Ce test de l'objectif Samyang 14mm f/2.8 a été réalisé avec un boîtier K-1, en format 24x36 (FF)

 

Nota : la photo de titre (d’origine Samyang) ne représente pas la version en monture Pentax de l’objectif.

 

Cet objectif Samyang 14mm à ouverture f/2.8 est un Ultra Grand Angulaire produit par la société coréenne Samyang, qui s’est fait connaître par la production d’objectifs manuels, produits en baïonnettes Canon, Fuji, Nikon, Pentax, Sony…

 

 

Présentation de l’objectif

Il s’agit d’un objectif manuel à focale fixe de 14 mm, dont l’ouverture va de f:2,8 à f:22. Il est tout métal, à finition noire floquée et son poids est de 550gr. Le pare-soleil est de type « tulipe » en polycarbonate.

Le bouchon avant, lui aussi en polycarbonate, est à emboîtement, avec deux pattes d’accrochage à poussoir qui se clipsent à l’intérieur du pare-soleil. L’intérieur de la partie emboîtante est muni d’un détrompeur qui oblige à fixer correctement le bouchon. Une housse de protection souple est fournie.

L’objectif possède une bague de réglage du diaphragme avec la position A verrouillable. Le diaphragme peut donc être géré depuis le boîtier. La baïonnette K est équipée d’un seul contact.

 

Samyang 14mm f:2,8

Samyang 14mm f:2,8

 

 

Principales caractéristiques techniques

Samyang 14mm f:2,8
formule optique14 lentilles en 12 groupes
dont 2 asphériques, 2 ED
angle de champ114°
diaphragme 6 lames f:2,8 - f:22
MAP mini32,8 cm
dimensions100x87 mm
poids550g
protectionnon WR
accessoirespare-soleil, bouchon arr.
housse souple

 

 

Prise en main

La première impression que fait le Samyang 2,8/14 mm vient de sa compacité. Du coup son poids est plus lourd qu’attendu. Ce qui est logique vu la lentille frontale. Il s’équilibre parfaitement sur le K-1. La finition noire satinée, obtenue par peinture floquée est correcte sous les doigts. L’objectif tombe bien sous la main. La lentille avant, fortement bombée ne permet pas de filetage pour filtres. Le design général de l’objectif est classique et sobre, voire dépouillé : deux cylindres sans fioritures, fin vers le boîtier, beaucoup plus large à l’avant. Les sérigraphies de couleurs différentes en mètre et en pieds, ainsi qu’un filet rouge égayent un peu le tout.

La bague de diaphragme est étroite. Quasiment contre le boîtier, elle est malcommode si on l’utilise autrement qu’en position A.

La bague de MAP, largement dimensionnée, fluide et ferme juste ce qu’il faut, est habillée d’une bague de caoutchouc à cannelures fines. Elle serait agréable si sa course n’était pas de 3/4 de tour. Cette course, bien trop longue, est censée assurer une grande précision. Mais est-ce bien utile sur une focale aussi courte ? D’autant plus que les plages de mise au point pour l’AF vont jusqu’à un centimètre de course, pendant laquelle l’AF reste allumé. Ce qui est pour le moins déstabilisant.

De facto on est obligé d’affiner le point à l’œil, ce qui n’est pas du tout évident avec une pareille focale. Ainsi l’infini est doté d’une barre d’environ 1 cm (voir photo ci-dessous). Mais l’objectif ne possède par de système de réglage individualisé de l’infini comme sur l’Irix. Dommage.

 

Samyang14mm - bague de mise au point (MAP)

Samyang14mm – bague de mise au point (MAP)

 

Ces remarques et réserves faites, l’objectif est bien équilibré. Son bloc avant, large, permet de porter l’ensemble objectif-boîtier par l’objectif sans risque et confortablement.

