[Test] Ricoh GR III

GR III - vue avant

Présentation du Ricoh GR III

La première impression du GR III est qu’il est vraiment petit et compact. En effet, par rapport au GR II, il a perdu 2 mm en hauteur et épaisseur et 8 mm en largeur. La seconde impression est que, relativement à sa taille, il est plus lourd qu’attendu. Il a gagné 6 grammes, avec 227 grammes. Quand on l’a dans la paume de la main, on sent que ce n’est pas un gadget en plastique.

Le design du GR III a évolué par rapport à son prédécesseur. Il s’est épuré. C’est un parallélépipède parfait, le bossage du capot supérieur a disparu. Les boutons de commandes restent pratiquement inchangés. Mais sur la façade arrière, ils sont plus simples et très peu proéminents. Le bossage arrière de prise en main est plus discret. Toute la partie droite de l’appareil est recouverte d’un caoutchouc granité antidérapant très agréable et efficace.

Extérieurement la différence marquante est un écran plus grand de rapport 3/2 et non plus 4/3, mais surtout tactile. À l’intérieur, les différences sont encore plus notables, le GR III est équipé d’un capteur CMOS de 24,79 Mpx pour 24,24 Mpx utiles, produit par Sony, et d’un AF hybride.

Le GR III comporte 3 points d’ancrage pour courroie et dragonne. Du jamais vu, moins gadget que l’on pourrait être tenté de croire. Avec une courroie de cou, on peut l’accrocher de façon classique, en position horizontale, ou bien verticalement, la poignée vers le haut.

 

GR III - vue avant
GR III – vue avant

 

Caractéristiques techniques

Caractéristiques techniques (cliquer pour voir)
TypeCompact numérique
CapteurCMOS APS-C env. 24,79 mégapixels (24,24 effectifs)
SensibilitéAuto, AUTO-HI (ISO Maximum/ ISO Minimum sélectionné), ISO Manuel 100 – 102400
Objectif18,3mm (équiv. 28mm en format 35mm)
6 éléments (dont 2 éléments asphériques) en 4 groupes
Plage d’ouvertureDe 2,8 à 16
Mise au point (distance minimale)Normale : 0,1m
Macro : approx. 0,06m ~0,12m (grossissement maxi : 0,2x)
Réducteur de bougésur 3 axes
AutofocusTTL hybride par détection de contrastes et corrélation de phase
Modes : AF Multi, AF Spot, AF précis, Suivi du sujet AF, MF, Snap, infini, priorité reconnaissance des visages , AF continu
Ecran3.0 pouces - translucide TFT couleur LCD (environ 1 230 000 points)
Obturateur1/4000-300 sec., Pose B, expo minutée 10sec - 20m
ExpositionMesure multizone, centrale pondérée, spot et pondérée hautes lumières
(correction possible de +4 IL à -4 IL par 1/3 de valeur)
Modes de prise de vueAuto, Programme, Priorité Ouverture, Priorité Vitesse/Ouverture, Manuel, Vidéo, Mode « User » (molette)
Flashnon incorporé
Viseur optiqueEn option (GV-1 ou GV-2)
InterfacesUSB 2.0, HDMI (port micro HDMI), NTSC/PAL (Video)
Wi-FiNorme : IEEE 802.11b/g/n (HT20) (Protocole réseau sans fil standard)

NFCNormes ISO/IEC14443 TypeA, ISO/IEC14443 TypeB, JIS X 6319-4 (Sélectionné automatiquement)
Format des fichierPhoto : JPEG, RAW (DNG).
Video : MPEG-4 AVC/H.264
Mémoire interne2 Gb
Cartes mémoire compatiblesSD/SDHC, SDXC
AlimentationBatterie rechargeable DB-110 lithium-ion
Autonomie (avec batterie rechargeable lithium-ion)Photo : env. 200 photos
Mode lecture : env. 180 min
Vidéo : env. 45 min.
Dimensions/poids6,19cm (H) x 10,9cm (L) x 3,32cm (P) – 227g boitier nu, 257g avec batterie et carte
Accessoires fournis- Batterie rechargeable DB-110 (1350 mAh)
- Chargeur secteur USB AC-U1
- Câble USB
- CD Logiciel
- Dragonne
- Cache-griffe flash
Accessoires optionnels- courroies de cou ST-2 et GS-3
- déclencheur externe CA-3
- viseurs GV-1 GV-2
- convertisseur 21mm GW-4
- étuis souples GC-9 et GC-10
- lens adapter GA-1
- ring cap GA-1
- flash AF 201 FG
(données Ricoh)

