[TEST] Pentax DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM

Le test de l'objectif Pentax DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM a été effectué avec un Pentax K-3 II.

 

Le Pentax DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM fait partie des objectifs « grand public » que tout constructeur se doit de posséder dans sa gamme. Il s’agit généralement d’objectifs présentant des caractéristiques, sans doute pas révolutionnaires, mais aptes à offrir des performances d’un niveau acceptable pour un prix généralement « modéré ».

Ce zoom est compatible avec tous les boîtiers Pentax à capteur APS-C depuis le K10D (avec la dernière version du firmware 1.30 et plus). Cette limitation est due à la motorisation SDM. Si on le monte sur un boîtier de génération antérieure (ex. *Ist), la mise au point bascule automatiquement en mode manuel.

Présentation de l’objectif DA 18-270 mm

Dans la gamme Pentax pour capteur APS-C, ce zoom occupe une place particulière, comme d’ailleurs sont particulières ses caractéristiques (voir ci-après).

Il est de conception Tamron et a été « rebadgé » Pentax. Passons sur les éléments « cosmétiques » : chaque marque a sa propre personnalisation. Par exemple, dans la version Tamron, le liseré sur le fût est doré alors qu’il est vert dans la version Pentax. Ceci est anecdotique.

En revanche, les éléments de la conception sont bien les mêmes (y compris les lentilles d’origine Tamron). Ainsi, on note la présence d’un bouton/curseur « lock » permettant de verrouiller l’objectif à sa plus courte focale. Sur ce plan, et comme on l’a évoqué à l’occasion d’autres tests, on aurait pu souhaiter un blocage possible à toutes les focales. Mais ce n’est qu’un rêve.

Curseur « Lock » pour verrouiller l’objectif à la focale minimale

 

Dans la gamme Pentax, c’est le seul zoom d’une telle amplitude : 15 fois (18×15=270) ! Ce qui signifie que l’on passe d’un grand angle de 18 mm (soit environ 27,5 mm en équivalent 24×36) à un téléobjectif de 270 mm (environ 414 mm en équivalent 24×36). Quasiment tous les domaines de la photo s’ouvrent alors à lui. Du moins en théorie ! Nous verrons ce qu’il en est d’un point de vue pratique.

En tout état de cause, on ne rencontre des amplitudes plus grandes que sur certains « bridges » (jusqu’à 60x voire 80x et même plus) et quelques exceptions pour APS-C telles que le Tamron 18-400mm f/3.5-6.3 et le Sigma 18-300mm f/3.5-6.3.

Le DA 18-270mm monté sur le boîtier K-3 II

Prise en main

La construction

La construction de ce Pentax 18-270 mm est bonne sans être exceptionnelle pour le prix. Les différentes indications disponibles (distance de mise au point, focale,…) sont bien nettes. À noter que ce zoom ne dispose pas d’une bague de diaphragme : celui-ci – 7 lamelles rondes – sera donc contrôlé par le boîtier. La finition, bien dans le style Pentax, est tout à fait correcte.

La baïonnette est métallique et s’adapte parfaitement sur la platine du boîtier.

La baïonnette du DA 18-270mm

 

Les bagues

La bague de changement de focale est large et son fonctionnement est agréable : on ne rencontre pas d’à-coups comme cela arrive parfois avec d’autres zooms. Sa fermeté est suffisante pour éviter les modifications intempestives.

La bague de mise au point, située à l’avant, est nettement plus étroite. Son fonctionnement est très souple et sa course très – voire trop – courte. Le pare-soleil, de forme tulipe, légèrement évasé, s’enclenche sans difficulté. PentaxKlub recommande toujours d’utiliser le pare-soleil, en toutes circonstances, ne serait-ce que pour servir de première protection à la lentille frontale. Il ne provoque bien sûr aucun vignetage.

Le poids de l’objectif (453 g) est modéré et ne constitue jamais un inconvénient : ce zoom s’équilibre parfaitement sur le K-3 II utilisé pour le test.

On notera que l’objectif s’allonge considérablement en zoomant :

DA 18-270mm en position 270mm
Le DA 18-270mm en position "270mm" sur K-3 II
Le DA 18-270mm en position « 270mm » sur K-3 II
Focales et ouvertures

On pourrait considérer qu’une focale maximale de 270 mm constitue un bon début pour de la photo animalière : elle correspond à un champ cadré par un 414mm en format 24×36.

