Quand on débute en photographie, on se pose toujours des tonnes de questions sur les accessoires. On est tenté d’acheter mais le budget ne suit pas toujours. Alors, dans un esprit de bien faire, on achète des accessoires au rabais ou des choses qui s’avèrent inutiles. Mais le pire, c’est que parfois on agit sans discernement.

PENtaxKlub vous propose son top 5 des choses à ne pas faire… Les n°s n’indiquent pas un ordre hiérarchique : tous ces « tops » sont aussi importants les uns que les autres !

 

Chose à éviter n° 1 : Acheter un appareil photo juste avant son départ ou avant un événement

  1. Quand vous familiarisez-vous avec votre nouveau joujou ?
  2. Que faites-vous s’il n’est pas en stock ?

Un réflex à objectifs interchangeables n’est pas fait pour n’avoir qu’un objectif qui sera éternellement vissé dessus avec comme réglage le mode AUTO. Il vous est donc nécessaire de comprendre son fonctionnement et d’appréhender les forces et faiblesses de votre ou de vos objectifs. Ce n’est pas une fois parti faire votre safari en Afrique que vous allez vous rendre compte que le 18-55 du kit de base est insuffisant… Savoir anticiper les choses est dans ce cas très important et même nécessaire.

 

Chose à éviter n° 2 : Vérifier que tout fonctionne le jour de son départ

Un jour, une personne est entrée dans un magasin photo et a demandé une batterie pour son précieux appareil photo. Sauf que son appareil n’était plus fabriqué depuis 6 ans et que le magasin n’avait pas ce type de batterie en stock. Cette personne est partie en vacances, mais sans son appareil.

Quand on s’aperçoit que les « consommables » sans lequel un appareil ne fonctionne pas sont difficiles ou impossibles à obtenir, il est temps, hélas, de changer d’appareil…

Qui n’est jamais parti en oubliant de prendre des cartes-mémoire supplémentaires ? Que faire alors  quand, dans un endroit éloigné de « la civilisation », l’unique carte dans l’APN sera remplie ou rendra l’âme ?

N’oubliez pas, dans ce cas précis, qu’un grip vous permettra d’emporter une batterie de rechange et une carte mémoire. Et aussi, si vous prenez la peine d’y penser pour votre Pentax, le tiroir à piles AA qui vous « sauvera la mise » en cas de panne de chargeur de batterie : on trouve partout des piles AA (R6).

Moralité, plusieurs jours avant, vérifiez que tout fonctionne, que vous avez tout ce qu’il vous faut. Une semaine vous laisse le temps minimum de commander ou d’acheter ce qui manque.

 

Chose à éviter n° 3 : Mettre l’appareil et les objectifs en soute

Vous n’avez pas envie de vous charger d’un sac de cabine trop lourd ! On peut le comprendre. Mais, si vous décidez de mettre votre matériel-photo dans un bagage qui va en soute, n’oubliez pas certaines choses :

  • les bagages de soute sont parfois manipulés sans trop de précautions, tombent des chariots… autrement dit peuvent subir des chocs. Vous en connaissez les conséquences !
  • dans de rares cas, mais c’est arrivé, ils reçoivent des « visites » aussi inattendues qu’intempestives. Si votre matériel, qui est alors hors de votre vue, disparaît mystérieusement, êtes vous sûr que les assurances (personnelles ou de la compagnie) vous le rembourseront à hauteur de sa valeur de remplacement ? C’est très peu probable : quand une assurance bagage fonctionne, c’est le plus souvent le mode forfaitaire (au poids) qui est retenu pour un éventuel remboursement. Alors, certes, le matériel-photo peut être très lourd, mais le remboursement ne couvrira jamais sa valeur réelle.

Moralité : gardez avec vous, en cabine, votre matériel-photo et ne laissez aller en soute que ce qui est de moindre valeur, peu fragile, ou très accessoire, même si cela vous limite dans votre pratique photo de voyage.

sac_Kata

Sac photo

Une exception : si vous voyagez en tant que photographe professionnel ; adoptez alors les solutions des professionnels, onéreuses mais bien plus sécurisantes.

 

Chose à éviter n° 4 : Laisser votre matériel sans surveillance

Où que vous vous trouviez, vous devez toujours surveiller que votre matériel est en sécurité. Le laisser ne serait-ce que quelques secondes sans surveillance, c’est prendre le risque de se le faire dérober. On a beau nous dire que les ventes d’appareils photo sont en chute libre, on ne nous fera jamais croire – par exemple – que laisser son sac photo sur le bord d’un chemin et s’éloigner de quelques pas n’attirera pas la convoitise de quelque passant peu scrupuleux ! Les forums photo se font souvent l’écho de telles mésaventures.

Ne pensez pas que vos précieux APN et objectifs seront plus en sécurité au milieu d’une foule, bien au contraire. Vigilance, encore vigilance et toujours vigilance sont les trois meilleurs conseils que l’on puisse vous donner !

SacPentax2

 

Chose à éviter n° 5 : Ne pas assurer son matériel

Le vol, c’est bien connu, c’est comme les accidents ou la maladie, ça n’arrive qu’aux autres ! Mais, comme pour les autres, on est aussi « les autres », eh bien force est de reconnaître que ça peut aussi nous arriver, chez nous ou en voyage.

Quel sera votre recours en pareil cas ? Bien souvent, les assurances appliquent des barèmes forfaitaires, avec de forts coefficients de vétusté, qui vous laisseront un goût amer si vous êtes obligés de les « avaler » !

Pour essayer d’éviter ces désagréments, des mesures simples à prendre :

  • répertorier tout son matériel, ce qui signifie :
    • noter, par exemple au moyen d’un tableur ou d’un petit logiciel de bases de données, la dénomination exacte de chaque objet, avec n° de série, les références de l’achat (vendeur, date d’achat, prix payé), copie (scan) des factures et lettres de cession éventuelles, et photos sous divers angles dans la mesure du possible (dont une faisant apparaître le n° de série)
    • Tenir à jour cet « inventaire », au gré des achats nouveaux, des ventes, etc …
    • Conserver les pièces originales en lieu sûr et sauvegarder les fichiers correspondants en plusieurs exemplaires (2 ou 3) et sur des supports différents dont un ne sera pas conservé chez vous.
  • Déclarer le tout à son assureur, dans le cadre de l’assurance multi-risques habitation, et, bien sûr, lui signaler les changements. Il vous en coûtera une surprime (en fonction de la valeur globale), mais, en cas de vol, vous serez bien mieux remboursé.

 

Ces mesures sont particulièrement adaptées à ceux qui possèdent un matériel présentant une « certaine valeur » et il est évident qu’il vaut mieux les adapter à chaque cas particulier : ainsi, si vous possédez juste un appareil compact datant de quelques années, inutile d’aller aussi loin : ce serait comme utiliser un canon (militaire !!) de 75mm (rien à voir avec un petit téléobjectif !!) pour pulvériser une mouche sur un mur !

Mais croyez-en l’expérience de ceux qui ont été victimes de vol : ne restez pas les bras croisés en priant qu’il ne se passe rien !

assurances

Assurances…

 

Que tout ceci ne vous empêche pas de passer d’excellentes fêtes de fin d’année et d’immortaliser sur le capteur les moments heureux qu’elles vous feront vivre. Rendez-vous en 2016 !