignetage 1Sigma-85 - Vignetage 2

ouverture f/1.4 – à gauche vignettage non corrigé, à droite, correction avec Lr

Avec un APS-C, ce phénomène de vignettage ne se fait pas sentir.

Distorsion

La distorsion est légèrement perceptible, mais facilement corrigible. Elle n’est en aucune façon problématique. C’est particulièrement flagrant sur les visages où, par exemple, le nez ne paraîtra pas élargi à grande ouverture. Cette absence de distorsion dans les perspectives dans le cadre de portrait est très appréciable, surtout pour un objectif dont la destination première est justement la pratique du portrait.

Homogénéité et netteté de l’image

On constate que l’homogénéité est plutôt bonne au centre, mais qu’elle se dégrade dès qu’on s’approche des bords. C’est flagrant à f/1.4 et, dès que l’on ferme, elle gagne du terrain. Néanmoins, l’image manque de piqué. . De f/1.4 à f/2.8, cela se ressent facilement, surtout si la mise au point s’est effectuée sur un sujet proche. Dès que l’on ferme un peu, l’image prend de la consistance. La netteté autour du point focus est très bonne de f/4 à f/7.1, seuil à partir duquel elle recommence à se diluer. À partir de f/13, l’image perd nettement de son intérêt, jusqu’à devenir mollassonne.

Bokeh

Le bokeh est agréable, avec des transitions douces. Les 9 lamelles arrondies du diaphragme apportent une homogénéité intéressante à l’ensemble.

ouverture f/1.4
ouverture f/1.4
ouverture f/2
ouverture f/2
ouverture f/2.8
ouverture f/2.8
ouverture f/5.6
ouverture f/5.6

Tarif et Concurrence

Cet objectif n’est plus fabriqué par Sigma depuis longtemps. Et pour le moment, Sigma ne donne pas officiellement de signes de retour vers la monture K. Certaines échoppes l’on peut-être encore en stock, mais c’est exceptionnel. Vous avez plus de chances de le trouver en occasion.

Ce n’est pas chez Sigma qu’on trouvera la concurrence, ni chez Tamron. Mais chez Pentax. Si vous utilisez un APS-C, le vrai concurrent sera le DA* 55/1.4. Pour certains, la formule optique employée serait dérivée du FA 85/1.4 (possible mais peu importe). Monté sur un APS-C, il aura presque le même champ visuel d’un 85 mm. Si vous utilisez un FF, toujours pas d’annonce de D-FA 85. Même si cela ne devrait plus tarder désormais, il vous reste le FA 77/1.8 ltd ou le FA 85, qu’on peut trouver en occasion. À des prix stratosphériques malheureusement.

 

Conclusion

Au moment d’apporter une conclusion, il est difficile de donner un avis tranché.

Cet objectif souffre d’imperfections comme son vignettage et un manque de piqué général. Ce qui explique une note plus faible. Mais ce qui est considéré comme des imperfections pour de nombreux utilisateurs peut se révéler être des avantages pour d’autres. En studio, pouvoir profiter d’un objectif qui ne remonte pas tous les problèmes de peaux ou de poils peut s’avérer précieux. Quant au vignettage, ce dernier reste harmonieux. À moins de 500 € en occasion, nous considérons qu’il s’agit d’une très belle affaire, surtout que le futur concurrent coté Pentax risque d’être nettement plus coûteux. Et dont il s’avère, de toutes les façons, une alternative très crédible.

 

Ce qui est bienCe qui est moins bien
  • Un vrai 85 mm avec une ouverture maximale à f/1.4
  • Des aberrations chromatiques bien maîtrisées
  • La netteté et le contraste homogènes
  • Une conception ancienne qui se ressent en terme de rendu et de piqué.
  • Un vignettage permanent

Note technique

Construction et finition4La construction est ancienne et cela ressent dans les matières utilisées
Prise en main et ergonomie7De petits détails qui enlèvent quelques points
Spécifications (technique)9Un moteur, une focale fixe et une grande ouverture
Qualité image (homogénéité, netteté et distorsion)18Un secteur où il est souvent mis en défaut pour les ouvertures inférieures à f/2.8
Qualité optique (AC, flare, vignettage) 28Des traitements optiques anciens qui ne sont pas à la hauteur des capteurs numériques des années 2020
Note globale66/100

 

Galeries

 

1/125s - f/7 - ISO 320
1/125s – f/7 – ISO 320
1/800s - f/1.8 - ISO 100
1/800s – f/1.8 – ISO 100
1/600s - f/8 - ISO 2000
1/600s – f/8 – ISO 2000
1/2500s - f/8 - ISO 2000
1/2500s – f/8 – ISO 2000

 

Iconographie by fyve – cliquez sur les photos pour agrandir

  • Grosbill01
    23 janvier 2017 à 0 h 28 min

    Merci pour ce test.
    J’y retrouve bien mon objectif préféré tant sur le K-3 que le K-1.

    J’apprécie beaucoup sa qualité de construction. A noter, c’est l’un des derniers objectifs conçus juste avant le lancement des nouvelles gammes Art, Sport et Contemporary.

    Une petite correction : cet objectif offre bien le QuickShift. Je l’utilise régulièrement.
    C’est d’ailleurs indiquer dans la doc : « Cet objectif permet la mise au point manuelle, même en mode autofocus … vous pouvez retoucher la mise au point manuellement après que l’objectif ait fait la mise au
    point automatiquement »

    • F.
      23 janvier 2017 à 22 h 54 min

      Je prends note et une correction va être apportée. Sur mon exemplaire, le quickshift version Sigma n’était pas opérationnel, d’où mon commentaire sur du vécu.