Mais, dès 160mm de focale, l’ouverture maximale n’est que de f/6.3, ce qui ne rend pas facile la mise au point AF en basse lumière (sous-bois, par exemple). Il faudra alors passer en mise au point manuelle. Oui, mais là aussi le bât blesse : la course de la bague de mise au point est très courte comme dit plus haut. Cela ne manquera pas de compliquer singulièrement la mise au point, le moindre dixième de degré de rotation risquant de provoquer un décalage de la MaP. Ajoutez à cela qu’à 270 mm de focale le moindre mouvement provoquera un flou de bougé difficilement rattrapable.

On en conclura que la photo animalière avec ce zoom se limitera à des sujets pris en bonne lumière. En tous cas si l’on souhaite une qualité acceptable.

Prise en main et ergonomie : 8

Le DA 18-270 côté technique

Ces caractéristiques techniques sont résumées dans le tableau ci-après - (cliquer)
PENTAX DA 18-270mm f/3.5-6.3 ED SDM 
Focales couvertes18mm - 270mm
(équivalent en format 24x36 : 27,5mm - 414mm
Ouvertures maximale / minimaleà 18mm : f/3.5 à f/22
à 270mm : f/6.3 à f/45
Angle de champ76° (18mm) - 6° (270mm) sur boîtier APS-C
Formule optique16 éléments / 13 groupes
dont 2 lentilles en verre ED (ExtraLow Dispersion)
Diaphragme7 lamelles (arrondies)
Distance minimale de Mise au Point0,49m
Grandissement0.26x
Dimensions (L x D)89mm / 75,8mm
Poids453g
Diamètre de filtre62mm
Protection tous tempsNon
Quick ShiftNon
Accessoires fournisBouchons avant / arrière
Pare-soleil
Date de lancement11/09/2012
La formule optique
DA 18-270 - Formule optique
Formule optique (© Ricoh Imaging)

 

Les objectifs comportent couramment des lentilles à faible dispersion (ED) et des lentilles asphériques. Ces dernières  ont pour rôle d’améliorer les performances mais aussi elles permettent de remplacer plusieurs lentilles « sphériques ». Ce qui est intéressant dans le cas des zooms qui comportent un grand nombre de lentilles : en effet, en réduisant le nombre de lentilles, on réduit aussi les coûts de fabrication (donc le prix final) et on allège l’objectif.

Ce DA 18-270 comporte aussi une lentille en verre à dispersion anomale. On dit bien « anomale » (et pas anormale !). Si l’on se réfère à un dictionnaire on apprend que ce qui est « anomal » est ce qui est exceptionnel, qui s’écarte de la règle générale. Explication rapide : la lumière bleue (courte longueur d’onde) se propage moins vite dans un milieu transparent que la lumière rouge (grande longueur d’onde). Le résultat est qu’elle est davantage déviée que la lumière rouge. C’est pour corriger ce phénomène qu’une telle lentille a été incorporée à la formule optique. Ainsi, on lutte mieux contre les aberrations chromatiques.

Ouverture variable

Comme de coutume avec les zooms à ouverture variant avec la focale, ce Pentax 18-270 mm voit aussi son ouverture maximale varier. Cette évolution se traduit ainsi (les focales sont approximatives) :

  • 18 mm à 22 mm : f/3.5
  • 22 mm à 34 mm : f/4
  • 34 mm à 63 mm : f/4.5
  • 63 mm à 160 mm : f/5.6
  • 160 mm à 270 mm : f/6.3

On constate une évolution rapide de cette ouverture maximale et on ne peut pas s’empêcher de penser que f/6.3 dès 160 mm, ce n’est pas très « glorieux » !

Le DA 18-270 dispose d’un moteur SDM pour la mise au point, ce qui est appréciable.

Construction & Finition : 4

Spécifications (techniques) : 3

Côté optique

PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont le fruit d’une analyse visuelle.

À noter que pour tout objectif, même le meilleur, il est toujours possible d’obtenir des imperfections visuelles (et plus particulièrement avec les AC et le flare), quelles que soient la focale et/ou l’ouverture.

Images

Toutes les photos ci-dessous ont été prises en RAW et n’ont pas été retouchées (simple redimensionnement et ajout de filigrane).