 

Prise en main

Le GR III confirme les bonnes sensations produites par le GR II, aussi bien par sa construction très soignée que son ergonomie encore plus raffinée. L’écran tactile ajoute beaucoup au confort de la visée par les possibilités de choix de la mise au point. Il permet cadrage et mise au point très rapides, facilités par la tenue possible du GR III du bout des doigts. Les commandes arrières ont été redistribuées et sont à commandes multiples : ADJ/+- permet ainsi contrôle de l’image et compensation, Disp permet les affichages de lecture, Fn est personnalisable – en AF par le bouton en parallèle avec le déclencheur – AF+AE. Le joystick permet de gérer la proxiphoto, les ISO, la balance des blancs, les modes de déclenchement et le défilement des images en lecture en actionnant la couronne. Il est possible de gérer les diverses options de recadrage automatique (28, 35 ou 50 mm) sachant que le GR III génère alors des JPEG de 15 Mpx en 35 mm et 7 Mpx en 50 mm. Le GR III est équipé d’une fonction « reconnaissance de visage » qui fait automatiquement le point sur les visages.

On retrouve également la fonction Snap, qui permet de prérégler une distance de mise au point et de déclencher très rapidement sans faire la MaP, comme au « bon vieux temps » de l’hyperfocale. On dispose également d’un filtre ND, de manière manuelle ou automatique.

Astuce très pratique : Par une pression longue sur le bouton de lecture, on met en marche la lecture (logique). Le bouton DISP permet de choisir tous les modes de lecture, Fn de gérer la suppression d’image, et MENU de gérer tous les menus, sans tout mettre en marche (l’objectif ne sort pas). Ce qui laisse l’objectif protégé et épargne (un peu) la batterie.

 

GR III - vue arrière
GR III – vue arrière

 

Viseur

On peut regretter l’absence de viseur intégré, optique ou électronique, il faudra greffer un GV-1 optique ou GV-2 sur la griffe porte-accessoires. L’avantage, c’est que cela permet au boîtier de conserver sa faible hauteur. L’écran tactile rend cette absence moins gênante. Sauf par grand soleil cependant, encore que l’on puisse très bien faire des photos d’une seule main dès que le point est fait. L’autre main pouvant servir à faire de l’ombre à l’écran.

 

Batterie

La source d’énergie est une batterie DB-110 de 1350 mAh, qui autorise une autonomie (inférieure à celle du GR II) oscillant autour des 200 vues. Une deuxième batterie est à prévoir, le chargeur externe (en option) peut être envisagé.

 

On ressent fortement avec ce Ricoh GR III le caractère marqué d’outil pensé pour être efficace. Ainsi retrouve-t-on sur le dessus, à droite de la griffe porte-flash :

  • Le bouton d’alimentation ON/OFF qui s’illumine en position « ON »,
  • Le déclencheur (touche large)
  • La molette des modes, verrouillée par défaut. Cette molette comporte aussi 3 modes « USER » (utilisateur) nommés U1, U2 et U3. Le mode « vidéo » est séparé.
  • Le mode vert « prise de vue » a disparu.
GR III - vue du dessus
GR III – vue du dessus

 

Bien entendu, nous ne détaillerons pas, ici, toutes les nombreuses possibilités offertes par cet appareil. Si vous craquez pour ce séduisant bloc-notes, lire attentivement le manuel de l’appareil ne sera pas du temps perdu. Ce compact propose de très nombreuses fonctionnalités qui, bien entendu, demandent quelques efforts d’apprentissage pour les maîtriser.