 

 

D’un point de vue technique

Rappel : PENtaxKlub ne disposant pas de laboratoire, nos tests ne sont pas mesurés par des outils. Nous souhaitons apporter un point de vue utilisateur et essentiellement photographique. Nos commentaires et note technique sont donc le fruit d’une analyse visuelle. 

 

Images de tests

Toutes les photos ci-dessous ont été prises en RAW et n’ont pas été retouchées. 

Samyang 2,8/14mmcadre FFcrop 100% centrecrop 100% bord
f:2,8Samyang14 à f:2,8.Samyang14- f:2,8 - crop 100% au centreSamyang- f:2,8 - crop100% bord ac
f:5,6Samyang14- à f:5,6Samyang14- f:5,6 -crop 100% au centreSamyang14- f:5,6 - bord
f:8Samyang14- à f:8Samyang14-àf:8-crop 100% au centreSamyang14- à f:8- crop 100% au bord
MAP à ∞ à gaucheSamyang14- f:7,1-MAP à ∞ calée à fondSamyang14- f:7,1-MAP à ∞ calé à fond -crop 100%* pour une meilleure compréhension
MAP à ∞ à droiteSamyang14- f:7,1- MAP à∞ calée à 1cmSamyang14- à f:7,1 MAP à ∞ calée à 1cm à droitevoir la photo dans
"Prise en mains"

 

Aberrations chromatiques et flare

Le comportement chromatique est plutôt bon, voire très bon. Aucune AC discernable, ce qui pour une telle focale est assez exceptionnel. Pas de flare non plus, ce qui amène le même commentaire élogieux.

Contre-jour soleil non masqué. Pas d'AC, pas de flare, petite irisation dans le coin inférieur droit.

Contre-jour soleil non masqué. Pas d’AC, pas de flare, petite irisation dans le coin inférieur droit.

 

Forte réverbération a gauche. Pas d'AC.

Forte réverbération à gauche. Pas d’AC.

 

Distorsions

La distorsion par contre est là. Elle n’est pas caricaturale, mais présente. Elle concerne plus particulièrement les premiers plans et tout ce qui s’y trouve. Et bien sûr, les bords latéraux du champ. Les déformations sont le plus souvent en barillet, mais peuvent, dans le même cliché, être partiellement en coussinet.

Autant dire qu’une correction en PT dans ce genre de cas représente un travail sérieux, sinon désespéré. Dès que vous cadrez sans avoir soigné l’aplomb dans les 2 sens (latéral – plans du capteur et longitudinal – axe de l’objectif) vous avez des distorsions bien visibles et difficiles à réduire. Ce qui n’a rien de choquant avec une focale aussi courte. Cet objectif ne semble pas utilisable pour de la photo d’architecture sérieuse.

Légère contre plongée = verticales très couchées.

Légère contre-plongée = verticales très couchées.

 

Vignettage

Le vignettage est présent à f:2,8, ainsi qu’à f:4. Il disparaît à f:5,6.

Nota : Cet objectif, comme tous les objectifs manuels, fait basculer la mesure d’AE en mode central pondéré. Avec sa focale de 14 mm la répartition et la taille des masses claires et sombres, un degré d’inclinaison de la visée peut fausser l’AE, et pousser vers la sous-exposition.

 

Homogénéité de l’image

  • La différence de piqué entre centre champ et bord champ est notable à la PO. Elle s’atténue progressivement en diaphragmant. Elle de vient très acceptable à f:5,6. Pratiquement invisible à f:8
  • Le piqué devient bon à très bon dès f:5,6-6,3 et franchement très bon à f:8. La netteté suit la même évolution  que le piqué.

 

Bokeh

Assez illusoire avec une telle focale et la nécessité de diaphragmer pour avoir du piqué ; en FF et encore plus en APS-C. Dans la plupart des cas tout est net, d’autant plus que dégager un sujet du reste de la photo avec un 14mm tient de la recherche impossible.