18 mm105 mm190 mm270 mm
18mm / OuverturesImage entièreExtrait 100%
f/3.5 (P.O.)
f/5.6
f/8
f/11
f/16
f/22
105mm / OuverturesImage entièreExtrait 100%
f/3.5Sans objetSans objet
f/5.6 (P.O.)
f/8
f/11
f/16
f/22
190mm / OuverturesImage entièreExtrait 100%
f/3.5Sans objetSans objet
f/6.3 (P.O.)
f/8
f/11
f/16
f/22
270mm / OuverturesImage entièreExtrait 100%
f/3.5Sans objetSans objet
f/6.3 (P.O.)
f/8
f/11
f/16
f/22

 

On notera que dès f/11, à toutes les focales testées, la netteté baisse de façon sensible en raison de la diffraction. Bien entendu, cela s’aggrave à f/16 et f/22

Aberrations chromatiques et flare

Tout objectif est susceptible de produire des aberrations chromatiques (AC) et du flare.

Les AC apparaissent sous forme d’une frange violette, désagréable à l’œil. Elles se forment quand les 3 couleurs de la lumière blanche (Rouge, Vert et Bleu) traversent une lentille, se séparent et ne se rejoignent pas au bon endroit pour produire une image nette. Le flare se manifeste dans certaines conditions de lumière, comme, par exemple, quand le soleil envoie ses rayons en biais sur l’objectif.

C’est pourquoi nous préférons juger un objectif dans des situations d’images courantes et non exceptionnelles.

Nos images de test n’ont fait apparaître aucune aberration chromatique, ce qui est remarquable, sans doute, mais probablement aussi imputable aux conditions du test.

Cela étant, dans des conditions différentes, nous n’en avons relevé que d’assez faibles – quoique visibles -, très faciles à corriger en Post-Traitement (voir images sur l’homogénéité à 18 mm).

On sait que, si l’on cherche et trouve les conditions propices, tout objectif peut générer du flare. Cependant, il ne nous a pas été possible de juger ce critère : les conditions de prise de vue ne favorisaient pas l’apparition de flare.

Netteté et piqué

Netteté et piqué sont, dans l’absolu, de bonne qualité, surtout pour un zoom de cette amplitude, Le DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM le doit probablement à la présence de 2 lentilles en verre à faible dispersion (ED) dans sa formule optique.

On notera, cependant, une baisse de qualité certaine au-delà de 200 mm et s’accentuant légèrement en approchant de la focale maximale : c’est fréquent avec ce type d’objectifs.

Par ailleurs, et à toutes les focales, la diffraction se fait nettement ressentir (perte de netteté) dès f/11, sur tout le champ.

Homogénéité

L’homogénéité centre/bords, sans être optimale, reste tout à fait correcte. La perte de définition n’est pas considérable, mais elle existe, tout particulièrement sur le bord gauche de l’image, à toutes les focales testées. Cette « faiblesse » sur le bord gauche pourrait révéler un défaut de centrage des lentilles sur l’exemplaire testé.

On notera aussi quelques aberrations chromatiques sur les bords, relativement faciles à corriger.

Toutes les images ci-dessous, sans retouche et seulement recadrées, ont été prises à f/8.

FocalesAu centreBord gaucheBord droit
18mm
105mm
190mm
270mm
Distorsion

C’est un des points les plus négatifs de ce test : la distorsion produite par ce zoom est énorme et, qui plus est, variable : elle passe de barillet à coussinet en changeant de focale. Qu’on en juge par les images ci-dessous :

Distorsion Pentax 18-270mm à 18mm f/3.5
Distorsion Pentax 18-270mm à 37mm f/4

 

Et, plus gênant, cette distorsion est visible, sur les sujets sur lesquels elle apparait plus facilement (géométriques) sur toute l’amplitude focale.

À titre de comparaison, voici la distorsion produite à la plus courte focale et sur le même sujet par le DA 55-300 mm f/4-5.8 (version non HD), autre zoom Pentax de grande amplitude :

Distorsion Pentax 55-300mm à 55mm f/4
Distorsion Pentax 55-300mm à 55mm f/8

 

La distorsion du DA 18-270 mm sera très difficile à corriger. Dès lors, on conseillera d’éviter, autant que faire se peut, les focales les plus courtes et/ou les sujets sur lesquels cette distorsion sera la plus visible (sujets architecturaux, par exemple).