Le GR III offre de larges possibilités de personnalisation.

 

Ergonomie

Les différentes commandes tombent naturellement sous les doigts. La seule difficulté est de bien connaître leurs fonctions. Mais dès lors que l’on a fait cet effort, on est frappé par la logique et la facilité de leur mise en œuvre. De même le passage par les menus est agréable : les options présentent une logique évidente, constante chez Ricoh/Pentax, qui permet de savoir sans ambiguïté ce que l’on est en train de modifier.

Malgré la petite taille de l’appareil, il est facile à prendre en mains. On arrive assez facilement à le tenir de la seule main droite. L’index pour le déclencheur (et même la mise en marche et l’arrêt) le majeur et l’annulaire pour la tenue avant, le petit doigt sous le boîtier et le pouce à l’arrière (voir les photos ci-dessus). L’index de la main gauche pour désigner la situation de la MAP (mise au point) sur l’écran tactile. Les « grandes paluches » éprouveront peut-être quelques difficultés. Le petit bouton de blocage de la molette des modes peut poser un réel problème. Le seul défaut incontournable du GR III est qu’il demande à être droitier !  Mais à ce jour aucun appareil photo n’échappe à la dictature des droitiers.

 

Particularité

Le GR III offre la possibilité de photographier à 35 mm et 50 mm. Dans le Menu >> Réglages d’image fixe >> 5 Réglages capture image >> vous choisissez 50 mm, 35 mm ou arrêt = 28 mm. Le procédé utilisé est le même que celui du crop sur le K-1. Seule une partie du capteur est utilisée, en 35 mm – 15Mpx, en 50 mm – 7 MPx.  Attention, quand vous avez shooté, n’oubliez pas revenir à 28 mm, sinon vous aurez des surprises. On ne peut pas reconstituer du 28 mm à partir d’un cliché 35 mm.

 

Performances

Qualité d’image

Le GR III, avec son capteur de 24Mp et un traitement interne amélioré (gestion de la balance des blancs, de la sensibilité et des hautes lumières), donne des images d’une grande précision. Les couleurs sont somptueuses. Les images sont fouillées, l’équilibrage de la lumière est bon.

Les images ci-dessous sont des RAW développés sans aucun traitement.

   Ouverfure f :                       image initiale                 crop – 100% centre             crop – 100% bord
     f:2,8
     f:4
     f:5,6
     f:8
     f:11
     f:16

La qualité de l’image est globalement bonne à très bonne. Un peu en retrait à f:2,8, très bonne dès f:4. Elle le reste jusqu’à f:8. La diffraction se fait légèrement sentir à f:11. Un peu plus à f:16. Assez classiquement, comme chez pratiquement toutes les marques, sauf objectifs spécifiques, les meilleures images sont obtenues à f:5,6 et f:8.

Les JPEG noir et blanc produits (pression touche ADJ, plusieurs variantes) sont également intenses et conçus pour être directement exploitables. Ils peuvent être paramétrés manuellement par le photographe (par le trèfle)

                                   Noir & Blanc neutre f:5,6                      N&B dur  f:5,6           N&B haut contraste f:5,6

 

Piqué (définition)

Il est très bon. Pour en juger, il suffit de croper très fortement des détails révélateurs pour s’en convaincre :

                                       Cliché original                     Premier crop (à 100%) Second crop (à 100%) du premier crop

Le second crop permet de voir la finesse des détails du crépi. C’est impressionnant.

Bokeh

Le bokeh est beau et crémeux. Mais étant donné la focale il faut utiliser la PO f:2,8. Et le premier plan sur lequel on fait le point doit être proche.