 

Sur un APS-C

Les résultats sont aussi bons. Toutefois l’intérêt d’utiliser un tel objectif sur un APS-C est très relatif, vraiment très relatif. Ne serait-ce qu’à cause du volume, 4,5 fois plus volumineux que le DA 15mm, d’un objectif qui ne serait « seulement » qu’un 22 mm ?

 

 

Tarif et Concurrence

Cet Ultra Grand Angulaire est proposé à 379 € par la plupart des revendeurs. Même parfois à moins. À ce tarif-là, il n’a pas de réels concurrents.

En FF, sur le K-1, nous pouvons citer, pour la forme, deux « concurrents ». Certes ce ne sont « que » des 15 mm, mais le millimètre de focale de moins rend la focale beaucoup plus facile à utiliser. Et les qualités qu’alignent ces concurrents peuvent faire la différence. Ils bénéficient de formules optiques, de caractéristiques et de performances qui les font jouer dans une autre cour. Leurs prix respectifs aussi, bien sûr. Ce sont l’Irix 2,4/ 15 mm et le DFA 2,8/ 15-30mm.

Enfin, coté APS-C il a un concurrent : le DA 15/4 à 599 €. Mais à 200 € de plus…

 

Conclusion

Ce Samyang 2,8/14 mm a des qualités indéniables. Il offre un angle de champ impressionnant et délivre des photos tout aussi impressionnantes. Dont acte. Il a visiblement fait l’objet d’un choix réfléchi. Cette optique a été calculée et réalisée pour être dépourvue d’aberrations chromatiques, au prix de défauts géométriques incomplètement jugulés, dont ceux qui touchent le piqué.

À cette focale c’était un pari tenable. Il semblerait que le petit (ou grand) frère plus récent, le XP 14/2,4 à 950 € soit vraiment son frère, avec le même héritage génétique. Dans une réalisation mécanique honorable.

Je ne suis personnellement pas convaincu que le choix d’une focale de 14 mm, plutôt que 15 mm, une des nombreuses versions de la course à la performance, soit le bon.

 

Les Plus

  • Compacité
  • Qualité mécanique globale
  • Piqué à partir de f:5,6 – 8
  • Quasiment pas d’aberrations chromatiques
  • Prix

 

Les moins

  • Distorsions géométriques
  • Rendu optique (différence centre champ-bord champ) au-dessous de f:8
  • Pas de filtre possible
  • Course de MAP trop longue
  • En mode MF, la focale de 14mm n’étant pas proposée, il faut choisir 15mm, sans impact sur l’image finale

 

 

Note

 

67/100

 

Appréciation PENtax Klub

Note : 4/5

 

 

Galeries

Vue avec des plans successifs. Le 1er plan présente des déformations importantes, particulièrement à droite.

Vue avec des plans successifs. Le 1er plan présente des déformations importantes, particulièrement à droite.

 

Vue avec fuyantes. Les déformations en barillet -lampadaire et arbre- et en coussinet, dû à l'angle -bâtiment en brique- sont très visibles.

Vue avec fuyantes. Les déformations en barillet -lampadaire et arbre- et en coussinet, dûes à l’angle -bâtiment en brique-, sont très visibles.

 

"Image

 

Bonne définition générale. Les effets UGA restent visibles : distorsion et perspective exagérée. Les personnages paraissent très éloignés.

Bonne définition générale. Les effets UGA restent visibles : distorsion et perspective exagérée. Les personnages paraissent très éloignés.

 

Effets moins visibles.

Effets moins visibles.

 

Photo prise d'un point de vue élevé. Seule la distorsion reste encore présente.

Photo prise d’un point de vue élevé. Seule la distorsion reste encore présente.

 

Photo faite appareil parfaitement d'aplomb. La distorsion reste néanmoins visible.

Photo faite appareil parfaitement d’aplomb. La distorsion reste néanmoins visible.

 

Crédit photographique : Valia