Bokeh

Le Pentax DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM donne des bokehs corrects aux plus grandes ouvertures. Mais chacun sait que la qualité d’un bokeh dépend de beaucoup de facteurs et que l’optique elle-même n’est qu’un de ces facteurs. Si focale et ouverture sont des éléments importants dans l’obtention d’un bokeh harmonieux, la distance de mise au point et la distance séparant le sujet du fond ne doivent pas pour autant être occultées.

Pour ce Pentax, on apprécie mieux le bokeh qu’il produit à la distance minimale de mise au point (0,49 m) et à la plus grande focale.

Pentax K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 270mm f/6.3 – 1/125s – ISO 200
Pentax K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 270mm f/6.3 – 1/500s – ISO 200

Et, toujours à la focale maximale (sujet à 5 m environ, fond à l’infini)

 

Qualité image (homogénéité, netteté et distorsion) : 20

Qualité optique (AC, flare, vignettage) : 27

Tarif et Concurrence

À la date de ce test, le Pentax DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM est vendu au prix officiel de 699 €. On peut cependant, selon les fournisseurs, le trouver à un prix bien moindre, inférieur à 600 €. En monture Pentax K, il se heurte à 4 concurrents sur le marché des objectifs neufs disponibles :

  • SIGMA 18-200 mm f/3.5-6.3 DC Macro HSM Contemporary Pentax – vendu 329 €
  • le SIGMA 18-250 mm F3.5-6.3 DC MACRO OS HSM pour PENTAX – vendu 399 € sur le site de Sigma.
  • le SIGMA 18-300 mm F3.5-6.3 DC MACRO OS HSM Contemporary vendu 569 € sur le site de Sigma.
  • PENTAX 18-135 mm f/3.5-5.6 AL (IF) DC WR  – 449 €

Ce dernier a une amplitude focale bien moindre. Toutefois, bien des utilisateurs lui attribuent une qualité d’image supérieure. Il a fait l’objet d’un test par PentaxKlub.

 

Conclusion

Le Pentax DA 18-270 mm f/3.5-6.3 ED SDM est un zoom-télé « omni-valent ». Comme toujours en pareil cas, il n’est jamais ni très bon, ni très mauvais. Les images qu’il produit peuvent, selon les conditions de prise de vue, présenter des caractéristiques très agréables (piqué, bokeh), mais aussi des « défauts » rédhibitoires (distorsion). Son amplitude focale lui permet de rester « vissé » sur le boîtier pour une grande variété de situations, mais il serait déraisonnable d’en attendre le meilleur en toutes circonstances.

 

Ce qui est bienCe qui est moins bien
  • L’amplitude focale : elle permet de partir léger, sans avoir à changer d’objectif
  • la maniabilité (poids et encombrement bien contenus)
  • l’homogénéité globale
  • la qualité de construction très correcte
  • La distorsion « monstrueuse »
  • L’ouverture variable
  • L’amplitude focale : une telle amplitude ne permet pas des images de grande qualité en toutes circonstances
  • Un prix nettement plus élevé que celui de ses concurrents d’amplitude focale voisin

Note

Prise en main et ergonomie8La prise en main est très correcte (poids d’un peu plus de 400g seulement). En revanche, ce zoom s’allonge considérablement en montant les focales.
Construction et finition4Construction correcte. Finition typiquement Pentax (liseré vert, revêtement des bagues)
Spécifications (technique)3Si sa distance minimale de mise au point est intéressante (49cm), ce zoom n’est pas tropicalisé et n’est pas équipé du « quick-shift ».
Qualité image (homogénéité, netteté et distorsion)27Homogénéité et netteté sont tout à fait correctes. Quant à la distorsion, elle est carrément « monstrueuse » surtout à 18mm. Malheureusement elle reste présente sur toute l’amplitude focale.
Qualité optique (AC, flare, vignettage)20Les AC et le flare sont correctement contenus. Le vignettage, un peu fort à pleine ouverture et courte focale, disparaît ensuite en diaphragmant d’un cran ou 2.
Note globale62/100

 

Galeries

Pentax K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 210mm f/9 – 1/40s – ISO 200
Pentax K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 210mm f/6.3 – 1/160s – ISO 200
K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 270mm f/8 – 1/250s – ISO 200
Pentax K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 270mm f/10 – 1/125s – ISO 200
Pentax K-3 II + Pentax DA 18-270mm à 270mm f/8 – 1/1000s – ISO 200

 

Crédit photos : © Micaz – Les images sont la propriété de l’auteur (sauf précision) – Cliquez pour agrandir