Bokeh à f:2,8 - MaP très proche
Bokeh à f:2,8 – MaP très proche

Flare et AC

Les deux aberrations sont bien traitées. Le flare dans des conditions de recherche du défaut, avec seulement la protection de l’objectif en retrait (*), est bien présent à f:2,8, beaucoup moins dès qu’on diaphragme. Les AC sont peu visibles à f:2,8 et disparaissent dès F:4. Ce qui est assez remarquable.  Il est à noter au passage que proposer un pare-soleil additionnel aurait été bienvenu, même en option. Mais il eut forcément été encombrant, donc en contradiction avec le format du GR III…

Cliché en fort contre-jour à f:2,8. Voile de flare évident, mais pratiquement pas d'AC.
Cliché en fort contre-jour à f:2,8. Voile de flare évident, mais pratiquement pas d’AC.
Le même cliché à f:4. Le flare est très réduit, malgré l'absence de pare-soleil. Les AC ont disparu.
Le même cliché à f:4. Le flare est très réduit, malgré l’absence de pare-soleil. Les AC ont disparu.

(*) voir première photo (vue avant).

 

Proxi-photo

Le GR III possède une fonction proxi-photo très facilement accessible par le pétale supérieur du trèfle. Cela permet de faire, sinon de la macro, vu la focale, du moins des photos faites de très près et donc des détails très grossis. Là aussi, le piqué est impressionnant.

Proxi-photo à ~25cm
Proxi-photo à ~25 cm
Crop à 100% de la précédente
Crop à 100% de la précédente

 

Cadence

Lorsque la luminosité est bonne, l’appareil est très réactif. Il l’est nettement moins en conditions de faible lumière. En mode rafale, il peut produire 30 photos au format JPEG à une cadence de 4,1 images-seconde ou 10 photos en RAW seul à la cadence de 6,8 images-seconde.

 

Autofocus

Comme son prédécesseur, il est performant en mode vue par vue. Mais il se trouve davantage en difficultés lorsqu’on opère en mode rafale ou que l’on utilise le mode AF multipoints : il lui arrive, dans ce dernier cas, à ne pas faire le point sur ce que l’on aurait souhaité. À expérimenter, par conséquent !

Une particularité à signaler : le mode SNAP qui permet de faire le point à une la distance définie par l’opérateur dans le menu « prise de vue ».

 

Vidéo

Ricoh n’a jamais prétendu rivaliser avec ses concurrents en termes de performances vidéo sur ses APN. Ces derniers sont avant tout conçus pour produire des photos, de très haut niveau, la vidéo n’étant qu’une fonctionnalité annexe.

Le GR III ne déroge pas à cet état de fait. Il produit cependant des vidéos en offrant le choix entre 3 tailles : Full HD (1920×1080, jusqu’à 30 i/s), HD (1280×720, jusqu’à 60 i/s) ou VGA (640×480, jusqu’à 30 i/s). À noter que si vous manipulez les touches de l’APN pendant la prise de vue, le son des touches sera également enregistré !

Les séquences vidéo sont limitées en taille (4 Go) et en durée (25 mn maximum, comme pour tous les APN, quelle que soit la marque). Le GR III est d’ailleurs équipé d’un dispositif qui interrompt la vidéo en cas de température trop élevée.

 

Connectivité

Elle a été bien développée. Le GR III comporte une prise USB, ce qui lui permet d’être connecté à un téléviseur ou à un équipement audio-vidéo. Les câbles de connexion doivent être achetés en fonction de l’équipement à raccorder. Il est équipé en outre d’une connexion WiFi, Bluetooth ou LAN sans fil et Image Sync. Il peut également être connecté à un smartphone proche.

 

Autonomie

Selon Ricoh, la nouvelle batterie permet de faire environ 200 photos, ce qui est peu pour un appareil à objectif fixe sans viseur électronique, gros consommateur d’énergie. Un second accu sera le bienvenu…

Sur le terrain, et sans passer son temps à allumer/éteindre l’APN, il s’avère très difficile d’atteindre les 200 photos. Par ailleurs après une cinquantaine de vues prises en un peu moins d’une heure, on a pu constater un échauffement non négligeable du GR III, sensible surtout sur (et autour de) l’écran. Rien d’inquiétant ni de dangereux, Ricoh signale d’ailleurs l’existence d’un dispositif coupant l’alimentation en cas de surchauffe (mode d’emploi – annexe 7- p.146).

 

Concurrence

Les principaux concurrents du Ricoh GR III sont chez Sony et Panasonic. Si ces derniers offrent de bien meilleures performances en vidéo, c’est loin d’être le cas en mode photo.

Le plus grand rival, à un prix un peu moins élevé certes, est sans doute le Fuji XF10, lui aussi excellent en photo. Ce Fuji est, en revanche, bien moins abouti sur le plan de l’ergonomie et désormais en deçà pour le capteur.

 

Conclusion

Le Ricoh GR II a été adopté par de nombreux professionnels de la photo qui en ont fait leur « bloc-notes » préféré. Qu’on ne s’y trompe pas : c’est bien parce que cet APN aux nombreuses possibilités produisait des images de grande qualité grâce à un capteur de haute volée et à un excellent traitement d’images (moteur Engine V). Le GR III qui monte en performances par rapport au GR II devrait trouver lui aussi une clientèle, malgré son positionnement tarifaire qui grimpe.

 

Les plus
  • Qualité d’image
  • Compacité
  • Écran tactile
  • Ergonomie
  • Possibilités de personnalisation très larges
  • Sensibilité (6400 ISO + exploitable)

 

Les moins :
  • Vidéo perfectible (même si ce n’est pas sa vocation)
  • Viseur optique en option seulement
  • Tarif (quand même)

 

Note

92/100

 

Appréciation PENtax Klub

Note : 4,5/5

 

 

GALERIE

 

 

 

 

 

 

Crédit photographique : © Valia (pour agrandir, cliquer sur les photos)

  • thierry fournier
    10 avril 2019 at 9 h 33 min

    Bonjour. Je le trouve très bien ce petit boitier sauf qu’après l’avoir essayé durant un week-end, je ne suis pas parvenu à prendre plus de 158 clichés. ça fait quand même peu. Les photos sont vraiment bonnes, l’utilisation avancée demande quand même de l’apprentissage mais je le trouve plus intuitif que le GRII. Mais à 900 euros !!!! Et vous avez raison de souligner qu’il faut impérativement une seconde batterie. Cela fait un coût de 950 euros pour être « relativement » à l’aise pour grosso-modo 320-340 clichés. C’est bien trop cher. Plus généralement, je trouve que Pentax-Ricoh devrait faire un effort sur les accumulateurs de ses APS-C à l’avenir (je ne parlerai pas du full-frame que je n’ai pas essayé) parce que du K50 au KP, ça fait un peu juste vis-à-vis de la concurrence sur ce point.

    • Valia
      10 avril 2019 at 10 h 13 min

      Merci pour votre contribution. Nous sommes d’accord quant à l’autonomie de l’accu. Mais force est de constater que le problème est général. Les derniers appareils sortis, pour la plupart des hybrides, ont ce même problème. Et le problème du stockage d’énergie n’ a pas l’air de devoir se régler de façon satisfaisante …

  • Lénaïck DANIEL
    10 avril 2019 at 11 h 51 min

    Dommage de ne pas avoir gardé les batteries du GRII, en possédant 3 en tout, c’était un argument (mais peut être auraient elles tenu moins longtemps ?).

    Bien que le prix des GR évolue peu durant leur vie, j’attendrais de toute façon un recentrage tarifaire ou promotion n’ayant pas grand chose à reprocher au précédent modèle pour l’usage que j’en ai, hormis d’être forcément en retrait par rapport à la nouveauté. L’absence de mode TAV sur la molette de cette nouvelle itération m’a par contre fort surpris, une fois la sensibilité max bloquée à une valeur raisonnable c’est un mode particulièrement confortable pour la photo de rue pour laquelle l’appareil est taillé (on ne veut sacrifier ni à la profondeur du champs ni à la vitesse).

    Petit détail : le prix du « plus grand rival » cité dans le test n’est pas plus élevé, au contraire. Sans doute vouliez vous parler du volume sur lequel le GR III bat des records pour un compact APS-C ?

    • Valia
      10 avril 2019 at 12 h 11 min

      Effectivement, la phrase est ambigüe et mérite correction.